Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Le sommaire
  ACCÉDER à ce doc

Introduction

I) De quelle manière et dans quelles mesures nos sens nous apportent-ils des connaissances ? Et de quelle nature sont les connaissances fournies ?
II) Est-il possible que certaines connaissances échappent par principe à toute possibilité d'expérience sensible ?
III) Les sens ne nous apporteraient pas toutes nos connaissances puisque certaines ne viennent pas des sens (maths) et puisqu'ils sont limités ; faut-il alors songer à une fonction de l'esprit ?

Conclusion
ACCÉDER à ce doc  

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

Les créatures qui vivent sur Terre sont dotés de sens tels que l'ouïe, l'odorat, le goûté, le touché et la vue (même si parfois ces sens sont altérés), qui les mettent en relation avec le monde dans lequel elles vivent dès leur naissance afin qu'elles puissent apprendre à le connaitre. En effet, les sens ont pour fonction de nous faire ressentir le monde dans lequel nous vivons en nous apportant des informations, des connaissances, à son sujet ainsi qu'à nous même car nous faisons parti de ce monde.

Extraits

[...] Donc, on peut qualifier les connaissances qu’il nous apporte d’objectives alors que les connaissances qui s’acquièrent par contact, immersion et participation ne valent et cherchent à valoir que du point de vue de leur capacité à favoriser le contact, immersion, participation. Ce qui veut dire que ces connaissances ne cherchent pas avant tout l’objectivité (au sens universel, vérifiable, scientifique), mais plutôt qu’elles cherchent à servir dans le milieu d’où elles viennent. En fait, bien qu’elles soient fondamentales et nécessaires à l’espèce humaine dans la vie de tous les jours, ce ne sont pas de telles connaissances qui posent problème lorsque l’on se demande si nos sens sont suffisants pour nous fournir toutes nos connaissances. [...]


[...] Alors, si les sens ne sont pas suffisants pour nous fournir toutes nos connaissances, c’est dans la mesure où certaines réalités ne sont pas accessibles par les sens dans l’immédiateté de l’expérience naturelle, mais dépendent de l’élaboration scientifique et méthodique pour nous instruire. La question que nous devrions nous poser est en fait : si les sens, compris comme fonction de simple réceptivité passive, sont susceptibles de fournir des connaissances vraies dans leur représentation complète ? Or les sens ont besoin de la coopération des autres fonctions de l’esprit telles la mémoire, l’imagination, la participation ou encore le jugement pour fournir des connaissances. [...]


[...] Ce sont des connaissances par ouï-dire qui sont fondées par la réception de ce qu’affirme une autre personne (surtout constituées de croyances et d’opinions), que l’on acquiert notamment via la culture, l’enseignement ou la conversation et qui dispensent d’un contact direct. Ainsi nous apprenons des choses, pour la plupart sous forme de discours, qui seraient beaucoup trop longues à apprendre par l’expérience sensible et beaucoup de ces connaissances apprises rapidement, font parties de ce qui est le plus utile et immédiat dans notre vie. Mais ce n’est pas seulement par les sens et par le discours que nous acquérons beaucoup de nos connaissances les plus fondamentales, nous apprenons également par le contact, la participation et l’immersion. [...]


[...] En réalité, ces idées innées sont des connaissances implicites, ce sont des attitudes naturelles ; c'est-à-dire des dispositions et des attitudes actives et passives et c’est la différence entre l’actuel et le virtuel qui permet de s’en faire une idée juste, car ce sont des connaissances virtuelles. Passer de l’implicite et du virtuel à la considération express et actuelle c’est ce qui ne peut être réalisé que par un effort de réflexion. En fait, il ne faut conserver de la notion d’idée innée que ce qui correspond à l’expérience effective et objective que nous faisons de la connaissance, puisque lors même qu’elle est sensible elle repose sur des principes qui l’orientent. [...]


[...] Subséquemment, les sens semblent appeler d’eux même une démarche d’approfondissement, de dépassement de leurs capacités naturelles, dont seule la qualité méthodique donne la garantie du savoir obtenu et de sa qualité. C’est donc à partir de ce que nos sens nous donnent à voir qu’ils nous donnent à imaginer ce qu’il nous faut chercher d’autre afin d’étudier la chose plus avant. Par exemple, nous pouvons imaginer de toute réalité observable qu’elle peut se composer de particules plus petites, trop petites pour être perçues uniquement par nos sens. [...]


[...] Puisque, en effet, les sens ne nous fournissent pas toujours une connaissance vraie ; car du fait de leur imperfection, ils sont parfois sujets à des méprises. Alors on peut dire que les sens seuls ne peuvent faire, dans leur expérience, la différence entre ce qui est illusoire et ce qui est fiable. Donc il existe des réalités qui sont inaccessibles aux sens seuls à un moment donné : par exemple, nos yeux ne peuvent pas voir les rayons ultra violets ou encore les rayons infrarouges mais ce n’est pas pour autant que ces rayons n’existent pas puisque la science nous a déjà fourni la preuve du contraire. [...]


