Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Le sommaire
  ACCÉDER à ce doc

Introduction

I) La philosophie "mère de toutes les sciences"
II) Sciences et philosophie : une relation complémentaire
III) Sciences et philosophie : des limites distinctes

Conclusion
ACCÉDER à ce doc  

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

A première vue, rien ne semble rapprocher la « sagesse antique » et la « science moderne ». Or, longtemps, les rapports entre la philosophie et la science ont été dominés par la croyance que la philosophie était une manière scientia scientiarum (science des sciences), donc un savoir totalisateur, chargé d'embrasser tout le savoir intelligible de l'ordre temporel.

Ainsi, la philosophie a d' abord été une réflexion scientifique sur la nature et les causes qui font qu'existent l'univers, l'homme, la société. Le problème posé est donc le suivant: « quels rapports peut-on établir entre la science et la philosophie? » Autrement dit, de quel ordre sont ces relations? Science et philosophie possèdent-elles des caractéristiques communes? Ou bien sont-elles dissymétriques? ()


Extraits

[...] Cependant si science et philosophie sont sur le même piédestal au point de vu du but il y a-t-il des domaines où l'application de la science valoriserait celle de la philosophie et vice-versa? II Sciences et philosophie : des limites distinctes Les sciences sont susceptibles d'engendrer, ou à tout le moins, de nourrir la philosophie. En effet, on peut remarquer que des travaux fondamentaux en science impliquent bien souvent des questions et des recherches de nature proprement philosophique, principalement en ce qui relève de l'appareillage conceptuel de l'articulation et l'évolution de la discipline: les sciences cognitives formées essentiellement par les neurosciences, la linguistique, la psychologie cognitive . [...]


[...] Si on peut concevoir que les énoncés portant sur des objets qui transcendent l'expérience sont bien problématiques, il faut également admettre que la plupart des énoncés de la philosophie elle-même ne sont pas en mesure de satisfaire les conditions logiques de la vérité. En effet pour qu'un raisonnement soit valide il faudrait que ses inférences soient composées d'une suite d'énoncés dont les équivalences soient telles que les derniers ne contiennent rien de plus que les premiers. Ainsi, chacun éprouve la vérité de l'expression le temps passe bien qu'elle soit logiquement absurde, car si le temps passait il serait une chose en mouvement, or tout mouvement suppose un temps pendant lequel il s'accomplit en sorte qu'on pourrait se demander dans quel temps passe cette chose que l'on appelle le temps. [...]


[...] Si nous voyons un couple s'embrasser il est probable que nous interpréterons le sens de son comportement en terme d'amour et de désir et non pas en termes d'agitation moléculaire même s'il est vrai que la relation amoureuse relaye aussi d'une explication physico- chimique. Cela signifie qu'il existe des programmes hétérogènes de vérité qui ne sont pas réductibles les uns aux autres. Ne pas l'admettre ce serait céder au positivisme, c'est-à-dire à la croyance selon laquelle une connaissance qui ne pourrait se formuler scientifiquement serait vouée à l'extinction et ce serait s'exposer au scientisme qui confère à la science le pouvoir exclusif de comprendre et de transformer l'homme et la société. Comme le suggère Deleuze La Philosophie crée des concepts. [...]


[...] Inversement, on aurait tort de croire que dans le monde contemporain, les connaissances ne relèveraient que de la science, alors que la philosophie ne serait réduite qu'à la sphère des valeurs. L'expérience prouve que la philosophie dispose aussi de ressources conceptuelles qui peuvent parfois s'avérer comme des outils essentiels aux sciences (certes limités), dans le progrès des sciences expérimentales, et l'on peut en trouver un exemple spécifique, en neurophysiologie. Une situation assez unique en son genre a pu se créer: celle où un philosophe (Karl Popper) enseigne à un scientifique (John Eccles) l'essentiel de ses conceptions épistémologiques, et où un scientifique finit par en tirer profit. [...]


