Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Le sommaire
  ACCÉDER à ce doc

Introduction

I) Qu'est-ce-que le travail ?
II) Le travail : négation de l'être humain
III) Le travail : la réalisation du "moi" ?

Conclusion
ACCÉDER à ce doc  

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

Le travail apparaît comme l'aboutissement de notre vie, la concrétisation de toutes nos aspirations. Déjà lorsque nous sommes enfants, nous rêvons du métier que nous exercerons dans l'avenir. En effet, chacun d'entre nous a l'ambition de "réussir sa vie" et cette réussite, comme nous l'entendons ici, ne peut passer que par le biais du travail. Il paraît dès lors invraisemblable de désirer travailler moins. Pourtant, un grand nombre d'entre nous aspire à demeurer moins de temps sur son lieu de travail. Le travail ne serait donc pas l'Idéal auquel nous avions pu songer auparavant ()

Extraits

[...] Cet individu travaille avant tout pour se satisfaire. Dans cet esprit, un homme est capable d’affirmer de nouveau son individualité et sa personnalité dans le fruit de son travail Il se sent alors actif, il retrouve son humanité. Le fait de canaliser la peine, la fatigue, la routine traduit l’humanité de l’homme toutefois cela ne lui permet pas d’être entièrement heureux. Il est alors possible de s’épanouir au travers de la vie en société, au dehors du travail. Il n’est pas impossible de bien vivre dans le travail contrairement à ce que nous pourrions affirmer devant les nombreuses contraintes que celui- ci représente. [...]


[...] Le travail ainsi représente une expression de la liberté face à la nature. De part son travail l’homme devient un être libre, il existe autrement que comme l’animal, ainsi il réalise son humanité. L’homme ne fait pas que de libérer, il transforme la nature en son œuvre. De ce fait, il se retrouve en sa production, l’homme se produit lui-même. Le travail est, dans cette mesure, la production de l’humanité et la liberté du sujet. Malgré que l’homme en affirme sa supériorité à la nature, il reste désireux de travailler moins. [...]


[...] Comme la machine effectue une grande partie du travail de l’ouvrier, celle-ci ne lui demande pas toutes les compétences dont il usait auparavant. La tâche de l’ouvrier devient de plus en plus répétitive, elle s’uniformise, elle ne requiert plus de les qualités spécialisées d’un travailleur, celle-ci peut donc être assigné à n’importe quel ouvrier. L’ouvrier n’est plus reconnu, il est complètement asservit à la machine. Naît inévitablement en lui, un désengagement dès lors où il se sent inutile. L’homme aspire a la fin du travail, pour être de nouveau humain et enfin respecté. [...]


[...] Malgré tout, l’homme a un besoin permanant de contact avec les autres, il aspire à se sentir reconnu dans son œuvre. Le travail reste avant tout le moyen d’exister dans la société. Même s’il est parfois pénible de travailler, nous pouvons remarquer qu’il est très difficile aux chômeurs ainsi qu’aux retraités de ne plus subvenir à leurs besoins que de part les cotisations de la population travailleuse. De plus, cette partie de la société qui ne travaille est bien souvent dénigrée par les autres. [...]


[...] A long terme ses conditions de vie ne pourraient- elles pas basculer vers la précarité? Même s’il n’est pas toujours facile de résister à la fatigue et à la peine, l’homme est capable de se dépasser ces contraintes. Prenons pour exemple un employé de bureau qui demeure enfermé toute la journée, assignée aux mêmes tâches que certains de ses collègues. Certes celui-ci est contraint de répondre aux ordres de ses supérieurs, qui s’enchaînent, mais ne peut-il pas passer outre ses conditions de travail qui s’uniformisent? [...]


[...] Il ne travaille plus pour vivre mais pour survivre. Le travail sort de son contexte humain, il n'est rien de plus que l'exploitation d'une masse travailleuse qui ne cherche pas à "vivre mieux" mais à survivre jour après jour. Même si le travail reste essentiel dans l’optique de gagner sa vie, la réalité du travail présente des caractères fondamentalement contraires à l’idée de l’Idéal. Par exemple l’activité de l’ouvrier n’est aucunement réfléchie car il ne décide pas de la conception ni des moyens de sa production. [...]


[...] Philosophie _ Travailler moins est-ce vivre mieux? Le travail apparaît comme l’aboutissement de notre vie, la concrétisation de toutes nos aspirations. Déjà lorsque nous sommes enfants, nous rêvons du métier que nous exercerons dans l’avenir. En effet, chacun d’entre nous a l’ambition de réussir sa vie et cette réussite, comme nous l’entendons ici, ne peut passer que par le biais du travail. Il paraît dès lors invraisemblable de désirer travailler moins. Pourtant, un grand nombre d’entre nous aspire à demeurer moins de temps sur son lieu de travail. [...]


