Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Le sommaire
  ACCÉDER à ce doc

Introduction

I) Mimèsis : le roman comme reproduction du réel, comme miroir de la réalité

A. Des sous-genres romanesques ancrés dans la réalité
B. Des mouvements qui revendiquent un rapport étroit du roman avec la réalité
C. Au-delà, le roman comme un genre qui refuse l'idéalisation et s'inspire de la réalité (historique, sociale, existentielle, technologique...)

II) L'écart romanesque par rapport au réel

A. Le roman comme miroir déformant de la réalité : la transformation par le langage du matériau réel (la littérature comme poïesis)
B. La part d'imagination dans le roman
C. Le refus du réel et de l'illusion réaliste dans certains romans et mouvements

III) Sèmiosis : le roman comme expression d'une vision inédite du monde

A. Théories sur la vision subjective du romancier à l'oeuvre dans un roman
B. Pratiques romanesques de la vision d'un auteur à travers son oeuvre

Conclusion
ACCÉDER à ce doc  

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

Du conte et de l'épopée, genres empreints de merveilleux, le roman semble s'être démarqué notamment par son réalisme, au point que peindre le réel tel qu'il est puisse sembler comme une fonction constitutive de ce genre littéraire. Or la tâche du romancier consiste-t-elle seulement à reproduire le réel ? L'adverbe « seulement » laisse entendre que le romancier aurait la représentation du réel comme tâche indéniable : or cette évidence apparente, que l'on évoquera en premier lieu, ne doit-elle pas être remise en cause, comme nous le verrons ensuite ? Plus que de reproduire le réel, ne s'agit-il pas pour le romancier de donner une vision personnelle et subjective de la réalité ?

I. MIMÈSIS : LE ROMAN COMME REPRODUCTION DU RÉEL, COMME MIROIR DE LA RÉALITÉ

A. Des sous-genres romanesques ancrés dans la réalité

- Le roman historique :
comme le nom de ce genre l'indique, les romans historiques évoquent des réalités propres à une époque particulière et les personnages de ces romans ont souvent pour origine des êtres de chair et de sang : ainsi l'intrigue relatée dans Les Martyrs (1809) de Chateaubriand se déroule dans l'Antiquité romaine et traite des débuts du Christianisme ; de même, Quatre-vingt treize (1874) de Victor Hugo évoque l'évolution de la Révolution française et en particulier l'épisode sanglant de la Terreur.

- Le roman biographique ou autobiographique :
Albert Cohen dans l'oeuvre mi-biographique mi-autobiographique qu'est Le livre de ma mère raconte ses relations avec sa mère juive dans le contexte de la France antisémite du début du XXème siècle : par petites touches, il évoque notamment le Marseille de la Belle-Époque, puis ses occupations à Genève dans la Société des Nations lors de l'entre-deux-guerres. De même, Les Mémoires d'outre-tombe (1848) de Chateaubriand sont l'occasion pour l'auteur d'évoquer sa vie (1768-1848) ainsi que les événements historiques majeurs dont il fut témoin : la Révolution, l'Empire, la Restauration et la Monarchie de Juillet (...)

Extraits

[...] Théories sur la vision subjective du romancier à l’œuvre dans un roman Baudelaire à propos de Balzac dans Théophile Gautier : J’ai maintes fois été étonné que la grande gloire de Balzac fût de passer pour un observateur ; il m’avait toujours semblé que son principal mérite était d’être visionnaire et visionnaire passionné. L’œuvre est démiurgique : elle crée par des mots et des phrases comme une terre nouvelle et un ciel nouveau selon l’expression de Georges Dumézil dans Mythe et Epopée. C’est le travail même sur le style qui permet de dévoiler le réel : En travaillant sur la façon de dire ( . ) je vais déployer les possibilités inconnues des mots, et ( . [...]


[...] Encore, encore, de plus en plus distinctement, comme s’ils se fussent rapprochés du sol, les camarades tapaient. Aux rayons enflammés de l’astre, par cette matinée de jeunesse, c’était de cette rumeur que la campagne était grosse. Des hommes poussaient, une armée noire, vengeresse, qui germait lentement dans les sillons, grandissant pour les récoltes du siècle futur, et dont la germination allait faire bientôt éclater la terre. Par ailleurs, l’ironie à laquelle Flaubert a recours dans Madame Bovary (1857) permet de donner de la bourgeoise une vision médiocre : ainsi, quand l’auteur juxtapose les deux rêves d’Emma et de Charles au chapitre 12 de la deuxième partie, il fait à la fois une satire des aspirations de Charles et de celles d’Emma. [...]


