Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Le sommaire
  ACCÉDER à ce doc

Introduction

I) Travailler est-ce seulement s'asservir à la nécessité ?
II) Nous faut-il voir dans le travail seulement un moyen ou peut-il être davantage une fin en soi ?
III) Le travail est-il la spécificité de l'homme ? Peut-il nous ouvrir la voie de la culture, de la liberté, de la réalisation de soi ?
IV) Le travail peut-il être déshumanisant, aliénant ? Que signifie pour l'homme travailler pour gagner sa vie ? Peut-on perdre sa vie à la gagner ?
V) Notre rapport au monde est-il essentiellement technique ?
VI) Faut-il se défier de la technique ? A-t-on raison d'accuser la technique ?

Conclusion
ACCÉDER à ce doc  

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

Rousseau, (1712-1778), dans son Essai sur l'origine des langues, écrit que ne rien faire est la première et la plus forte passion de l'homme après celle de se conserver. Si l'on y regardait bien, on verrait que c'est pour parvenir au repos que chacun de nous travaille : c'est encore la paresse qui nous rend laborieux. Est-il légitime de penser que le véritable lieu de l'émancipation humaine se situerait hors de la sphère du travail ? ()

Extraits

[...] - Le travail est-il la spécificité de l’homme ? Peut-il nous ouvrir la voie de la culture, de la liberté, de la réalisation de soi? Le travail de l’homme s’inscrit dans le temps : travailler, c’est différer une satisfaction immédiate. Le travail nous fait échapper à l’immédiateté, entrer dans le règne de la culture, dans l’échange de ce qui a été produit. Travailler, c’est transformer ce qui existe déjà. Marx, (1818- 1883) dans le Capital, montre que le travail est une vocation essentielle de l’homme qui le distingue des autres êtres vivants, dominés par leurs instincts. [...]


[...] N’est il pas trompeur d’envisager le travail dans sa généralité sans tenir compte des grandes inégalités de situation ? & -Le travail correspond d’ abord à une nécessité économique : survivre, satisfaire ses besoins Même pénible, il est un moyen d’insertion sociale : il fait naître un réseau de relations, crée une forme de camaraderie professionnelle, de solidarité, de responsabilité collective. De cela le chômeur est privé et il peut ressentir une forme d’isolement, se sentir en état d’exclusion. Le travail nous confère un statut, une identité sociale (la femme qui ne travaille pas n’existe qu’en tant que femme de mère de Mais, si, au sein de son travail, la personne ne développe aucune énergie libre et créatrice, si son identité est mutilée, si le travail résulte seulement de la nécessité vitale et ne correspond à aucun choix, peut-il encore avoir une valeur, être une valeur ? [...]


[...] Le travail, comme la technique, porte sur la matière. La matière, c’est ce qui est voué à la dégradation du temps, donc d’entrée de jeu, le travail, comme la technique, est dévalorisé, jugé indigne de l’homme libre. Pour Platon, le corps est bien inférieur à l’esprit, il n’est que la prison de l’âme. Donc le travail, qui nous asservit à la nécessité, au besoin de vivre dans un monde matériel (le monde de la caverne pour Platon) est objet de mépris. [...]


[...] - Le travail peut-il être déshumanisant, aliénant? Que signifie pour l’homme travailler pour gagner sa vie ? Peut-on perdre sa vie à la gagner ? Au XIX, apparaît la volonté d’organiser scientifiquement le travail : dans le travail à la chaîne, il y a division des tâches ce qui implique la répétition, la parcellisation, aucune habilité n’est nécessaire ; c’est l’abrutissement du sujet conscient, pensant, condamné à s’enfermer dans un cercle d’activités déterminées, morcelées, dont il devient vite prisonnier. (Les Temps modernes de Charlie Chaplin). [...]


[...] Peut- on concilier éthique et technique ? Face au développement technique, le philosophe Hans Jonas propose un nouvel impératif catégorique, animé par le principe de responsabilité Pour Han Jonas, philosophe allemand, (1903 1993), la civilisation technologique ouvre une ère nouvelle et suscite des interrogations inédites. Les technologies modernes engendrent un accroissement brutal des pouvoirs de l’homme, devenu sujet mais aussi objet de ses techniques, comme le montre l’exemple des manipulations génétiques. Une nouvelle éthique du respect est donc à fonder. [...]


[...] Nous sommes encore des sujets mais pour combien de temps encore : L’ensemble du processus technique est pour nous hors de prise, hors de contrôle, mais le sujet originellement central, mesurant reste encore debout, visible : conquérant conquis par sa conquête. Il émerge encore quelque temps avant d’être nivelé. [ ] Provisoirement, il est sujet utilisé, exploité, consommant et consommé. C’est pourquoi nous ne savons pas bien qui sera l’homme de demain quand il n’aura plus du tout sa figure de sujet. Pour le moment il reste le sujet. [...]


