Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Le sommaire
  ACCÉDER à ce doc

Introduction

I) L'importance des personnages

A. Trivelin
B. Les maîtres et les valets

II) Un dénouement de comédie

A. La présence d'Arlequin
B. La conclusion annoncée par Trivelin

III) La portée philosophique

A. La nécessité d'une hiérarchie sociale
B. Le hasard de la condition sociale
C. L'importance de la vertu

Conclusion
ACCÉDER à ce doc  

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

L'Île des esclaves est une comédie en un seul acte de 11 scènes rédigées en prose, représentée pour la première fois en mars 1725. () La pièce présente plusieurs caractéristiques propres au genre : les personnages grecs, le naufrage ainsi que le caractère d'Euphrosine tendent vers la tragédie. Mais il s'agit bien d'une comédie : confusion des sentiments, échanges de pouvoir entre maîtres et valets, l'aspect résolument comique du personnage d'Arlequin et enfin une conclusion qui retourne à la situation initiale avec la reprise du pouvoir par les maîtres, particulièrement propre à la comédie.
Après leur naufrage sur une île, les maîtres Iphicrate et Euphrosine sont enjoints par Trivelin, ancien esclave et sorte de médiateur, à échanger leurs nom, habits et condition avec leurs serviteurs respectifs, Arlequin et Cléanthis. Pendant cette expérience, les valets ont pardonné aux maîtres leur cruauté tandis que ceux-ci ont pris conscience de leurs souffrances et de leurs conditions inhumaines de travail. Dans cette courte scène de dénouement, Trivelin rencontre une dernière fois les maîtres et les serviteurs.

I- L'importance des personnages

a- Trivelin

Disparu depuis la scène 5 lorsqu'il avait invité Arlequin à faire également l'examen du caractère de son maître et que la situation lui échappait (parodie de scène amoureuse et tentative de séduction des maîtres par les valets), il réapparaît, assurant ainsi la continuité de son engagement paternel et pédagogique auprès des serviteurs par :

- de la sollicitude bienveillante : Que vois-je ? vous pleurez (ligne 1) ()

Extraits

[...] De plus, les maîtres n’existent réellement que lorsque les serviteurs reconnaissent leur existence en tant que tels, ce que font Cléanthis et Arlequin par le baiser dont ils prennent l’initiative. Le véritable maître n’est donc pas tant celui qui exerce le pouvoir que celui qui accorde le pouvoir à l’autre. L’importance de la vertu Enfin, une attention particulière est portée aux comportements des individus, quelle que soit la situation sociale : nous aurions puni vos vengeances, comme nous avons puni leurs duretés (lignes 12-13). [...]


[...] Ce lien affectif est d’ailleurs renforcé par le thème du baiser qui parcourt la scène, que ce soit celui constaté et commandé par un Trivelin paternel à ses enfants (vous vous embrassez, ligne 1 ; Embrassez-moi aussi, ligne 11) ou celui voulu par les valets qui reprennent, cette fois volontairement, une attitude de soumission qui leur était auparavant imposée avec violence et mis en évidence par les seules didascalies de la scène (baisant la main de sa maîtresse, ligne 7 et prenant aussi la main de son maître pour la baiser, ligne 9). Les maîtres et les valets À l’exception d’Arlequin, Trivelin désigne les trois autres personnages de manière identique par leur véritable identité (lignes 6 et s’adressant à eux dans chacune de ses répliques par le vouvoiement. Les maîtres se caractérisent par une présence scénique muette. [...]


[...] De fait, tout autant que ce dernier, les maîtres semblent avoir profité de la leçon. Cependant, de nombreux éléments légers assurent la continuité du climat de comédie au dénouement de la pièce : La présence d’Arlequin Seul personnage à ne pas être nommé par Trivelin, il compense cette carence en signalant particulièrement sa présence par des maladresses de langage (En fin finale, ligne et une suffisance qui s’approprie un lexique réservé à la noblesse, notamment avec le pluriel de majesté (nous sommes admirables, ligne 2 ; nous sommes des rois et des reines, lignes 2-3 ; la paix est conclue, ligne 3 ; la vertu, ligne 3 ; presque aussi honnêtes gens que nous, ligne 5). [...]