[...] Ainsi toutes nos connaissances nous viennent des sens, en dehors de ce qui tient à la nature et la forme de notre esprit lui- même. [...]


[...] Notre problème est désormais de savoir d’où viennent les idées générales et les idées causales, sans lesquelles la connaissance n’est pas possible. Selon les empiristes il n’y a rien d’inné dans l’esprit, tout serait engendré et acquis car il existerait possiblement une genèse psychologique de la raison, de l’intelligence, des principes rationnels qui serait progressivement enrichie par l’usage des sens. Ils pensent qu’il n’est pas nécessaire de supposer l’existence d’idées innées pour rendre compte de l’origine de nos connaissances car il leur semble que, même si la connaissance expérimentale met en œuvre des représentations non actuelles ces représentations ont cependant été formées à partir d’expériences antécédentes et seraient donc à l’origine fournies par les sens. [...]


[...] Ce qui nous amène à penser que l’expérience sensible peut être considérée comme une condition nécessaire de la connaissance objective, puisque ce qui est susceptible d’être l’objet d’une expérience par les sens peut ainsi être l’objet d’une connaissance objective. Si l’expérience sensible semble être une condition à la connaissance objective, la question qui s’impose alors est de savoir si cette condition est elle aussi suffisante : même en reconnaissant les sens comme indispensables à l’acquisition de connaissance, sont- ils néanmoins suffisants ? Avant d’examiner notre problème posé, il faudra vérifier que toutes nos connaissances répondent bien à la condition de l’expérience sensible. [...]


[...] Il s’agit des connaissances mathématiques, car en effet, elles ne son fondées que sur leur nécessité propre interne. Le point, la droite, le carré, que les mathématiques se donnent comme objet à étudier n’ont rien de réel car on ne les retrouve pas directement dans la réalité mais on les a peut-être pensé à partir de formes que l’on a vu dans la réalité, leur donnant cependant une définition aussi générale et abstraite que possible. Le réel semble donc confirmer les mathématiques, même si cependant nous ne pouvons pas en faire l’expérience sensible car elles ne sont définies que par des actes, des décisions, des conventions de l’esprit telles que la raison et l’entendement. [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
24/03/2010
Langue
français
Format
Word
Type
dissertation
Nombre de pages
8 pages
Niveau
grand public
Consulté
9 fois

Informations sur l'auteur Cindy Marie-eve P. (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
droit des...
Note du document :
         
ACCÉDER à ce doc  
Les sens sont-ils suffisants pour nous fournir toutes nos connaissances ?

«Dissertation entièrement rédigée traitant des aspects sensoriels du corps humain : les sens nous donnent-ils toutes nos connaissances ? Celles-ci proviennent-elles uniquement de cette source ?...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .pdf  |   3 pages  |   publié en 2007
Dissertation et étude de dossier : les meilleures techniques

«Le langage, c'est la forme la plus évoluée d'expression connue à ce jour. C'est par elle que l'homme, seul être vivant qui en est doté, traduit ses émotions, ses idées, ses opinions, ses pensées ...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   76 pages  |   publié en 2009
Les principes généraux d'une dissertation

«Travail explicatif très détaillé sur la méthode de la dissertation et plus particulièrement la dissertation d'économie. Toutes les étapes de la dissertation sont analysées de l'analyse du sujet ...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   24 pages  |   publié en 2008
Méthodologie de la dissertation

«La dissertation est une articulation de concepts, d'idées, de faits en vue de convaincre le lecteur. Cet exercice est guidé par l'analyse du sujet, la mobilisation des connaissances, l'élaboration d'un développement, et la...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   31 pages  |   publié en 2008
Méthodologie du commentaire de texte, de la dissertation et de l'écriture d'invention

«Vous n'arrivez pas à décoller votre moyenne de français ? Alors, cela peut être dû à l'organisation de votre devoir. Un commentaire dont les idées sont mal organisées, ou une bonne disserte mais ...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   7 pages  |   publié en 2008

Meilleures ventes en philosophie

Derniers docs en philosophie

Méthodologie de l'étude de dossier du concours d'HEC/ESCP
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .pdf  |   13 pages  |   publié en 2009
Suis-je libre de penser ce que je veux ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   5 pages  |   publié en 2006
Doit-on toujours dire la vérité ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   3 pages  |   publié en 2009
PPP thème comptable
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   21 pages  |   publié en 2007
Pourquoi supposer l'âme comme distincte du corps ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .pdf  |   7 pages  |   publié en 2014
Faut-il chercher à tout démontrer ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .pdf  |   6 pages  |   publié en 2014
Un homme paisible - Henri Michaux
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .doc  |   4 pages  |   publié en 2014
L'opinion est-elle aussi une connaissance ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   2 pages  |   publié en 2014
Est-il possible de se mentir à soi-même ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   2 pages  |   publié en 2014