Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Le sommaire
  ACCÉDER à ce doc

Introduction

I) Coupable de sincérité
II) La vanité du père
III) La malédiction du père

Conclusion
ACCÉDER à ce doc  

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

Nous sommes dans une scène d'ouverture, le rôle d'une scène d'exposition est de présenter le début de l'intrigue de telle sorte qu'elle devienne compréhensible aux spectateurs. Dans cette première scène tous les principaux acteurs, protagonistes, sont présents : le comte de Kent, le comte de Gloucester, Edmond son bâtard issu d'une union adultérine, puis : le roi Lear, ses trois filles, Albany le mari de Goneril, le duc de Cornouailles époux de Régane, manque Edgar le fils légitime de Gloucester.

Suivent d'autres personnages de second plan. Ils entrent à tour de rôle sur scène. Après un préliminaire qui annonce les deux actions principales exposées par Kent et Gloucester : le partage du royaume de Lear entre ses filles, les deux fils de Gloucester : le légitime Edgar, l'illégitime Edmond, Lear rentre avec ses trois filles et deux gendres ()

Extraits

[...] Et cet accord du cœur et des mots va perdre Cordélia. Dans ce monde de courtisans où chacun s’avance masqué, dans ce monde de la dissimulation, Cordélia s’avance à découvert c’est là toute sa fragilité car Lear ne veut que des apparences, il ne veut pas la vérité de l’être. L’accord des mots et du cœur est pour lui signe de manque de tendresse alors qu’il n’est que vérité sans concession au mensonge et à la flagornerie : Si jeune et si peu tendre ! [...]


[...] Pour Lear l’amour véritable n’existe pas, il suffit de son simulacre pour le satisfaire. Il se contente du faux semblant de filles qui prostituent la parole pour dire un amour qu’elles ne ressentent pas mais dont elles connaissent les mots. C’est pourquoi Lear succombera à la flatterie de tous ceux qui l’entourent, non seulement celle de Goneril et Régane, mais des innombrables flatteurs qui entourent un prince. Inversement, là où existe un véritable amour, celui-ci est pour lui sans valeur s’il n’est accompagné de paroles vénales et prostituées qui exagèrent ce que le cœur peut offrir. [...]


[...] Le rien est à peine équilibré par un Monseigneur Ce rien répond à la question : Que peux-tu dire pour recueillir / Un troisième lot plus opulent que celui de tes sœurs ? Parle. Or c’est ce à quoi elle se refuse : parler. Parce que les mots peuvent être vides ou mensongers elle s’en tient à ce rien. Le père prenant le mot pour la chose lui répond en bonne logique : De rien il ne vient rien comme si ce rien signait le peu ou le pas d’amour de Cordélia pour son père. [...]


[...] Par cette formule c’est lui-même qu’il condamne à l’infamie, lui-même qui se rend coupable d’un crime contre sa fille. Celui qui voulait assouvir un appétit d’amour c’est encore lui : Pour assouvir ses appétits La formule prend la forme du serment mais elle est exagérée et ampoulée : trouvera dans mon sein / Autant de charité, de pitié, d’appui / Que toi qui fus jadis ma fille Plutôt que de dire simplement que Cordélia ne trouvera plus aucune pitié, ni charité, ni aucun appui dans sa personne, Lear préfère un tour complexe, la charité, la pitié, l’appui que Cordélia pourra trouver auprès de celui qui ne se considère plus comme son père, sont ceux que pourraient trouver un païen barbare ou un infanticide anthropophage auprès de lui, c’est-à-dire aucuns. [...]


[...] La malédiction du père : Le pouvoir royal est proche d’un pouvoir démiurgique sur l’univers, la puissance qu’il exerce sur les hommes est un décalque de la puissance des forces de la nature. A l’époque de Shakespeare, pour la plupart des théoriciens du politique la puissance royale vient de Dieu, puissance royale que l’on comprend comme voulue par Dieu. Le pouvoir est donc sacré puisqu’il est voulu par Dieu et qu’il en partage une partie de la force. C’est ainsi que l’on reconnaissait aux rois de France le pouvoir de faire des guérisons miraculeuses, de pouvoir guérir par simple attouchement les écrouelles. [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
24/02/2009
Langue
français
Format
Word
Type
fiche
Nombre de pages
4 pages
Niveau
grand public
Consulté
6 fois

Informations sur l'auteur Thierry M. (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
droit des...
Note du document :
         
Commentaires
Lia
06/02/11 - 20:53:38
Laissez le votre
ACCÉDER à ce doc  
Shakespeare, Le Songe d'une nuit d'été, Acte V scène 1

«... La pièce représentée est parodique (la parodie est une imitation qui détourne les intentions de l'oeuvre originale et en transpose de façon caricaturale et burlesque le sujet et le don). Le burlesque provient de...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   4 pages   |   publié en 2006
Catteau Dominique, Nietzsche et Berlioz, une amitié stellaire

«Résumé de l'Ebook:...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Ebooks  |   fr  |   .pdf  |   316 pages   |   publié en 2007
Pradas Fabrice, Cinéma Gay

«Résumé de l'Ebook:...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Ebooks  |   fr  |   .pdf  |   424 pages   |   publié en 2007
Charles Moeller et l'Arbre de la croix

«Résumé de l'Ebook:...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Ebooks  |   fr  |   .pdf  |   742 pages   |   publié en 2007
La musique sous toutes les formes

«La musique...»

Littérature et Arts   |  Musique et danse  |   Cours  |   fr  |   .doc  |   11 pages   |   publié en 2009

Meilleures ventes en littérature

Derniers docs en littérature

Montaigne, "Les Essais" : Préambule (commentaire)
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2008
George Orwell, "La ferme des animaux"
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   fr  |   .doc  |   5 pages   |   publié en 2008
Shakespeare, "Hamlet", Acte III scène 2 : commentaire
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2009
Artemis Fowl: The Opal Deception by Eoin Colfer
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   en  |   .doc  |   1 page   |   publié en 2014
Sartre, "Les Mots", "Le jardin d'enfants"
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .pdf  |   4 pages   |   publié en 2008