Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Le sommaire
  ACCÉDER à ce doc

A. Sa nature
B. Les conséquences de ce mal

II) Le jugement : les animaux à la barre

A. Les puissants
B. Les faibles

III) La vision pessimiste du monde, l'iniquité de la justice

A. Une justice contestable
B. Une remise en cause des relations humaines

Conclusion

Texte analysé

Un mal qui répand la terreur,
Mal que le Ciel en sa fureur
Inventa pour punir les crimes de la terre,
La Peste (puisqu'il faut l'appeler par son nom)
Capable d'enrichir en un jour l'Achéron,
Faisait aux animaux la guerre.
Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés ;
On n'en voyait point d'occupés
A chercher le soutien d'une mourante vie ;
Nul mets n'excitait leur envie ;
Ni Loups ni Renards n'épiaient
La douce et l'innocente proie.
Les Tourterelles se fuyaient :
Plus d'amour, partant plus de joie.
Le Lion tint conseil, et dit : Mes chers amis,
Je crois que le Ciel a permis
Pour nos péchés cette infortune ;
Que le plus coupable de nous
Se sacrifie aux traits du céleste courroux,
Peut-être il obtiendra la guérison commune.
L'histoire nous apprend qu'en de tels accidents
On fait de pareils dévouements :
Ne nous flattons donc point ; voyons sans indulgence
L'état de notre conscience.
Pour moi, satisfaisant mes appétits gloutons
J'ai dévoré force moutons.
Que m'avaient-ils fait ? Nulle offense :
Même il m'est arrivé quelquefois de manger
Le Berger.
Je me dévouerai donc, s'il le faut ; mais je pense
Qu'il est bon que chacun s'accuse ainsi que moi :
Car on doit souhaiter selon toute justice
Que le plus coupable périsse.
- Sire, dit le Renard, vous êtes trop bon Roi ;
Vos scrupules font voir trop de délicatesse ;
Et bien, manger moutons, canaille, sotte espèce,
Est-ce un péché ? Non, non. Vous leur fîtes Seigneur
En les croquant beaucoup d'honneur.
Et quant au Berger l'on peut dire
Qu'il était digne de tous maux,
Etant de ces gens-là qui sur les animaux
Se font un chimérique empire.
Ainsi dit le Renard, et flatteurs d'applaudir.
On n'osa trop approfondir
Du Tigre, ni de l'Ours, ni des autres puissances,
Les moins pardonnables offenses.
Tous les gens querelleurs, jusqu'aux simples mâtins,
Au dire de chacun, étaient de petits saints.
L'Ane vint à son tour et dit : J'ai souvenance
Qu'en un pré de Moines passant,
La faim, l'occasion, l'herbe tendre, et je pense
Quelque diable aussi me poussant,
Je tondis de ce pré la largeur de ma langue.
Je n'en avais nul droit, puisqu'il faut parler net.
A ces mots on cria haro sur le baudet.
Un Loup quelque peu clerc prouva par sa harangue
Qu'il fallait dévouer ce maudit animal,
Ce pelé, ce galeux, d'où venait tout leur mal.
Sa peccadille fut jugée un cas pendable.
Manger l'herbe d'autrui ! quel crime abominable !
Rien que la mort n'était capable
D'expier son forfait : on le lui fit bien voir.
Selon que vous serez puissant ou misérable,
Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.
ACCÉDER à ce doc  

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

Les fables sont de courts récits, destinés le plus souvent à inculquer une morale qui ressort du texte implicitement ou explicitement.
La Fontaine est l'un des moralistes le plus connu grâce à son recueil :

Extraits

[...] Ainsi dit le Renard, et flatteurs d'applaudir. On n'osa trop approfondir Du Tigre, ni de l'Ours, ni des autres puissances, Les moins pardonnables offenses. Tous les gens querelleurs, jusqu'aux simples mâtins, Au dire de chacun, étaient de petits saints. L'Ane vint à son tour et dit : J'ai souvenance Qu'en un pré de Moines passant, La faim, l'occasion, l'herbe tendre, et je pense Quelque diable aussi me poussant, Je tondis de ce pré la largeur de ma langue. Je n'en avais nul droit, puisqu'il faut parler net. [...]


