Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Le sommaire
  ACCÉDER à ce doc

I) L'aveu provocant d'une passion trop longtemps refoulée
II) Un plaidoyer pathétique : séduire Hippolyte en l'apitoyant ?
III) Mourir de la main d'Hippolyte : "un supplice si doux"

Conclusion
ACCÉDER à ce doc  

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

Dans le cadre de l'étude d'une oeuvre intégrale, Phèdre de Racine, ce document propose une lecture méthodique de l'aveu de Phèdre à Hippolyte, Acte II, scène 5, du vers 670 au vers 711.

Extraits

[...] 680) Face à cette fatalité imposée par les dieux, Phèdre est impuissante : Ces dieux qui se sont fait une gloire cruelle/ De séduire le cœur d’une faible mortelle Le vain combat d’une faible mortelle - Comme elle l’avait fait dans son aveu à Oenone, Phèdre retrace alors ses vains efforts pour éloigner Hippolyte, mais cette fois, c’est à l’intéressé qu’elle s’adresse. La succession des verbes je t’ai chassé j’ai voulu j’ai recherché ta haine comme la gradation dans les sentiments qu’elle affichait alors J’ai voulu te paraître odieuse, inhumaine (v.685) montrent bien sa sincérité et sa détermination. [...]


[...] Phèdre, Lecture méthodique : Acte II, scène 5. du vers 670 au vers 711 Après avoir appris la mort de Thésée, son épouse Phèdre vient voir Hippolyte afin d’intercéder en faveur de son fils : en effet, Hippolyte et le fils de Phèdre peuvent tous deux prétendre au trône laissé vacant par la mort de Thésée. C’est au cours de cet entretien que Phèdre, subjuguée par son amour pour Hippolyte, lui avoue de manière voilée, à travers le fantasme du labyrinthe, les sentiments qu’elle lui porte. [...]


[...] Cf. le phantasme de Phèdre conduisant Hippolyte à l’intérieur du labyrinthe. - ces allusions deviennent de plus en plus explicites il est vrai, (v.654-655) puis (v.660-662) mais sans que le désir aille jusqu’à s’avouer clairement. - Le second aveu, au contraire, se caractérise par une franchise brutale, qui transgresse toutes les règles de la bienséance : sa violence a quelque chose d’effrayant. La violence de la déclaration de Phèdre Elle s’exprime par plusieurs moyens stylistiques : - L’apostrophe Ah ! [...]


[...] Un plaidoyer pathétique : séduire Hippolyte en l’apitoyant ? Trans. : Paradoxalement, au moment même où elle avoue de manière si provocante son amour à Hippolyte, Phèdre tente de le convaincre qu’elle est la victime pitoyable de forces qui la dépassent. Pour cela elle développe un plaidoyer où l’on voit se succéder plusieurs arguments : Une conscience morale accablée sous le poids de sa culpabilité : - le premier argument réfute par avance ce qu’Hippolyte pourrait penser d’un aveu aussi indécent, à savoir que l’épouse de son père est une femme peu respectable. [...]


[...] quand il n’est pas relayé par l’emploi du mot amour (v.675, v.699) Un aveu dont la fureur provoque la terreur : Phèdre a longtemps tenu cette passion inavouable secrète. Il a fallu toute l’insistance d’Oenone pour obtenir le premier aveu. Une fois la brèche ouverte, on a le sentiment que tout ce qu’elle a refoulé refait surface violemment surtout au moment où Hippolyte cherche à se soustraire à sa vue. Et cette passion libérée atteint une telle puissance qu’elle transforme Phèdre en furie : D’où cette déclaration directe, insistante, provocante, soulignée par le tutoiement, qui surprend par le caractère impudique des paroles prononcées : en laissant voir le caractère si profondément sensuel de cet amour, de telles paroles transgressent toutes les règles de la bienséance, du respect de soi et des autres. [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
16/04/2008
Langue
français
Format
Word
Type
fiche
Nombre de pages
4 pages
Niveau
grand public
Consulté
14 fois

Informations sur l'auteur Jean-paul L. (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
droit des...
Note du document :
         
ACCÉDER à ce doc  
Commentaire de Phèdre de Racine : acte II scène 5

«Explication de l'acte II scène 5, vers 671 à 711. Analyse de la confrontation entre Phèdre et Hyppolite....»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   4 pages   |   publié en 2007
Racine, Phèdre, Acte II scène 5 (v. 670-711)

«Commentaire composé entièrement rédigé et laissant apparaître le plan détaillé de l'acte II scène 5 de la pièce de Racine intitulée "Phèdre". Document idéal pour les révisions du bac de français ou pour réaliser soi-même un commentai...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   2 pages   |   publié en 2007
Racine, "Phèdre", Acte II scène 5, Extrait : commentaire composé

«Phèdre date de 1677, c'est l'une des dernières pièces de Racine, elle est au sommet de son art. Au début de cette pièce, Phèdre avoue dans un premier temps à sa confidente Oenone, son amour po...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   4 pages   |   publié en 2009
Racine, "Phèdre", Acte II scène 5

«Commentaire composé semi-rédigé d'un extrait de la scène 5 de l'acte II de Phèdre de Racine....»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .pdf  |   3 pages   |   publié en 2008
Racine, "Phèdre", Acte II scène 5 : vers 670 à 711 : commentaire

«Ce passage est un extrait de Phèdre. Dans cette pièce, le roi Thésée est porté disparu. Son fils veut le retrouver. En attendant au palais, Phèdre, la seconde épouse de Thésée, t...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2009

Meilleures ventes en littérature

Derniers docs en littérature

George Orwell, "La ferme des animaux"
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   fr  |   .doc  |   5 pages   |   publié en 2008
Montaigne, "Les Essais" : Préambule (commentaire)
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2008
Shakespeare, "Hamlet", Acte III scène 2 : commentaire
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2009
Molière, Dom Juan, Acte 1 scène 1
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   2 pages   |   publié en 2006