Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Le sommaire
  ACCÉDER à ce doc

Introduction

I) L'oeuvre littéraire se caractérise avant tout par une forme et possède une structure interne

A. L'oeuvre littéraire se caractérise avant tout par sa forme, et possède une structure interne suffisamment signifiante pour expliquer le sens d'un texte
B. L'écrivain n'écrit ni pour représenter le monde, ni pour exprimer son état d'âme, mais à partir des mots, pour jouer avec eux
C. Une oeuvre n'est pas intemporelle et la façon dont elle est comprise évolue au fil des siècles, en fonction des lecteurs. La critique structurale a ainsi permis à certaines oeuvres du passé d'être lues à nouveau

II) Mais la forme d'une oeuvre ne surgit pas du néant : elle est nécessairement ancrée dans une époque et un temps particuliers

A. Une oeuvre en effet est le fruit d'une époque et d'un temps précis, qui influent sur l'auteur et sur sa manière d'écrire
B. Lanson, en s'intéressant à la science et à l'Histoire, va développer une méthode particulière pour étudier les textes littéraires, en accordant notamment une grande place au contexte de création des oeuvres
C. La critique historique, en postulant, comme le fait Lanson, que « les textes ont un sens en eux-mêmes, indépendamment de nos esprits et de nos sensibilités », fait apparaître l'idée selon laquelle une oeuvre possède un sens figé, originel, imposé par l'auteur à son texte

III) Pourtant, comme nous le verrons, l'attention portée à l'étude du contexte ne suffit pas à épuiser les sens d'une oeuvre. Seule l'union des deux critiques évoquées par notre auteur permet d'éviter de réduire les textes à une signification unique, seulement déterminée par tel ou tel fait, tandis que le sens final d'une oeuvre revient nécessairement au lecteur

A. Pour comprendre un récit ou rendre compte d'un texte le plus justement possible, c'est-à-dire en cherchant à épuiser les multiples sens d'une oeuvre, il est nécessaire d'allier « Histoire et Structure »
B. Il est possible de donner à une oeuvre de multiples sens, sans pour autant ignorer parmi eux celui que souhaitait faire passer l'auteur dans son texte
C. En outre, si les critiques proposent des interprétations différentes d'une même oeuvre au lecteur, en insistant par exemple sur tel ou tel point précis dans un texte, ou en expliquant une oeuvre grâce à son contexte de création, ils ne sont que de simples guides orientant la lecture

Conclusion
ACCÉDER à ce doc  

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

Dissertation entièrement rédigée portant sur la critique littéraire à partir d'une citation de J. Seebacher, dont voici la formulation exacte : « Le Charybde et Scylla de toute lecture se nomme Histoire et Structure. Réduire le texte à ses circonstances ou l'en abstraire risque le même naufrage dans l'insignifiance ».

Extraits

[...] Dans un de ses articles intitulés Comment Ronsard invente (Essais de méthodique de critique et d'histoire littéraire), le critique, en étudiant les quatre derniers vers de l'ode de Ronsard intitulée De l'élection de son sépulcre, montre bien que le contexte de création du poème empêche d'y voir toute marque de nostalgie, malgré un lexique allant dans ce sens. En effet, Lanson explique que Ronsard, lors de l'année de la création du poème, en 1550, a seulement 26 ans. Ce n'est pas sa fin qu'il voit, c'est le culte qu'il attend, qu'il prescrit. [...]


[...] C'est au lecteur que revient le sens final d'un texte. Le lecteur, dernier maillon dans la chaîne d'interprétation d'une œuvre, peut en effet interpréter librement les textes, selon le principe de l'œuvre ouverte énoncé par Umberto Eco dans son ouvrage éponyme. C'est d'ailleurs ce qui rend possible la libre aventure interprétative Cependant il ne peut pas faire dire n'importe quoi à une œuvre. Le même critique, dans Interprétation et surinterprétation, précise sa pensée en ces termes : j'accepte l'idée selon laquelle un texte peut avoir de nombreux sens. [...]


[...] Car c'est moi qui suis le maître du relief, des intensités . Je suis metteur en scène du sens, et dès lors c'est mon sens On voit donc bien ici, comme pour l'assertion de U. Eco, que l'union entre Histoire et Structure est possible, et même nécessaire : si l'œuvre en effet se définit comme ouverte se prêtant à des interprétations multiples, et, entre autres, à une étude structurale, seule la prise en compte du contexte de création permet de couper court à des analyses qui feraient dire à un texte n'importe quoi. [...]


[...] La lecture du récit de Musset, sans aucune connaissance historique des événements évoqués, ne permet pas de le comprendre pleinement. Le lecteur peut ainsi avoir l'impression qu'il lui manque une clé pour décoder le roman. Bien sûr, il comprend les mots couchés par Musset sur le papier, mais passe à côté d'un sens plus profond, lié au contexte particulier de la Restauration. Ce contexte historique ne sert d'ailleurs pas seulement à l'auteur de toile de fond pour son récit, mais a guidé, influencé la rédaction de son œuvre. [...]


[...] Ce qui compte plus que tout autre chose, c'est le code, le signe, la structure du récit. La littérature, dès lors, doit être considérée comme un code sans message (G. Genette, Figures tandis que les œuvres ne sont que des machines, dont il faut comprendre les rouages, à l'aide d'instruments le plus précis possible. Vladimir Propp, dans sa Morphologie du conte, publié en 1928, montre que, sous leur variété apparente, cent contes populaires russes sont issus d'une matrice unique comportant 31 fonctions (éloignement, interdiction, tromperie, départ . [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
19/10/2011
Langue
français
Format
Word
Type
dissertation
Nombre de pages
9 pages
Niveau
grand public
Consulté
1 fois

Informations sur l'auteur Julia L. (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
littérature
Ecole, université
Nantes
Note du document :
         
ACCÉDER à ce doc  
Dissertation sur la critique littéraire à partir d'une citation de J. Seebacher

«Dissertation entièrement rédigée portant sur la critique littéraire à partir d'une citation de J. Seebacher, dont voici la formulation exacte : « Le Charybde et Scylla de toute lecture se nomme Histoire e...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   9 pages   |   publié en 2011
La littérature en tant qu'expression de la société

«Il est une idée bien reçue selon laquelle la littérature s'opposerait à la réalité et ne serait que pur artifice. À l'inverse, Bonald affirme : "La littérature est l'expression de la socié...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   7 pages   |   publié en 2009

Meilleures ventes en littérature

Derniers docs en littérature

Shakespeare, "Hamlet", Acte III scène 2 : commentaire
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2009
Artemis Fowl: The Opal Deception by Eoin Colfer
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   en  |   .doc  |   1 page   |   publié en 2014
Les personnages de la famille Raquin
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   12 pages   |   publié en 2007
George Orwell, "La ferme des animaux"
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   fr  |   .doc  |   5 pages   |   publié en 2008
Céline, "Voyage au bout de la nuit", "La pourriture du monde colonialiste"
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .pdf  |   5 pages   |   publié en 2008
Salem (Salem's Lot) - Stephen King, 1975
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   fr  |   .pdf  |   10 pages   |   publié en 2014
Artemis Fowl: The Opal Deception by Eoin Colfer
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   en  |   .doc  |   1 page   |   publié en 2014
Dom Juan, extrait de l'acte 1, scène 1 - Molière : L'éloge du tabac par Sganarelle
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .doc  |   4 pages   |   publié en 2014
Dom Juan, extrait Acte II, Scène 2 - Molière : Éloge à Charlotte
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .doc  |   4 pages   |   publié en 2014