Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Le sommaire
  ACCÉDER à ce doc

I) Le temps et l'espace

A. Le temps
B. L'espace

II) La notion auteur/narrateur

III) Le témoin d'une société

IV) Culture de l'auteur

V ) Etude des thèmes

A. Le monde féminin
B. La famille
C. L'éducation des enfants
D. La terre
E. La pauvreté
F. La société
G. La religion
H. Les croyances
I. Les traditions
J. Le bonheur et l'espoir
ACCÉDER à ce doc  

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

L'auteur annonce dès le chapitre 1er de la 1ère partie qu'il voulait "comme les grands hommes raconter sa propre histoire se peindre" (p.10), en parlant de Menrad. On comprend que Mouloud Feraoun veut prendre ses distances vis-à vis de Menrad Fouroulou, il montre très bien que ce n'est pas sa vie qui sera racontée, mais celle de Menrad, il lui parle et lui demande de raconter sa propre histoire "Fouroulou Menrad, nous t'écoutons" (p.11). Mais on sait que le nom de Menrad Fouroulou n'est autre que l'anagramme de Mouloud Feraoun, car il est omniscient : il connaît tout à propos de son personnage Menrad. Puis dans le chapitre 2, le récit est fait à la première personne du pluriel "nous", ou bien il utilise le pronom "on". Ce n'est qu'au troisième chapitre qu'on rencontre le "je" : c'est Menrad qui parle ()

Extraits

[...] La dépression nerveuse de Nana a aussi la même origine. On doit éloigner le mauvais œil de quelqu’un en lui donnant un prénom porteur de sens, Fouroulou, qui signifie effer : cacher Quand le père de Fouroulou est tombé malade, ils ont tué un bouc et encensé son bas- ventre avec une feuille de laurier rose écrite des deux côtés, cette dernière opération fut répétée trois fois. Pour expliquer des phénomènes astrologiques, ils avaient aussi leurs propres croyances p : 84 Il faisait clair de lune, khalti me racontait pour la vingtième fois l’histoire du voleur de paille que Dieu voulut confondre en marquant au ciel d’une traînée laiteuse sa marche nocturne sur la terre : Tout cela pour parler de la voie lactée. [...]


[...] Ne pleure pas, va l’embrasser ! Le monde féminin a beau être un monde à part dans cette société, il n’en subit pas moins le même conditionnement. L es meilleures pages sur l’adolescence et sur le mariage on disparu lors de la seconde édition. Mais ce qu’écrit Feraoun reste finement observé. Ce que les femmes pensent des hommes. Il nous dit qu’elles n’attendent ni délicatesse, ni retenue. Les femmes honnêtes sont méfiantes, tandis que celles qui veulent tenir leur rôle social, restent chez elles. [...]


[...] Qu’il nous suffise d’énumérer : Dieu donne toujours à qui sait attendre Dieu est seul maître de l’avenir Que Dieu me le garde Feraoun décrit les siens : des hommes avant tout, avec les prières et les malédictions proférées. Cette théologie populaire mentionne le Prophète Mohammed : on demande à Dieu qu’il le bénisse. Il parle de la Fatiha : Nom d’une Sourate du livre saint musulman, le coran. Dans ce genre de littérature du constat du vécu, il n y aucune ironie lorsqu’on parle de Dieu ou de son prophète, mais une sorte de vénération et de respect du prophète, qui est nourri de tradition populaire, d’exaltations pieuses. [...]


[...] Le bonheur et l’espoir Il y a la vie dure, miséreuse, les souffrances physiques dues à cette disette : ils ne mangent pas à leur faim, ils sont mal vêtus et les conditions climatiques sont dures, pluie abondante, boue, rues escarpées, pas de chauffage sauf un kanoun qui ne réchauffe pas tellement, les mains gèlent à cause du froid Mais personne ne se plaint sauf si cela devient insupportable, et encore ! Les pauvres font figure de riche ils ont de l’espoir, acceptent tout ce qui vient de Dieu : malheurs, faillite, mort, etc. Ils se résignent. Ils sont heureux de pouvoir gagner de quoi manger (le pain quotidien), ils sont heureux parce qu’ils ont un garçon qui pourra faire durer le nom de la famille. [...]


[...] C’est une société patriarcale où l’homme est maître absolu. C’est une société qui demeure solidaire, en cas de fête, de deuil, etc. Le village de Tizi est comme une grande famille, ou les gens s’entraident, assistent les uns les autres, se consolent, se partagent le meilleur et le pire, surtout les voisins qui le sont pour le paradis et non pour la contrariété Elle très pointilleuse lorsqu’il s’agit d’honneur, car l’honneur d’un membre de cette société, c’est l’honneur de toute la tribu. [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
23/06/2009
Langue
français
Format
Word
Type
fiche
Nombre de pages
9 pages
Niveau
grand public
Consulté
14 fois

Informations sur l'auteur Hamdoune M. (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
droit des...
Note du document :
         
ACCÉDER à ce doc  

Meilleures ventes en littérature

Derniers docs en littérature

Montaigne, "Les Essais" : Préambule (commentaire)
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2008
Shakespeare, "Hamlet", Acte III scène 2 : commentaire
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2009
Artemis Fowl: The Opal Deception by Eoin Colfer
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   en  |   .doc  |   1 page   |   publié en 2014
Les personnages de la famille Raquin
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   12 pages   |   publié en 2007
George Orwell, "La ferme des animaux"
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   fr  |   .doc  |   5 pages   |   publié en 2008