Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Le sommaire
  ACCÉDER à ce doc

I) Le mouvement de l'article

A. Les Français comparés à d'autres peuples
B. Du général au particulier
C. De l'implicite à l'explicite

II) La dénonciation de la torture

A. Cruauté
B. Absurdité et disproportion
C. Archaïsme

III) Dérision et ironie : l'humour au service de la dénonciation

A. Ironie citationnelle
B. Des contrastes choquants
C. L'ironie et les non-dits

Conclusion

Texte analysé

Les Romains n'infligèrent jamais la torture qu'aux esclaves, mais les esclaves n'étaient pas comptés pour des hommes. Il n'y a pas d'apparence non plus qu'un conseiller de la Tournelle regarde comme un de ses semblables un homme qu'on lui amène hâve, pâle, défait, les yeux mornes, la barbe longue et sale, couvert de la vermine dont il a été rongé dans un cachot. Il se donne le plaisir de l'appliquer à la grande et à la petite torture, en présence d'un chirurgien qui lui tâte le pouls, jusqu'à ce qu'il soit en danger de mort, après quoi on recommence ; et comme dit très bien la comédie des Plaideurs : « Cela fait toujours passer une heure ou deux ».
Le grave magistrat qui a acheté pour quelque argent le droit de faire ces expériences sur son prochain va conter à dîner à sa femme ce qui s'est passé le matin. La première fois, madame en a été révoltée ; à la seconde, elle y a pris goût, parce qu'après tout les femmes sont curieuses ; ensuite, la première chose qu'elle lui dit lorsqu'il rentre en robe chez lui : « Mon petit coeur, n'avez-vous fait donner aujourd'hui la question à personne ? »
Les Français, qui passent, je ne sais pourquoi, pour un peuple fort humain, s'étonnent que les Anglais, qui ont eu l'inhumanité de nous prendre tout le Canada, aient renoncé au plaisir de donner la question.
Lorsque le chevalier de La Barre, petit-fils d'un lieutenant général des armées, jeune homme de beaucoup d'esprit et d'une grande espérance, mais ayant toute l'étourderie d'une jeunesse effrénée, fut convaincu d'avoir chanté des chansons impies, et même d'avoir passé devant une procession de capucins sans avoir ôté son chapeau, les juges d'Abbeville, gens comparables aux sénateurs romains, ordonnèrent, non seulement qu'on lui arrachât la langue, qu'on lui coupât la main, et qu'on brûlât son corps à petit feu ; mais ils l'appliquèrent encore à la torture pour savoir combien de chansons il avait chantées, et combien de processions il avait vues passer, le chapeau sur la tête.
Ce n'est pas dans le XIIIème ou dans le XIVème siècle que cette aventure est arrivée, c'est dans le XVIIIème. Les nations étrangères jugent de la France par les spectacles, par les romans, par les jolis vers, par les filles d'Opéra, qui ont les moeurs fort douces, par nos danseurs d'Opéra, qui ont de la grâce, par Mlle Clairon, qui déclame des vers à ravir. Elles ne savent pas qu'il n'y a point au fond de nation plus cruelle que la française.

Voltaire, article « Torture », Dictionnaire philosophique (1764).
ACCÉDER à ce doc  

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

Commentaire composé entièrement rédigé de l'article de Voltaire intitulé Torture, tiré du Dictionnaire philosophique.

Extraits

[...] Dans cet article consacré à la Torture, Voltaire se livre à une dénonciation satirique, et use de toutes les ressources de son style brillant. L’indignation le dispute au rire : il y a quelque chose de bouffon chez ces graves magistrats qui se livrent à des supplices d’une cruauté extrême pour obtenir des informations dérisoires, ou simplement pour passer le temps. Mais, comme toujours avec les philosophes des Lumières, il ne faut pas oublier que l’objectif à court terme (ici, l’abolition de la torture) est au service d’un objectif à plus long terme : l’instauration d’un nouveau monde débarrassé des superstitions et des fanatismes, où le progrès et la raison règneraient en maîtres. [...]


[...] Ainsi Voltaire privilégie ironiquement l’euphémisme. Lorsqu’il paraphrase torturer par faire ces expériences sur son prochain il utilise le même genre d’euphémisme : c’est au lecteur de comprendre ce que cache ce syntagme anodin. On peut trouver une utilisation encore plus subtile de l’implicite dans le texte, lorsque Voltaire affirme que les juges d'Abbeville sont des gens comparables aux sénateurs romains En effet, hors contexte, ce rapprochement paraît valorisant, mais en contexte, on comprend que c’est dans la pratique de la question, et dans la négation de l’humanité de ceux qu’ils torturent, que les juges d’Abbeville ressemblent aux romains. [...]


