Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Le sommaire
  ACCÉDER à ce doc

Introduction

I) Les éléments classiques d'une scène d'exposition
II) Le mélange entre le réel et l'illusion théâtrale

Conclusion
ACCÉDER à ce doc  

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

Paul Claudel (1868-1955) est un diplomate, poète, essayiste et dramaturge français, élu à l'Académie Française en 1946. Il s'est illustré dans le théâtre avec sa pièce Le soulier de satin, jouée pour la première fois à la Comédie française en 1953. Il s'agit d'une très longue pièce découpée en quatre journées, dont l'exécution complète dure onze heures et qui relate l'amour impossible entre Dona Prouhèze et le capitaine Don Rodrigue. Elle se déroule à la Renaissance, au temps des conquistadores. L'extrait étudié est tiré de la scène 1 de la première journée, il s'agit de la scène d'exposition. En quoi cette scène d'exposition est-elle originale ? Dans un premier temps, nous allons étudier les éléments d'une scène d'exposition classique et dans un second temps, la confusion entre le réel et l'illusion dans le texte.

Tout d'abord, cet extrait s'apparente à une scène d'exposition classique, puisqu'il présente les personnages de la pièce, le cadre spatio-temporel, le tout dans un registre comique.
En effet, cette première scène présente certains personnages : « l'Annoncier », et « le Père Jésuite », avec un bref portrait de chacun. Ce dernier est décrit comme un être décharné, famélique : « extrêmement grand et maigre ». L'adverbe « extrêmement » renforce l'idée de mauvais état physique du religieux, tout comme sa tenue vestimentaire : « La soutane déchirée laisse voir l'épaule nue ». Par ailleurs, l'auteur fait une description précise de l'Annoncier, particulièrement de sa tenue vestimentaire. Ce personnage porte des accessoires remarquables, un chapeau, une canne et un ceinturon (« feutre à plumes, cette canne sous son bras et ce ceinturon »). Physiquement, il apparaît comme un être imposant, avec de l'embonpoint, puisqu'il s'agit d'un « solide gaillard barbu », qui peine à fermer sa ceinture. Cette description physique est en totale opposition avec le père jésuite, amaigri et aux vêtements déchirés. Si l'Annoncier apparaît parmi les acteurs en ce début de pièce, il va se mêler au public par la suite et n'interviendra plus. On notera enfin que les deux principaux personnages de cette scène ne sont pas décrits de la même manière : les didascalies présentent l'Annoncier, tandis que le Père Jésuite est décrit par l'Annoncier lui-même. ()

Extraits

[...] L’Annoncier n’arrive pas à parler sans se faire interrompre : il essaye de parler, mais chaque fois qu’il ouvre la bouche, il est interrompu Ceci prouve qu’il y a un véritable brouhaha dans la salle, entre le bruit des instruments et les spectateurs qui discutent. Ainsi, l’énumération des instruments de musique et de leur bruit : un coup de cymbale, une clochette niaise, un trille strident du fifre, une réflexion narquoise du basson, une espièglerie d’ocarina, un rot de saxophone et la personnification de ces instruments niaise réflexion narquoise ) donnent une ambiance festive. [...]


[...] Le voici qui parle comme il suit : «Seigneur, je vous remercie de m'avoir ainsi attaché . Mais c'est lui qui va parler. Écoutez bien, ne toussez pas et essayez de comprendre un peu. C'est ce que vous ne comprendrez pas qui est le plus beau, c'est ce qui est le plus long qui est le plus intéressant et c'est ce que vous ne trouverez pas amusant qui est le plus drôle. (Sort l’Annoncier). [...]


[...] Et ici-bas un peintre qui voudrait représenter l'œuvre des pirates - des Anglais probablement - sur ce pauvre bâtiment espagnol, aurait précisément l'idée de ce mât, avec ses vergues et ses agrès, tombé tout au travers du pont, de ces canons culbutés, de ces écoutilles ouvertes, de ces grandes taches de sang et de ces cadavres partout, spécialement de ce groupe de religieuses écroulées l'une sur l'autre. Au tronçon du grand mât est attaché un Père Jésuite, comme vous voyez, extrêmement grand et maigre. La soutane déchirée laisse voir l'épaule nue. [...]