[...] Ainsi, cette scène finale a une portée philosophique certaine. La nécessité d’une hiérarchie sociale Bien sûr Marivaux ne remet pas en cause le tissu social. Prenant ses distances avec le genre utopique, la pièce ne nie pas l’existence nécessaire d’une hiérarchie sociale afin d’assurer l’équilibre de la société, au même titre qu’existe celle symbolisée par la présence de Trivelin, entre père et enfants. Le dénouement n’apporte donc pas de changement dans l’état des rapports entre les personnages, mais dans la manière dont ils les vivent. [...]


[...] Conclusion Cette scène finale de l’œuvre est donc bien une scène de clôture, puisqu’elle annonce un retour d’ordre spatial (le départ des naufragés de l’île pour rejoindre Athènes), d’ordre philosophique (les personnages quittent l’utopie pour retourner dans le monde réel) et d’ordre social (les rapports anciens sont rétablis). Mais c’est également une scène d’ouverture. En effet, la pièce s’arrête avant le retour des personnages, et les rapports qu’ils pourraient entretenir ne sont donc pas mis en scène : nul ne peut deviner si l’engagement incertain d’Euphrosine dans la scène précédente (lorsqu’elle promet de partager avec Cléanthis tous ses biens si elles rentrent à Athènes) sera suivie d’effets. L’ordre antérieur sera-t-il ou non rétabli ? [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
13/09/2011
Langue
français
Format
Word
Type
commentaire de texte
Nombre de pages
4 pages
Niveau
grand public

Informations sur l'auteur Christophe P. (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
médecine
Ecole, université
Faculté de...
Note du document :
         
ACCÉDER à ce doc  
Marivaux, "L'Ile des esclaves", Scène 11 : commentaire composé

«Tous les personnages sont présents sur scène comme le montre les didascalies initiales, cela nous annonce donc un dénouement proche, ainsi le parallélisme de l'attitude de Cléanthis avec celle d'Arlequin instaure un...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2012
Marivaux, L'île des Esclaves

«Fiche de lecture sur l'oeuvre "L'île des Esclaves" de Marivaux. Le document comporte : l'oeuvre intégrale, la biographie de Marivaux, un résumé de l'oeuvre scène par scène, la description des personnages, 3 commentaires composés (scènes 2, 3 et 10). ...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   fr  |   .doc  |   28 pages   |   publié en 2006
Le jeu de l'amour et du hasard, Acte II scène 11

«Commentaire composé de l'acte II scène 11 de la pièce de Marivaux "Le jeu de l'amour et du hasard". Le document contient également une biographie de l'auteur. Document idéal pour les révisions du bac de français ou pour réaliser un commentaire compos...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   2 pages   |   publié en 2006
Marivaux, L'île des esclaves, Chapitre 6

«Dans cette pièce, on observe un étonnement changement de rôle entre les maîtres et valets. Ce commentaire composé étudie plus particulièrement la scène 6 où deux "anciens esclaves" qui se retrouvent dorénavant au titre de "maîtres", ont une conversat...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   2 pages   |   publié en 2006
Marivaux, "L'Ile des esclaves", Scènes 6, 8, 9, 10, 11 : étude analytique

«Cléantis n'est pas sincère, tout comme sa maîtresse. Cléantis aimerait bien ne pas être dupe : "Nous sommes aussi bouffons que nos patrons mais nous sommes plus sages."1 : C'est une dénonciation : leurs m...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .doc  |   5 pages   |   publié en 2010

Meilleures ventes en littérature

Derniers docs en littérature

Montaigne, "Les Essais" : Préambule (commentaire)
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2008
Shakespeare, "Hamlet", Acte III scène 2 : commentaire
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2009
George Orwell, "La ferme des animaux"
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   fr  |   .doc  |   5 pages   |   publié en 2008
Jean Côme Noguès, "L'homme qui séduit le soleil" : résumé
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2011