[...] Enfin, on s’intéressera à la manière dont Voltaire emploie, à des fins polémiques, toutes les ressources de son style sarcastique. On peut rendre compte du mouvement du texte de plusieurs manières. Ainsi, on peut distinguer dans le texte deux moments : d’abord, Voltaire compare les Français aux Romains (qui, comme eux, pratiquaient la torture) puis aux Anglais. Ces deux comparaisons lui permettent de jeter le blâme sur les Français : les Romains ne torturaient que leurs esclaves, alors que les Français torturent même des hommes libres. [...]


[...] Allusion à la possibilité d'achat d'un titre ou d'une charge. [...]


[...] Voltaire exprime le point de vue nationaliste des Français, qui se sentent humiliés et blessés d’avoir été dépossédé du Canada. L’ironie est rendue sensible par le fait que les Français voient de la cruauté où il n’y en a pas (dans la conquête du Canada), mais ne distinguent pas la cruauté où elle est réellement - puisque pour eux, la question demeure un plaisir Dans cet article, l’ironie prend aussi d’autres formes. Ainsi, Voltaire joue sur des oppositions qui suscitent l’étonnement, puis la réflexion. [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
07/07/2008
Langue
français
Format
Word
Type
fiche
Nombre de pages
5 pages
Niveau
grand public
Consulté
27 fois

Informations sur l'auteur Adeline A. (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
Agrégation...
Note du document :
         
ACCÉDER à ce doc  
Voltaire, "Dictionnaire philosophique", "Torture" : commentaire

«C'est en 1752, au cours d'un souper philosophique donné par le souverain éclairé Frédéric II, que l'idée d'une encyclopédie de poche serait venue à Voltaire (1694-1778). Le Dictionnaire ...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .pdf  |   4 pages  |   publié en 2013
Voltaire, "Dictionnaire philosophique", "Torture"

«Commentaire (niveau Lycée) semi-rédigé de l'article Torture de Voltaire, tiré de son célèbre Dictionnaire philosophique. Dans cet article, il dénonce les méthodes de torture de...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   7 pages  |   publié en 2008
Voltaire, "Dictionnaire philosophique", "Torture"

«Commentaire entièrement rédigé de l'article Torture extrait du Dictionnaire philosophique de Voltaire. L'étude montre que l'auteur a fait le choix d'une argumentation apparemment décousue, mais tr&...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   3 pages  |   publié en 2008
Voltaire, "Dictionnaire philosophique portatif", "Torture"

«La notion de dictionnaire, prend tout son sens au 18ème siècle lorsque les philosophes de Lumières, s'efforcent de recenser les connaissances. Cependant bien plus que de simples articles, la majorité des textes prennent un...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   2 pages  |   publié en 2009
Voltaire, "Dictionnaire philosophique", "Torture"

«Commentaire composé entièrement rédigé de l'article de Voltaire intitulé Torture, tiré du Dictionnaire philosophique....»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   5 pages  |   publié en 2008

Meilleures ventes en littérature

Derniers docs en littérature

George Orwell, "La ferme des animaux"
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   fr  |   .doc  |   5 pages  |   publié en 2008
Evelyne Brisou-Pellen, "Le crâne percé d'un trou"
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   fr  |   .pdf  |   8 pages  |   publié en 2010
Céline, Voyage au bout de la nuit, 2ème séquence
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   6 pages  |   publié en 2007
Molière, "Le Misanthrope", Acte I scène 1, vers 1 à 36
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .pdf  |   8 pages  |   publié en 2007
Anne-Marie Cadot-Colin, "Perceval ou le Conte du Graal" : résumé et analyse
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   fr  |   .doc  |   9 pages  |   publié en 2009
Alcools - Guillaume Apollinaire
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .doc  |   6 pages  |   publié en 2014
La Peau de chagrin - Balzac
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .doc  |   6 pages  |   publié en 2014
Etre sans destin: p. 121-125 - Imre Kertész
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .doc  |   2 pages  |   publié en 2014
Un athlétisme affectif - Antonin Artaud (1938)
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .doc  |   4 pages  |   publié en 2014
Sonnets pour Hélène - Ronsard : sonnet XXIII
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .pdf  |   7 pages  |   publié en 2014