[...] Pour moi, satisfaisant mes appétits gloutons J'ai dévoré force moutons. Que m'avaient-ils fait ? Nulle offense : Même il m'est arrivé quelquefois de manger Le Berger. Je me dévouerai donc, s'il le faut ; mais je pense Qu'il est bon que chacun s'accuse ainsi que moi : Car on doit souhaiter selon toute justice Que le plus coupable périsse. - Sire, dit le Renard, vous êtes trop bon Roi ; Vos scrupules font voir trop de délicatesse ; Et bien, manger moutons, canaille, sotte espèce, Est-ce un péché ? [...]


[...] La vision pessimiste du monde, l’iniquité de la justice 1. Une justice contestable On met l’accent sur la justice du plus fort. Le blanc symbolise la pureté, les puissants. Le noir symbolise la noirceur morale soit les faibles. C’est un procès truqué : le loup insiste sur l’aspect physique de l’âne et pas sur ce qu’il a fait. On a une action très rapide: "on cria haro sur le baudet". Les puissants on trouvait leur bouc émissaire. Pour insister sur la rapidité de l’action, on met la mort de l’âne sous ellipse Une remise en cause des relations humaines Grâce à ce procès truqué La Fontaine nous montre les travers des humains : Ils sont sans scrupules, sans remords. [...]


[...] Ils ont beaucoup de préjugés, ils se fient à l’apparence (comme pour l’âne). L’âne est le bouc émissaire il représente la mauvaise conscience de tout le monde. Conclusion : C’est par un petit chef d’œuvre que La Fontaine illustre non pas seulement une idée mais un comportement humain. Tel un auteur dramatique il type ces personnages en les ancrant dans la réalité de son époque et construit sa fable comme une tragédie soulignant par là sa vision pessimiste du monde. [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
09/01/2008
Langue
français
Format
Word
Type
fiche
Nombre de pages
3 pages
Niveau
grand public
Consulté
85 fois

Informations sur l'auteur Mathilde C. (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
droit des...
Note du document :
         
Commentaires
Anonyme
05/08/09 - 19:43:10
Anonyme
12/10/08 - 12:50:15
Anonyme
06/26/08 - 18:51:45
Laissez le votre
ACCÉDER à ce doc  
La Fontaine, "Les Animaux malades de la peste" : lecture linéaire

«Première fable du livre VII et du deuxième recueil publié en 1668, la fable Les Animaux malades de la peste est une des plus célèbres de La Fontaine. Ce dernier en puise le thème dans la tradition m&...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .pdf  |   14 pages   |   publié en 2010
La Fontaine, "Fables", "Les Animaux malades de la peste" : analyse

«"Ce qu'on dit de la comédie, "castigat ridendo mores", est plus vrai encore de la fable. Sous des formes variées, attrayantes, elle a toujours servi de guide aux hommes". Ce propos tenu par Anatole de la Forge est particulièremen...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   5 pages   |   publié en 2009
La Fontaine, "Fables", "Les Animaux malades de la Peste" : commentaire

«C'est sur la fable "Les Animaux malades de la peste" que s'ouvre le livre VII des Fables de La Fontaine. Cet auteur classique du XVIIe siècle y souligne avec un registre satyrique l'injustice qui règne à la Cour en montr...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .doc  |   4 pages   |   publié en 2010
La Fontaine, Les Animaux malades de la Peste

«Placée en ouverture du recueil de 1678 (c'est la première fable du livre VII), cette fable remonte à une tradition attestée du XVIème siècle, en France et en Italie. Pour écrire cette fable, La Fontai...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   7 pages   |   publié en 2005
L'art de plaire dans « Les animaux malades de la peste », La Fontaine

«Analyse de la fable de La Fontaine « Les animaux malades de la peste » centrée sur un thème précis : l'art de plaire au lecteur dans la fable....»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   4 pages   |   publié en 2007

Meilleures ventes en littérature

Derniers docs en littérature

Montaigne, "Les Essais" : Préambule (commentaire)
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2008
George Orwell, "La ferme des animaux"
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   fr  |   .doc  |   5 pages   |   publié en 2008
Shakespeare, "Hamlet", Acte III scène 2 : commentaire
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2009
Artemis Fowl: The Opal Deception by Eoin Colfer
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   en  |   .doc  |   1 page   |   publié en 2014
Sartre, "Les Mots", "Le jardin d'enfants"
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .pdf  |   4 pages   |   publié en 2008