Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

Chapitre I
1864, dans les dernières années du Second Empire. Aristide Saccard (ancien riche spéculateur immobilier dans le Paris haussmannien, La Curée) attend le député Huret dans un restaurant proche de la Bourse. Il l'a chargé d'une démarche auprès de son frère, le puissant ministre d'État, Eugène Rougon, souhaitant sonder l'attitude du « grand homme » à son égard, suite à ses opérations immobilières douteuses, et désireux de prendre une revanche en fondant une maison de crédit. Mais celui-ci a décidé de prendre ses distances avec son frère compromettant, et lui propose simplement un poste, certes de prestige, mais hors de France. Vexé et hors de lui, Saccard rencontre alors Busch, inquiétant directeur d'un cabinet d'affaires spécialisé dans le recouvrement de créances douteuses, dont il souhaite que le frère lui traduise une lettre d'un banquier russe. À cette occasion, il est reconnu comme celui qui, par le passé, sous le nom de Sicardot, a abusé d'une jeune fille, l'a blessée et engrossée, avant de fuir sans honorer le dédommagement qu'il avait promis. Une fois la missive traduite, Saccard revient machinalement sur la place de la Bourse, où il reçoit un coup de coude du richissime banquier Gundermann. Ayant eu autrefois des discussions et une brouille avec le personnage, l'incident anodin libère alors sa fureur retenue : il décide de tout mettre en oeuvre pour mener à bien son projet à Paris, contre l'avis de son frère.

Chapitre II
Suite au désastre de sa dernière spéculation immobilière, Saccard est dans l'obligation de vendre son hôtel du parc Monceau afin d'honorer ses créanciers. Il loue alors, pour un loyer dérisoire, le rez-de-chaussée et le premier étage de l'hôtel particulier de la princesse d'Orviedo, dévote attachée à réparer les péchés de son défunt mari et retirée au second étage. Les nombreuses activités caritatives de cette dame ont déjà permis à Saccard d'être en relation avec elle autrefois, lui vendant alors un terrain qu'il possédait afin de créer son oeuvre préférée, l'Oeuvre du Travail, fondation appelée à remplacer la maison de correction ()

Extraits

[...] Néanmoins, elle repousse sa demande, mais lui permet cependant de rester son conseiller. Le refus ranime en lui la haine de Gundermann et le désir obsessionnel de revanche. Dès lors, la Bourse l’attire et représente pour lui le moyen de réaliser son projet. Dans l’hôtel d’Orviedo, il fait la connaissance de Georges et Caroline Hamelin, un ingénieur et sa sœur, qui logent dans un petit appartement du second étage. Revenus d’Égypte et d’Orient avec tout un portefeuille de projets rémunérateurs, ils végètent à Paris depuis quinze mois, attendant seulement de trouver les capitaux pour leur donner vie. [...]


[...] Chapitre VII Cette trahison réveille les réticences et les doutes de la jeune femme. Ceux-ci sont d’abord majorés par la révélation des infidélités régulières de Saccard avec la baronne Sandorff par un cocher renvoyé pour vol. La jalousie lui fait alors prendre conscience que les irrégularités dans la gestion de la banque s’aggravent sans cesse, confirmées, un soir de grande tristesse, par les confidences de Maxime, le fils de Saccard (La Curée), sur son père. Décidée à s’enfuir sans revoir Saccard, elle reçoit une lettre de son frère qui lui fait comprendre que si l’argent est corrupteur, il n’en est pas moins source de progrès, et reste alors pour servir ses généreux projets. [...]


[...] Les affaires semblent alors florissantes, même si une partie de la souscription à l’augmentation du capital reste dans les coffres de la Banque universelle et que le jeu d’écritures alors nécessaire vient aggraver la première irrégularité. Cependant, cette vitalité financière fait rapidement grimper le cours de l’action mais aussi la fièvre spéculative. Parallèlement à ce développement, madame Caroline n’a toujours pas le courage de révéler sa paternité à Saccard, d’autant qu’à l’Œuvre du Travail on se plaint de plus en plus des vices de Victor. [...]


[...] Il communique sa ferveur aux personnes les plus hésitantes (la comtesse de Beauvilliers et sa fille, Dejoie . achète les membres du conseil d’administration et finalement emporte l’adhésion des Hamelin, pourtant réticents et soupçonneux. Étourdi par la brutalité de ce pouvoir, vaniteux de cette richesse, il déclare ouvertement la guerre à son frère le ministre. Chapitre IX Tandis que l’ingénieur Hamelin part promouvoir ses projets convaincu de la solidité de la banque, le cours de l’action ne cesse de s’élever alors que des rumeurs commencent à se répandre. [...]


[...] Il décide alors de fonder sa maison de crédit, la Banque universelle, et se lance dans la recherche de ceux qui siégeront au syndicat des premiers investisseurs dans le capital de sa banque, ceux qui assureront le succès de l’émission des actions en s’engageant à en acheter les quatre cinquièmes. Sachant par avance la réponse méprisante qui l’attend et stimulé par le besoin de défier son adversaire, il commence par se rendre chez son ennemi Gundermann. Enfin, non sans mal, il réussit à rassembler des personnalités qui inspirent confiance au monde financier. Chapitre IV Après quelques atermoiements, l’acte de société est signé. [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
04/05/2011
Langue
français
Format
Word
Type
commentaire de texte
Nombre de pages
4 pages
Niveau
grand public
Consulté
5 fois

Informations sur l'auteur Christophe P. (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
médecine
Ecole, université
Faculté de...
Note du document :
         
ACCÉDER à ce doc  
Emile Zola, "L'Assommoir", Chapitre III, La visite du Louvre : commentaire

«Abandonnée avec ses deux enfants par Lantier, Gervaise est courtisée par un ouvrier zingueur, Coupeau. Non sans réticence, elle finit par accepter de devenir sa femme. Après une cérémonie bâclée ...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .doc  |   5 pages   |   publié en 2010
Emile Zola, "L'Assommoir", Chapitre 5 : la boutique de Gervaise

«Commentaire composé du cinquième chapitre de L'Assommoir : la boutique de Gervaise....»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2008
Germinal et Emile Zola

«Fiche de lecture sur la vie d'Emile Zola et du livre Germinal. Travail qui vous donnera tous les détails de sa vie et sur son oeuvre "Germinal"....»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   fr  |   .doc  |   32 pages   |   publié en 2007
Emile Zola, "Nana"

«Ce roman d'Emile Zola (1840-1902) est d'abord publié sous la forme de feuilleton dans la revue Le Voltaire d'octobre 1879 à février 1880. Il paraît en volume en 1880.Nana appartient à la série d...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   fr  |   .doc  |   4 pages   |   publié en 2010
Emile Zola, "La Terre"

«La Terre est un roman d'Emile Zola publié sous forme de feuilleton de mai à septembre 1887 pour la revue Gil Blas. Il s'agit du quinzième volume de la série des Rougon-Macquart.Le roman porte sur la pa...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   fr  |   .doc  |   4 pages   |   publié en 2010

Meilleures ventes en littérature

Derniers docs en littérature

Montaigne, "Les Essais" : Préambule (commentaire)
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2008
George Orwell, "La ferme des animaux"
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   fr  |   .doc  |   5 pages   |   publié en 2008
Shakespeare, "Hamlet", Acte III scène 2 : commentaire
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2009
Artemis Fowl: The Opal Deception by Eoin Colfer
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   en  |   .doc  |   1 page   |   publié en 2014
Sartre, "Les Mots", "Le jardin d'enfants"
Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .pdf  |   4 pages   |   publié en 2008