[...] Or l’homme est aliéné à son travail, il est dépossédé de sa capacité de s ‘exprimer, il est dépossédé de son essence, il perd peut à peu son humanité. La déshumanisation de l’homme n’est pas seulement associée à son aliénation mais aussi au processus d’industrialisation. La déshumanisation du travailleur est étroitement liée à la mécanisation qui se développe au cours du XIXe siècle. C’est lors de la révolution industrielle, que la naissance de la machine libère la productivité et transforme ainsi le rapport entre l’ouvrier et son travail. L’ouvrier ne fait plus qu’actionner la machine. Celle-ci opère désormais une partie du travail à la place de l’ouvrier. [...]


[...] Travailler moins en vue du bonheur est-ce suffisant alors que nous pouvons peut-être l’atteindre sur notre lieu de travail. Nous pourrions ainsi le considérer comme l’accomplissement de soi et la concrétisation de nos aspirations. Les philosophes Kant et Marx considèrent tous deux que le travail de l’homme n’est pas seulement un moyen de satisfaire ses besoins mais réfléchi et volontaire. Il s’agit d’une capacité propre à l’homme contrairement à l’animal qui est régi par son instinct, dont le travail s’exécute mécaniquement seulement pour répondre à ses besoins vitaux. [...]


[...] Le travail implique notamment le déplacement des personnes, par exemple un professeur qui part enseigner à l’étranger communique sa culture à ses nouveaux élèves et reçoit la leur. Le travail permet de s’ouvrir au monde. Pourquoi alors travailler moins, si c’est pour s’isoler du reste de la société et peu à peu laisser naître une rupture avec le reste du monde? Le travail représente donc la création du lien social, il est pour un individu, le fait de quitter sa famille pour entrer dans la société. L’insertion sociale représente pour cet individu la confrontation à l’opinion des autres. [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
15/01/2010
Langue
français
Format
Word
Type
dissertation
Nombre de pages
5 pages
Niveau
grand public
Consulté
1 fois

Informations sur l'auteur Marina J. (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
droit des...
Note du document :
         
ACCÉDER à ce doc  
Faut-il travailler moins pour vivre mieux ?

«Introduction« Métro-boulot-dodo » : voilà trois mots qui résument souvent, pour la conscience commune, le quotidien. Si le travail occupe en effet une place centrale dans nos sociétés puisqu'...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   6 pages   |   publié en 2011
Travailler moins est-ce vivre mieux ?

«Dissertation de Philosophie ayant pour sujet : "Travailler moins est-ce vivre mieux ?". Des références à Marx, Rousseau, Alain, Platon, Lafargue etc. sont faites....»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   7 pages   |   publié en 2008
Travailler moins est-ce vivre mieux ?

«Le travail apparaît comme l'aboutissement de notre vie, la concrétisation de toutes nos aspirations. Déjà lorsque nous sommes enfants, nous rêvons du métier que nous exercerons dans l'avenir. En effet, chacun d...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   5 pages   |   publié en 2010
Travailler moins, est-ce vivre mieux ?

«Le volume horaire en termes d'heures travaillées par semaine était de 49 heures au début du XXème siècle alors que la révolution industrielle commençait à émerger un peu partout en Europe...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   6 pages   |   publié en 2009
Se poser des questions aide-t-il à mieux vivre ?

«Qui ne s'est jamais posé de questions au moins une fois dans sa vie ? Qui n'a jamais posé de questions pour enrichir ses connaissances ? Plus on pose de questions, plus on " cultive son jardin" comme dit Voltaire dans son livre Cand...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2009

Meilleures ventes en philosophie

Derniers docs en philosophie

Méthodologie de l'étude de dossier du concours d'HEC/ESCP
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .pdf  |   13 pages   |   publié en 2009
Modes opératoires avec analyse des risques (travaux publics et bâtiment)
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Étude de cas  |   fr  |   .pdf  |   64 pages   |   publié en 2012
Bilan de formation BAFD (Brevet d'aptitude aux fonctions de directeurs)
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .pdf  |   13 pages   |   publié en 2009
L'homme dans la philosophie grecque
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   35 pages   |   publié en 2006
Y a-t-il une nature humaine ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   11 pages   |   publié en 2006
Pourquoi supposer l'âme comme distincte du corps ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .pdf  |   7 pages   |   publié en 2014
Faut-il chercher à tout démontrer ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .pdf  |   6 pages   |   publié en 2014
Un homme paisible - Henri Michaux
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .doc  |   4 pages   |   publié en 2014
L'opinion est-elle aussi une connaissance ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   2 pages   |   publié en 2014
Est-il possible de se mentir à soi-même ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   2 pages   |   publié en 2014