Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Le sommaire
  ACCÉDER à ce doc

A. Le couple des parents, exemple inégalable
B. Un sentiment implicite et récurrent de culpabilité

Conclusion

Extrait étudié:

Je suis né à Genève en 1712, d'Isaac Rousseau, citoyen, et de Suzanne Bernard, citoyenne. Un bien fort médiocre à partager entre quinze enfants ayant réduit presque à rien la portion de mon père, il n'avait pour subsister que son métier d'horloger, dans lequel il était à la vérité fort habile. Ma mère, fille du ministre Bernard était plus riche ; elle avait de la sagesse et de la beauté ; ce n'était pas sans peine que mon père l'avait obtenue. Leurs amours avaient commencé presque avec leur vie : dès l'âge de huit à neuf ans ils se promenaient ensemble tous les soirs sur la Treille ; à dix ans ils ne pouvaient plus se quitter. La sympathie, l'accord des âmes affermit en eux le sentiment qu'avait produit l'habitude. Tous deux, nés tendres et sensibles, n'attendaient que le moment de trouver dans un autre la même disposition, ou plutôt ce moment les attendaient eux-mêmes, et chacun d'eux jeta son c?ur dans le premier qui s'ouvrit pour le recevoir. Le sort, qui semblait contrarier leur passion, ne fit que l'animer. Le jeune amant, ne pouvant obtenir sa maîtresse, se consumait de douleur ; elle lui conseilla de voyager pour l'oublier. Il voyagea sans fruit, et revint plus amoureux que jamais. Il retrouva celle qu'il aimait tendre et fidèle. Après cette épreuve, il ne restait qu'à s'aimer toute la vie, ils le jurèrent, et le ciel bénit leur serment.
Gabriel Bernard, frère de ma mère, devint amoureux d'une des s?urs de mon père ; mais elle ne consentit à épouser le frère qu'à condition que son frère épouserait la s?ur. L'amour arrangea tout, et les deux mariages se firent le même jour. Ainsi mon oncle était le mari de ma tante, et leurs enfants furent doublement cousins germains. Il en naquit un de part et d'autre au bout d'une année ; ensuite il fallut encore se séparer.
Mon oncle Bernard était ingénieur : il alla servir dans l'Empire et en Hongrie sous le prince Eugène. Il se distingua au siège de la bataille de Belgrade. Mon père, après la naissance de mon frère unique, partit pour Constantinople, où il était appelé, et devint horloger du sérail. Durant son absence, la beauté de ma mère, son esprit, ses talents, lui attirèrent des hommages. M. de la Closure, résident de France, fut des plus empressés à lui en offrir. Il fallait que sa passion fût vive, puisque au bout de trente ans je l'ai vu s'attendrir en me parlant d'elle. Ma mère avait plus que de la vertu pour s'en défendre, elle aimait tendrement son mari ; elle le pressa de revenir : il quitta tt et revint. Je fus le triste fruit de ce retour. Dix mois après, je naquis infirme et malade ; je coûtai la vie à ma mère, et ma naissance fut le premier de mes malheurs. Je n'ai pas su comment mon père supporta cette perte, mais je sais qu'il ne s'en consola jamais. Il croyait la revoir en moi, sans pouvoir oublier que je la lui avais ôtée ; jamais il ne m'embrassa sans que je ne sentisse à ses soupirs, à ses convulsives étreintes, qu'un regret amer se mêlait à ses caresses : elles n'en étaient que plus tendres. Quand il me disait : « Jean-Jacques, parlons de ta mère », je lui disais : « Hé bien, mon père, nous allons donc pleurer » ; et ce seul mot lui tirait déjà les larmes. « Ha ! Disait-il en gémissant ; rends-la-moi, console-moi d'elle, remplis le vide qu'elle a laissé dans mon âme. T'aimerais-je ainsi si tu n'étais que mon fils ? ». Quarante ans après l'avoir perdue, il est mort dans les bras d'une seconde femme, mais le nom de la première a la bouche, et son image au fond du c?ur. Tels furent les auteurs de mes jours. De tous les dons que le ciel leur avait départi, un c?ur sensible est le seul qu'ils me laissèrent, mais il avait fait leur bonheur, et fit tous les malheurs de ma vie.
ACCÉDER à ce doc  

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

Fiche de synthèse portant sur l'étude d'un extrait des "Confessions", écrites par Jean Jacques Rousseau. Cette fiche fournit des renseignements culturels et biographiques sur l'oeuvre et son contexte, avant d'analyser l'extrait suivant. Elle est utile à la fois pour réviser l'oral et l'écrit du bac de français.

