Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Le sommaire
  ACCÉDER à ce doc

Introduction

I) Puissance du mythe
II) Résistance des héros
III) La liberté et l'art

Conclusion
ACCÉDER à ce doc  

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

Le mythe est un récit fondateur et fabuleux qui met en scène des êtres incarnant sous une forme symbolique des forces de la nature, des aspects de la condition humaine. Par extension, le mythe est la représentation de faits ou de personnages réels déformés ou amplifiés par l'imagination collective, la tradition. Dans les quatre romans du XXe siècle que sont La Marche de Radetzky de Philip Roth, Le Docteur Jivago de Boris Pasternak, Antigone d'Henry Bauchau et Médée de Christa Wolf, les personnages sont confrontés au mythe dans l'oeuvre à laquelle ils appartiennent. En effet la vie de Charles-Joseph est déterminée par la légende du héros de Solferino et à travers cet épisode se profile le mythe du vieil empire idéalisé ; Jivago se trouve pris dans les conséquences du mythe révolutionnaire, et les deux réécritures des mythes antiques ont pour essence même cette notion. En 1935, Malraux constate que "nulle civilisation - et même nulle barbarie - n'est assez forte pour arracher aux hommes les mythes qui sont la plus vieille puissance humaine, mais la barbarie est ce qui sacrifie les hommes aux mythes, et nous voulons une civilisation qui soumette les mythes aux hommes". Dans les oeuvres au programme, le mythe donne en effet cours à la violence et à l'entrave à la liberté. Mais l'entreprise de réécriture du mythe, directement d'une part et par le biais du roman historique d'autre part révèle une volonté de libérer l'être de ce joug.

Extraits

[...] En outre, ces mythes ont tous pour cadre la dictature ou du moins l’abus de pouvoir, et laissent cours à la violence. Jivago insiste ainsi à de véritables massacres populaires, et à la dépossession de son identité au profit de la glorification des entreprises collectives, à travers la confiscation de ses biens et l’interdiction portée sur son œuvre. Les romans Médée et Antigone ont tous les deux pour cadre la dictature de Créon et les héroïnes sont confrontées à son pouvoir tyrannique. [...]


[...] En revanche dans la Marche de Radetzky, l’impossibilité de l’art est signe de l’échec de la prise de conscience. L’art y est opposé au domaine militaire, comme le montre la discussion entre le préfet et le chef de musique : Nechwal expliquant que son fils aîné est bon élève, Trotta lui demande alors Il deviendra sans doute musicien, lui aussi ? ce à quoi l’officier répond : Non, il entre dans un an à l’école des cadets L’art a donc du mal à se faire une place ; cela dit il est opposé au domaine militaire qui, par la légende initiale, est pointé comme une imposture. [...]


[...] Ainsi, Jivago n’est pas dupe du rigorisme révolutionnaire qui dégénère en violence totalitaire, Antigone fait ouvrir les yeux sur les réalités d’injustice et de misère à Thèbes, et Trotta se révolte face au mensonge sur lequel est bâti l’Empire. De plus, le roman historique pointe, à travers l’inadaptation de la famille Trotta, l’illusion d’une harmonie qui n’avait jamais sans soute existé, en montrant des classes sociales figées, et la vérité d’un empire divisé par les pluralités nationales éclate au grand jour lors de l’assassinat du prince héritier. [...]


[...] Dans les quatre romans du XXe siècle que sont La Marche de Radetzky de Philip Roth, Le Docteur Jivago de Boris Pasternak, Antigone d’Henry Bauchau et Médée de Christa Wolf, les personnages sont confrontés au mythe dans l’œuvre à laquelle ils appartiennent. En effet la vie de Charles-Joseph est déterminée par la légende du héros de Solferino et à travers cet épisode se profile le mythe du vieil empire idéalisé ; Jivago se trouve pris dans les conséquences du mythe révolutionnaire, et les deux réécritures des mythes antiques ont pour essence même cette notion. [...]


[...] * Une liberté par rapport au mythe collectif est revendiquée, dans les quatre romans, à travers des réécritures qui opèrent un décentrement du regard et un rapprochement des sphères de l’individualité humaine par la démythification. Les paroles qui s’expriment dans les romans sont des voix libres, d’abord du fait de l’affirmation de leur individualité : l’entreprise de réécriture procède à une démythification qui est la mise en avant de l’individu et de son identité propre, malgré les menaces environnantes qui pèsent sur elle. [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
03/02/2011
Langue
français
Format
Word
Type
dissertation
Nombre de pages
5 pages
Niveau
grand public
Consulté
1 fois

Informations sur l'auteur Ralph G. (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
littérature
Ecole, université
Paris III
Note du document :
         
ACCÉDER à ce doc  
Dissertation sur le roman et la fiction à partir d'une citation : "A quoi bon des chimères qui ne contribuent ni à changer la société, ni à accroître le savoir ?" (Claude Abastado)

«Le roman, est un genre littéraire dont les limites sont difficiles à fixer ; sa principale caractéristique est cependant d'être un genre de la fiction, reconstituant un réel. Cette fictionnalité est sujette &a...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   13 pages   |   publié en 2012
Dissertation sur Montesquieu et les Lettres persanes : réflexion politique et philosophique

«En 1721, Montesquieu fait publier ses Lettres persanes, roman épistolaire polyphonique au sein duquel il mêle avec subtilité philosophie et politique. Cette oeuvre peut surprendre étant donné que Montesquieu est conn...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   7 pages   |   publié en 2009
Dissertation sur les Mondes Imaginaires

«Dissertation de littérature sur les Mondes Imaginaires. Il est vrai, cette rêverie autour des mondes de nulle-part mise en oeuvre dans nos deux romans permet de façonner des modèles culturels et politiques spécifique...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   14 pages   |   publié en 2008
Le roman est-il, comme le prétend Goldmann, "un genre caractérisé, contrairement à l'épopée ou au conte, par la rupture insurmontable entre le héros et le monde" ?

«Pour Grimal, le passage de l'épopée au roman témoigne d'une transition de société closes, quasi stables, organiquement liées à des sociétés plus ouvertes, évolutives soumises &agra...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   6 pages   |   publié en 2008
Dissertation sur les personnages dans "Les Misérables" de Victor Hugo

«Se distinguant par ses actes, ses paroles et ses pensées, le personnage suscite une réelle fascination chez le lecteur, qu'elle soit positive ou négative. La littérature et notamment le roman cherchent à positionner...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   11 pages   |   publié en 2011

Meilleures ventes en littérature

Derniers docs en littérature

George Orwell, "La ferme des animaux"
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   fr  |   .doc  |   5 pages   |   publié en 2008
Montaigne, "Les Essais" : Préambule (commentaire)
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2008
Shakespeare, "Hamlet", Acte III scène 2 : commentaire
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2009
Jean Côme Noguès, "L'homme qui séduit le soleil" : résumé
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2011