[...] Le travail est sous-payé. L’homme est privé du produit de son travail car la part de plus-value reste un principe même de la société capitaliste. L’aliénation (aliénus en latin signifie étranger) du travail apparaît quand le travail est déshumanisé. Dans la manufacture, puis dans la grande industrie, le travail ouvrier devient travail aliéné : l’homme se trouve devant son produit comme devant une réalité qui lui est étrangère et qui le domine et est vécu seulement comme un moyen de satisfaire les besoins vitaux, de gagner sa vie. [...]


[...] - Etymologiquement, travail vient du latin tripalus, tripaliare, tripalium qui désigne un instrument de torture ou de contention pour les bœufs de labour. Le travail peut donc évoquer l’idée d’assujettissement d’asservissement, d’activité pénible et douloureuse. -Travailler est-ce seulement s’asservir à la nécessité ? Le travail apparaît au départ indispensable quand on observe le décalage qui existe entre les besoins de l ‘homme et les moyens précaires que la nature met à sa disposition, comme si à l’origine, elle le favorisait très peu. [...]


[...] De plus le milieu technique devient contraignant, crée une dépendance, fait apparaître une ronde infernale de besoins dont l’homme devient de plus en plus prisonnier. Marcuse, aux Etats Unis, a inspiré le mouvement de contestation de mai 1968, en accusant la société capitaliste d’imposer partout des rapports d’instrumentalisation et de domination entre les hommes et de faire de ceux ci des êtres uni dimensionnels des producteurs– consommateurs, au service de la seule efficacité, les dépouillant des valeurs fondamentales de leur personnalité et de toute dimension spirituelle. [...]


[...] Ainsi les anciens Grecs étaient ils attentifs à ne pas violenter la nature pour ne pas s’attirer la colère des Dieux. Prométhée qui ne l’avait pas compris, paya des ses souffrances le secret du feu qu’il osa transmettre aux hommes. Il fut puni du larcin qu’il aurait commis, et se retrouva enchaîné au sommet du Caucase et livré aux vautours. Aujourd’hui encore, une certaine peur face à la technique subsiste et s’accroît : peur de la voir polluer, détruire notre environnement, corrompre nos âmes, enchaîner nos libertés, menacer nos vies . [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
20/07/2009
Langue
français
Format
Word
Type
dissertation
Nombre de pages
10 pages
Niveau
grand public
Consulté
7 fois

Informations sur l'auteur Megan V. (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
droit des...
Note du document :
         
ACCÉDER à ce doc  
Cours de philosophie sur la Technique

«Cours de philosophie sur la Technique....»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .pdf  |   13 pages   |   publié en 2007
Philosophie : Art et Technique

«Cours de philosophie sur l'Art et la Technique. L'Art au sens de savoir-faire, renvoie à la méthode, qui revient à la technique. De ce fait, on peut observer un lien de synonymie entre Art et Technique. Celui qui pratique un Art est soit un Artisan, ...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   9 pages   |   publié en 2007
Cours de Philosophie sur la technique

«Cours de Philosophie (niveau Terminale ES et L) consacré à la technique....»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .pdf  |   8 pages   |   publié en 2008
La technique, l'art et la beauté

«Cours de Philosophie sur la technique, l'art et la beauté. Étude de la technique associée à l'homme, à la science, définition, savoir, des différentes sortes de plaisirs. A l'intérieur de l'art,...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .pdf  |   14 pages   |   publié en 2007
Le temps du travail est-il ce temps nécessaire pour jouir d'un temps libre ?

«Temps de travail et temps libre apparaissent immédiatement comme deux contraires. Un temps ne peut pas être en même temps temps de travail et temps libre. La question est donc légitime car deux contraires ne peuvent êt...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   8 pages   |   publié en 2006

Meilleures ventes en philosophie

Derniers docs en philosophie

Modes opératoires avec analyse des risques (travaux publics et bâtiment)
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Étude de cas  |   fr  |   .pdf  |   64 pages   |   publié en 2012
Rousseau : "Discours sur les sciences et les arts"
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   13 pages   |   publié en 2007
La conception du monde dans le Tractatus de Wittgenstein
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   19 pages   |   publié en 2008
Y a-t-il trop de fonctionnaires en France ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   7 pages   |   publié en 2009
Méthodologie de l'étude de dossier du concours d'HEC/ESCP
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .pdf  |   13 pages   |   publié en 2009
Virgile : fiche biographique
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   2 pages   |   publié en 2014
Tite-Live : fiche biographique
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   1 page   |   publié en 2014