Extraits

[...] Je n’ai pas su comment mon père supporta cette perte, mais je sais qu’il ne s’en consola jamais. Il croyait la revoir en moi, sans pouvoir oublier que je la lui avais ôtée ; jamais il ne m’embrassa sans que je ne sentisse à ses soupirs, à ses convulsives étreintes, qu’un regret amer se mêlait à ses caresses : elles n’en étaient que plus tendres. Quand il me disait : Jean- Jacques, parlons de ta mère je lui disais : Hé bien, mon père, nous allons donc pleurer ; et ce seul mot lui tirait déjà les larmes. [...]


[...] La sympathie, l’accord des âmes affermit en eux le sentiment qu’avait produit l’habitude. Tous deux, nés tendres et sensibles, n’attendaient que le moment de trouver dans un autre la même disposition, ou plutôt ce moment les attendaient eux-mêmes, et chacun d’eux jeta son cœur dans le premier qui s’ouvrit pour le recevoir. Le sort, qui semblait contrarier leur passion, ne fit que l’animer. Le jeune amant, ne pouvant obtenir sa maîtresse, se consumait de douleur ; elle lui conseilla de voyager pour l’oublier. [...]


[...] Son univers hanté par la rêverie, la contemplation de la nature, le goût insulaire et la solitude ont en effet marqué la littérature du siècle suivant, à tel point que Rousseau est généralement considéré comme l’un des précurseurs du romantisme. Il y a une certaine succession d’affections et d’idées qui modifient celles qui les suivent, et qu’il faut connaître pour bien me juger Jean-Jacques Rousseau, in Les Confessions Introduction : Qui ? Jean-Jacques Rousseau Quoi ? Les Confessions Quand ? [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
08/04/2007
Langue
français
Format
Word
Type
fiche
Nombre de pages
2 pages
Niveau
grand public
Consulté
7 fois

Informations sur l'auteur Paul L. (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
droit des...
Ecole, université
TOULOUSE -...
Note du document :
         
Commentaires
pieruccioni
12/28/09 - 20:22:04
Laissez le votre
ACCÉDER à ce doc  
Rousseau, "Confessions", 5 extraits commentés pour l'oral du bac de français

«- Nous sommes ici au milieu du premier livre. Rousseau nous raconte sa pension à Bossey chez le pasteur Lambercier où il connaît sa 1ère injustice : il est accusé d'avoir cassé un peigne alors qu'il est innoce...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .doc  |   10 pages   |   publié en 2010
Rousseau, Confessions, Incipit

«Commentaire portant sur l'incipit des Confessions de Rousseau. Cet incipit permet à Rousseau de présenter son projet autobiographique, son « entreprise ». Il annonce ses intentions et revendique la singularité de son moi....»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   9 pages   |   publié en 2007
Rousseau, "Confessions", Livre II : le ruban volé

«Une autobiographie se définit comme le récit rétrospectif qu'une personne fait de sa propre vie. Dès lors, un pacte s'établit entre le lecteur et l'auteur, celui-ci s'engageant à dire la vérité....»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .doc  |   4 pages   |   publié en 2010
Rousseau, "Confessions", Première rencontre avec Mme de Warens : commentaire

«L'abbé de Pontverre, qui avait la charge de placer le jeune Jean-Jacques, lui avait, en réalité, confié une lettre à remettre à madame de Warens la priant de prendre soin de lui. Trouver cette personne consti...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   4 pages   |   publié en 2009
Rousseau, Confessions, Préambule

«Commentaire composé détaillé du préambule des "Confessions" de Rousseau. Le document est constitué d'une biographie synthétique de la vie de l'auteur ainsi que du commentaire avec introduction, plan détaillé, 3 axes complets et rédigés avec soin et u...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   4 pages   |   publié en 2006

Meilleures ventes en littérature

Derniers docs en littérature

Montaigne, "Les Essais" : Préambule (commentaire)
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2008
Shakespeare, "Hamlet", Acte III scène 2 : commentaire
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2009
Artemis Fowl: The Opal Deception by Eoin Colfer
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   en  |   .doc  |   1 page   |   publié en 2014
George Orwell, "La ferme des animaux"
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   fr  |   .doc  |   5 pages   |   publié en 2008
Céline, "Voyage au bout de la nuit", "La pourriture du monde colonialiste"
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .pdf  |   5 pages   |   publié en 2008