[...] En effet, cette première scène présente certains personnages : l’Annoncier et le Père Jésuite avec un bref portrait de chacun. Ce dernier est décrit comme un être décharné, famélique : extrêmement grand et maigre L’adverbe extrêmement renforce l’idée de mauvais état physique du religieux, tout comme sa tenue vestimentaire : La soutane déchirée laisse voir l'épaule nue Par ailleurs, l’auteur fait une description précise de l’Annoncier, particulièrement de sa tenue vestimentaire. Ce personnage porte des accessoires remarquables, un chapeau, une canne et un ceinturon feutre à plumes, cette canne sous son bras et ce ceinturon Physiquement, il apparaît comme un être imposant, avec de l’embonpoint, puisqu’il s’agit d’un solide gaillard barbu qui peine à fermer sa ceinture. [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
26/09/2011
Langue
français
Format
Word
Type
fiche
Nombre de pages
3 pages
Niveau
grand public
Consulté
9 fois

Informations sur l'auteur Carole B. (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
histoire de...
Ecole, université
Paris I
Note du document :
         
ACCÉDER à ce doc  
Paul Claudel, "Le soulier de satin" : analyse de la scène d'exposition

«Paul Claudel (1868-1955) est un diplomate, poète, essayiste et dramaturge français, élu à l'Académie Française en 1946. Il s'est illustré dans le théâtre avec sa pièce Le soulie...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   3 pages  |   publié en 2011
Camille Claudel, la plus grande femme sculpteure de tous les temps

«Elle naît dans une famille de petite bourgeoisie en 1864 à Fère en Tardenois dans le département de l'Aisne en Champagne. Son père, Louis Prosper (1826-1913) est fonctionnaire ; sa mère, Louise Cerveaux (1840-...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Biographie  |   fr  |   .pdf  |   8 pages  |   publié en 2008
Culture générale : le 20ème siècle

«[...]Baisse de la pratique religieuse du fait de la rationalisation des activités humaines et du processus de « désenchantement du monde » de Weber. L'autonomie du sujet se développe et ce dernier recherche un ...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   13 pages  |   publié en 2013
Moulias Marie-Claire, Les derniers jours de la route mythique

«Résumé de l'Ebook:...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Ebooks  |   fr  |   .pdf  |   160 pages  |   publié en 2007
Charles Moeller et l'Arbre de la croix

«Résumé de l'Ebook:...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Ebooks  |   fr  |   .pdf  |   742 pages  |   publié en 2007

Meilleures ventes en littérature

Derniers docs en littérature

George Orwell, "La ferme des animaux"
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   fr  |   .doc  |   5 pages  |   publié en 2008
Evelyne Brisou-Pellen, "Le crâne percé d'un trou"
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   fr  |   .pdf  |   8 pages  |   publié en 2010
Céline, Voyage au bout de la nuit, 2ème séquence
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   6 pages  |   publié en 2007
Molière, "Le Misanthrope", Acte I scène 1, vers 1 à 36
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .pdf  |   8 pages  |   publié en 2007
Anne-Marie Cadot-Colin, "Perceval ou le Conte du Graal" : résumé et analyse
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   fr  |   .doc  |   9 pages  |   publié en 2009
Alcools - Guillaume Apollinaire
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .doc  |   6 pages  |   publié en 2014
La Peau de chagrin - Balzac
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .doc  |   6 pages  |   publié en 2014
Etre sans destin: p. 121-125 - Imre Kertész
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .doc  |   2 pages  |   publié en 2014
Un athlétisme affectif - Antonin Artaud (1938)
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .doc  |   4 pages  |   publié en 2014
Sonnets pour Hélène - Ronsard : sonnet XXIII
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .pdf  |   7 pages  |   publié en 2014