Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Le sommaire
  ACCÉDER à ce doc

PASSAGE 1

I) Une entrée en matière captivante
II) Une présentation valorisante de Sherlock Holmes par son ami Watson
III) L'intrigante visiteuse

PASSAGE 2

I) Le récit rétrospectif des faits par une Hélène terrifiée : un cycle sanglant
II) Les premières pistes d'une mystérieuse affaire
III) Holmes : la figure du lecteur avisé et du scientifique moderne

PASSAGE 3

I) La mise à l'épreuve des hypothèses sur le lieu du crime
II) Le danger croissant de l'enquête
III) Le portrait élogieux d'un enquêteur avisé

PASSAGE 4

I) Une fin avec un suspense à couper le souffle
II) L'élucidation du mystère de la mort de Julie Stoner et la leçon de lecture donnée au lecteur
III) Une fin qui fait triompher le bien sur le mal à la Belle Epoque
ACCÉDER à ce doc  

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

On note d'abord une absence de lien entre le début de cette nouvelle et son titre, lui-même énigmatique. Le lecteur a ainsi envie de connaître la suite du récit pour comprendre le bien-fondé d'un tel titre.

Dès le début de la nouvelle, un effet d'attente est créé :
- Puisque Holmes réveille de manière inhabituelle son ami Watson : quelle en est la raison ?
- Puisque Watson, devenu narrateur, présente l'histoire qu'il va relater comme « la plus singulièrement fantastique » (l.10). Il présente aussi la vérité sur la mort du docteur Roylott comme « à peine moins horrible » que les rumeurs qui l'ont entourée. Ces hyperboles font donc attendre au lecteur la narration d'un événement extraordinaire en lien avec une mort. On passe donc d'un récit ancré dans la situation d'énonciation (« Voici huit ans que j'étudie les méthodes de mon ami Sherlock Holmes... »), qui se rapporte à ce que vit et fait le narrateur au moment de l'écriture, à un récit coupé de la situation d'énonciation (« Un matin d'avril 1883 »...) : l'un est censé créer la curiosité du lecteur sur l'autre (...)

Extraits

[...] Les personnages attendus : un enquêteur, une victime, un coupable. Les événements attendus : un crime (qui a eu lieu avant le début du récit), une enquête qui doit reconstituer le passé qui a mené au crime. Les étapes essentielles du récit : présentation des personnages, présentation de l’énigme, l’enquête sur le terrain, la résolution. La stratégie narrative mise en œuvre pour maintenir le suspense jusqu’au bout : choix d’un narrateur (ici un témoin de l’enquête) et d’un point de vue pertinent (ici la focalisation interne), utilisation du registre dramatique (suspense), dissémination d’indices et de fausses pistes. [...]


[...] Résumé de l’énigme soumise à Sherlock Holmes : La sœur d’Hélène, Julie, est morte il y a deux ans, quinze jours avant ses noces. Elle se trouvait dans sa chambre, dont la porte était verrouillée de l’intérieur. Sa mort a été précédée d’un sifflement. Hélène a entendu sa sœur crier, mais lorsqu’elle la trouva dans le couloir, il était déjà trop tard. Juste avant de mourir, Julie a fait allusion à un ruban moucheté. Les causes de la mort n’ont jamais été élucidées. [...]


[...] Elle récapitule les étapes du raisonnement de l’enquêteur (l.983 à 1039). Il s’agit d’un discours explicatif, traditionnel du récit policier de détection. Les différentes étapes évoquées sont les suivantes : les fausses pistes (l.983-984), les premières hypothèses (l.1018), l’examen des lieux (l.1019), la vérification des hypothèses (l.1024). La méthode utilisée par Holmes correspond à la présentation du personnage qui avait été faite dans le premier passage : de nombreux verbes appartenant au champ lexical du raisonnement parcourent cette étape du récit : réviser mon jugement je me rendis compte je pensai je reliai cette hypothèse puis je réfléchis j’aboutis à ces conclusions Elle donne la solution de l’énigme (Julie est morte des suites des morsures d’une vipère de marais). [...]


[...] Je m’élançai, glissai mes bras autour d’elle pour la soutenir, mais ses genoux se plièrent, et elle s’effondra par terre. (l.281-289). Elle transmet aussi au lecteur sa crainte présente concernant sa propre personne : Imaginez mon épouvante, quand, la nuit dernière, ne dormant pas et méditant sur la terrible fin de Julie, j’entendis subitement dans le silence de la nuit le sifflement étouffé qui avait précédé sa mort. (l.360-363). L’imminence d’une nouvelle mort : cette terreur est renforcée par la grande proximité des personnages : les deux sœurs sont jumelles, Hélène projette de se marier (l.350-356), comme sa sœur, quelques temps avant sa mort (l.216-218) et elle vient de prendre la chambre de sa sœur en raison de travaux dans la sienne (l.356-360). [...]


[...] Au-delà de l’apparente gratuité du récit policier, on remarque en effet la portée morale de la fin du texte : Sherlock Homes se reconnaît indirectement responsable de la mort de Roylott c’est une responsabilité qui ne pèse pas lourd sur ma conscience l.1038-1039), mais compte 11 tenu de la personnalité du coupable, il pense plutôt avoir fait une bonne œuvre et avoir contribué à éliminer le Mal : la nouvelle se clôt donc sur la dimension justicière du héros. La morale de l’histoire est formulée explicitement par l’enquêteur : La violence retombe sur le violent et tel est pris qui croyait prendre. (l.966-967). Cette nouvelle illustre aussi la victoire, à la Belle Époque, de l’intelligence au service du bien et du rationalisme, incarnés par Holmes, sur la violence, l’intelligence au service du mal et le machiavélisme, dont Roylott a l’apanage. Sherlock Holmes est animé par une seule obsession : la recherche de la vérité et de la justice. [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
13/10/2010
Langue
français
Format
pdf
Type
fiche de lecture
Nombre de pages
11 pages
Niveau
grand public
Consulté
3 fois

Informations sur l'auteur Cyril G. (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
littérature
Ecole, université
Sorbonne
Note du document :
         
ACCÉDER à ce doc  
Conan Doyle, "Le ruban moucheté" : commentaire

«On note d'abord une absence de lien entre le début de cette nouvelle et son titre, lui-même énigmatique. Le lecteur a ainsi envie de connaître la suite du récit pour comprendre le bien-fondé d'un tel titre....»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   fr  |   .pdf  |   11 pages   |   publié en 2010
"Une étude en rouge" : la naissance du mythe de Sherlock Holmes

«Fiche de lecture consacrée au roman Une étude en rouge, premier roman mettant en scène le célèbre détective amateur Sherlock Holmes : Biographie d'Arthur Conan Doyle - tous les romans et nouvelles de...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .pdf  |   7 pages   |   publié en 2008

Meilleures ventes en littérature

Derniers docs en littérature

George Orwell, "La ferme des animaux"
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   fr  |   .doc  |   5 pages   |   publié en 2008
Montaigne, "Les Essais" : Préambule (commentaire)
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2008
Shakespeare, "Hamlet", Acte III scène 2 : commentaire
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2009
Molière, Dom Juan, Acte 1 scène 1
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   2 pages   |   publié en 2006