[...] Il avait conquis les mères elles-mêmes, il régnait sur toutes avec la brutalité d’un despote, dont le caprice ruinait des ménages. Sa création apportait une religion nouvelle, les églises que désertait peu à peu la foi chancelante étaient remplacées par son bazar, 4 dans les âmes inoccupées désormais. La femme venait passer chez lui les heures vides, les heures frissonnantes et inquiètes qu’elle vivait jadis au fond des chapelles : dépense nécessaire de passion nerveuse, lutte renaissante d’un dieu contre le mari, culte sans cesse renouvelé du corps, avec l’au-delà divin de la beauté. [...]


[...] ) ce sont des aspects inconnus du monde qui vont m’apparaître. (Entretiens de Michel Butor avec Georges Charbonnier). Proust écrit dans Le temps retrouvé (1927) : La grandeur de l’art véritable ( . c’était de retrouver, de ressaisir, de nous faire connaître cette réalité loin de laquelle nous vivons, de laquelle nous nous écartons de plus en plus au fur et à mesure que prend plus d’épaisseur et d’imperméabilité la connaissance conventionnelle que nous lui substituons, cette réalité que nous risquerions fort de mourir sans avoir connue, et qui est tout simplement notre vie. [...]


[...] Or la tâche du romancier consiste-t-elle seulement à reproduire le réel ? L’adverbe seulement laisse entendre que le romancier aurait la représentation du réel comme tâche indéniable : or cette évidence apparente, que l’on évoquera en premier lieu, ne doit-elle pas être remise en cause, comme nous le verrons ensuite ? Plus que de reproduire le réel, ne s’agit-il pas pour le romancier de donner une vision personnelle et subjective de la réalité ? I. MIMÈSIS : LE ROMAN COMME REPRODUCTION DU RÉEL, COMME MIROIR DE LA RÉALITÉ A. [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
17/06/2011
Langue
français
Format
pdf
Type
fiche
Nombre de pages
4 pages
Niveau
grand public
Consulté
1 fois

Informations sur l'auteur Cyril G. (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
littérature
Ecole, université
Sorbonne
Note du document :
         
ACCÉDER à ce doc  
La tâche du romancier, quand il crée des personnages, ne consiste-t-elle qu'à imiter le réel ?

«À l'origine, le mot « roman » se rapporte à la langue populaire, alors opposée au latin, la langue noble. Échappant de la sorte à la codification des genres nobles (Boileau, Art poétique) et &agra...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   5 pages  |   publié en 2010
Le roman peut-il fidèlement représenter la réalité ?

«Au fil des siècles, de nombreux artistes ont cherché à ce que leurs oeuvres se rapprochent le plus que possible de la réalité. L'oeuvre romanesque n'échappe pas à la règle. C'est ainsi que de no...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   2 pages  |   publié en 2009
Le surnaturel (merveilleux et fantastique) chez Zola : prémice du naturalisme ?

«Etudier le surnaturel dans l'oeuvre d'Emile Zola pourrait paraître une gageure aujourd'hui.Néanmoins, les premiers écrits de Zola sont à l'opposé de ce qui a fait et fait encore sa gloire. En effet, la renomm&e...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .pdf  |   52 pages  |   publié en 2012
Les notions essentielles pour le Bac de Français

«Focalisation = point de vue ou regard du romancier ; sa position par rapport à ce dont il parle : Que voit-il ? Que sait- il ?Focalisation externe : le narrateur ignore la pensée, le passé et les sentiments des person...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .pdf  |   19 pages  |   publié en 2012
Naturalisme et photographie

«L'avènement de la photographie au XIXe siècle a radicalement transformé le monde de l'art, notamment son champ d'attente et ses présupposés. La littérature fut elle aussi victime, ou bénéficiaire c'est selon, de la création de Niepce. Aussi, nous étu...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   71 pages  |   publié en 2007

Meilleures ventes en littérature

Derniers docs en littérature

George Orwell, "La ferme des animaux"
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   fr  |   .doc  |   5 pages  |   publié en 2008
Evelyne Brisou-Pellen, "Le crâne percé d'un trou"
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   fr  |   .pdf  |   8 pages  |   publié en 2010
Céline, Voyage au bout de la nuit, 2ème séquence
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   6 pages  |   publié en 2007
Molière, "Le Misanthrope", Acte I scène 1, vers 1 à 36
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .pdf  |   8 pages  |   publié en 2007
Anne-Marie Cadot-Colin, "Perceval ou le Conte du Graal" : résumé et analyse
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   fr  |   .doc  |   9 pages  |   publié en 2009
Alcools - Guillaume Apollinaire
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .doc  |   6 pages  |   publié en 2014
La Peau de chagrin - Balzac
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .doc  |   6 pages  |   publié en 2014
Etre sans destin: p. 121-125 - Imre Kertész
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .doc  |   2 pages  |   publié en 2014
Un athlétisme affectif - Antonin Artaud (1938)
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .doc  |   4 pages  |   publié en 2014
Sonnets pour Hélène - Ronsard : sonnet XXIII
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .pdf  |   7 pages  |   publié en 2014