Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Le sommaire
  ACCÉDER à ce doc

Introduction

I) L'idéal artistique de Sandoz

A. Un discours persuasif
B. Novateur, il rejette le classicisme

II) La découverte du personnage de Sandoz

A. Un jugement contradictoire de la presse
B. L'accomplissement d'un idéal colossal

Conclusion
ACCÉDER à ce doc  

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

Ce discours de Sandoz explicite parfaitement sa position artistique et, par là même, celle de Zola :

- il rejette de manière virulente le passé
Sa colère contre le classicisme ("c'est la mort fatale de l'antique société", lignes 23-24) est marquée par l'utilisation d'un lexique fort et violent, parfois même blasphématoire : "gueuse" (ligne 4), "crever" (ligne 7), "pantin" (ligne 11), "tonnerre de Dieu !", (ligne 15), "imbécile" (ligne 17), "traître" (ligne 20).

Sandoz s'oppose à la vision métaphysique de l'homme ("Hein ? étudier l'homme tel qu'il est, non plus leur pantin métaphysique, mais l'homme physiologique, déterminé par le milieu, agissant sous le jeu de tous ses organes ", lignes 11-12), c'est-à-dire à une vision très intellectuelle et rationnelle qui a pour but la connaissance de "l'être absolu". C'est du reste ce qui motive son ironie amère à travers l'image du corps humain et des organes ("Faites donc penser un cerveau tout seul, voyez donc ce que devient la noblesse du cerveau, quand le ventre est malade ! ", lignes 15-16).

- il apparaît novateur
Si son métier littéraire est nécessaire à Sandoz pour assurer sa subsistance ("Il faut vivre et il faut se battre pour vivre", lignes 3-4), on peut constater que son projet est marqué par :
. ()

Extraits

[...] c’est imbécile, la philosophie n’y est plus, la science n’y est plus, nous sommes des positivistes, des évolutionnistes, et nous garderions le mannequin littéraire des temps classiques, et nous continuerions à dévider les cheveux emmêlés de la raison 20 pure ! Qui dit psychologue dit traître à la vérité. D’ailleurs, physiologie, psychologie, cela ne signifie rien : l’une a pénétré l’autre, toutes deux ne sont qu’une aujourd’hui, le mécanisme de l’homme aboutissant à la somme totale de ses fonctions Ah ! [...]


[...] tu comprends, une série de bouquins, quinze, vingt bouquins, des épisodes qui se tiendront, tout en ayant chacun son cadre à part, une suite de romans à me bâtir une maison pour mes vieux jours, s’ils ne m’écrasent pas lignes 36 à 39) et connaît la ligne conductrice de l’histoire (lignes 30 à 34). Sa démarche représente réellement un idéal littéraire puisqu’elle s’appuie sur le naturalisme, genre moderne à l’époque et qui le fascine. On relève dans ce sens ses déclarations catégoriques (Ah ! [...]


[...] De plus, c’est pour lui une cause juste, ainsi que le suggèrent sa certitude (nécessairement, ligne 24) et sa projection sur le futur (dans le prochain siècle, ligne 26). Ainsi, Sandoz témoigne d’une grande volonté d’agir afin de mettre son projet en application, résolution soulignée par le futur proche (Je vais prendre , ligne 32) et les liens logiques (D’autre part, ligne 34) qui concrétisent et clarifient ses propos initiaux (quelque chose où je vais m’engloutir, lignes 7-8). - Une tâche colossale L’ampleur du projet de Sandoz apparaît lorsqu’il envisage les conséquences de sa mise à exécution : .en effet, c’est une œuvre qui engage son auteur pour la vie (ce qui suffit pour une vie humaine, même quand on a des ambitions trop vastes , lignes 31-32). [...]


[...] Sandoz s’oppose à la vision métaphysique de l’homme (Hein ? étudier l’homme tel qu’il est, non plus leur pantin métaphysique, mais l’homme physiologique, déterminé par le milieu, agissant sous le jeu de tous ses organes , lignes 11-12), c’est-à-dire à une vision très intellectuelle et rationnelle qui a pour but la connaissance de l’être absolu C’est du reste ce qui motive son ironie amère à travers l’image du corps humain et des organes (Faites donc penser un cerveau tout seul, voyez donc ce que devient la noblesse du cerveau, quand le ventre est malade ! [...]


[...] [ ] Émile Zola, L’Œuvre, chapitre VI (Le projet de Sandoz) ÉTUDE ANALYTIQUE Introduction Après la grande entreprise réaliste qu’est La Condition humaine de Balzac (désignant une œuvre comme un modèle fictif grâce auquel le romancier pénètre les mécanismes et les dévoile), Zola se propose de dépasser la simple photographie du réel pour écrire un véritable roman expérimental dans lequel se trouvent étudiées les interactions entre l’individu et son milieu. Ainsi, dans la série des Rougon-Macquart, il fait vivre et souvent travailler des centaines de personnages dans les milieux les plus divers : les spéculations financières et la dépravation des mœurs à Paris sous le Second Empire dans La Curée, le monde ferroviaire dans La Bête humaine, le milieu empesté de nos faubourgs dans L’Assommoir, le monde de la mine et de la grève menée par les mineurs pour accéder à des conditions de travail et de salaire plus décentes dans Germinal Achevé en février 1886, le quatorzième volume de la série, L’Œuvre, fut d’abord publié en feuilleton dans la revue satirique Gil Blas. [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
20/04/2011
Langue
français
Format
Word
Type
commentaire de texte
Nombre de pages
5 pages
Niveau
grand public
Consulté
1 fois

Informations sur l'auteur Christophe P. (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
médecine
Ecole, université
Faculté de...
Note du document :
         
ACCÉDER à ce doc  
L'oeuvre littéraire et l'intertextualité chez François Villon

«« J'en sais dont le crâne est trop différent du mien pour qu'ils acceptent jamais ma formule littéraire, mes audaces de langue, mes bonshommes physiologiques évoluant sous l'influence des milieux ». Derriè...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Dissertation  |   fr  |   .pdf  |   8 pages   |   publié en 2012
Paradoxes de la judéité chez Albert Memmi

«Mémoire de maîtrise analysant les paradoxes de la judéité dans les romans d'Albert Memmi. Comment s'identifier comme Juif ? Qu'est-ce qu'être Juif sépharade ?...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   95 pages   |   publié en 2007

Meilleures ventes en littérature

Derniers docs en littérature

Montaigne, "Les Essais" : Préambule (commentaire)
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2008
Shakespeare, "Hamlet", Acte III scène 2 : commentaire
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2009
Artemis Fowl: The Opal Deception by Eoin Colfer
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   en  |   .doc  |   1 page   |   publié en 2014
George Orwell, "La ferme des animaux"
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   fr  |   .doc  |   5 pages   |   publié en 2008
Céline, "Voyage au bout de la nuit", "La pourriture du monde colonialiste"
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .pdf  |   5 pages   |   publié en 2008