[...] N'est-il pas en effet, en un sens, à lui-même sa propre énigme, si l'on en croit le mythe d'Œdipe et du Sphinx? En cela, il est bien cet animal métaphysique décrit par Schopenhauer: c'est peut être parce que seul de tous les vivants, il est conscient de sa propre finitude et de ses propres contradictions, qu'il se pose la question Pourquoi? et est en quête toujours recommencée , de principes à même d'y répondre, que ce soit par le biais d'une explication par des lois physiques (tel le phénomène de gravité: comment se fait-il que l'on soit attiré vers la Terre ou d'une réflexion sur son propre mode d'être (les hommes se demanderont toujours pourquoi ils sont). [...]


[...] Conclusion Si science et philosophie se recoupent et se complètent dans plusieurs domaines, elles sont aussi discordantes sur de nombreux points notamment dans leur approche différente. Cette évolution des relations peut être résumée par la citation de Claude Bernard, grand expérimentateur et théoricien: L'union solide de la science et de la philosophie est utile aux deux; elle élève l'une et contient l'autre S'il est vrai que la raison est ce qui permet à l'espèce humaine de chercher à surmonter les périls créés par son affranchissement des contraintes de la nature, cette union ou pour le moins une communication dont traite Bernard, semble alors vital; le terme de communication correspondant aujourd'hui à une nécessité culturelle profonde, à une fonction sociale nécessaire, à un fait de civilisation significatif qui n'est pas réductible aux progrès des techniques. [...]


[...] Ainsi, la science la condition de la sagesse et la philosophie ont été pendant des siècles fortement imbriqués. En quoi peut-on donc les rapprocher? II Sciences et philosophie: une relation complémentaire S'il est possible de mettre la science et la philosophie en perspective, c'est qu'on s'accorde généralement à penser qu'ils sont des formes de discours qui élèvent une prétention comme au sens et à la vérité. En effet, science et philosophie se caractérisent toutes deux par un rejet de l'opinion (excepté en tant qu'objet d'études) puisque l'opinion est un point de vue particulier qui n'est ni confirmé par l'expérience, ni conçu comme universellement valide; l'opinion en ce sens ne constitue ni une connaissance ni une philosophie. [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
25/05/2009
Langue
français
Format
Word
Type
dissertation
Nombre de pages
4 pages
Niveau
grand public
Consulté
12 fois

Informations sur l'auteur Victoria D. (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
droit des...
Note du document :
         
Commentaires
Manon
11/08/10 - 01:24:12
Laissez le votre
ACCÉDER à ce doc  
Hegel, "Encyclopédie des sciences philosophiques" : la logique

«Nous savons que la logique pouvait être considérée comme une reprise d'ensemble des questions de l'ontologie traditionnelle : la logique de l'être reprend la question de l'ontologie générale, qu'est-ce qu'&ecir...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Mémoire  |   fr  |   .doc  |   76 pages   |   publié en 2011
Michel Tozzi, "Contribution à l'élaboration d'une didactique de l'apprentissage du philosopher"

«A l'époque où Tozzi écrit cet article, on voit émerger de nouvelles interrogations concernant l'enseignement de la philosophie. Cette discipline traditionnellement réservée à une élite connait p...»

Économie et Social   |  Questions sociales  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .doc  |   4 pages   |   publié en 2011
Les philosophes et la religion

«La religion apparaît comme un phénomène quasi universel et culturel : elle est présente dans toutes les sociétés humaines connues ayant laissé des traces de leur représentation du monde.- M...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   5 pages   |   publié en 2009
Russell, "La méthode scientifique en philosophie" ( résumé de conférences)

«Russell prend acte de la déception qu'engendre la philosophie au regard de ce qu'elle a prétendu délivrer et de ce qui a été réellement acquis. A l'aide d'une appréciation personnelle du rapport entre ...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   6 pages   |   publié en 2008
La religion du point de vue philosophique

«Exposé sur la religion traitant le point de vue philosophique. Cet exposé s'articule en trois points principaux : d'une part, qu'est-ce que la religion ? D'autre part, la relation de l'homme au sacré, et enfin le rapport entre ph...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   5 pages   |   publié en 2007

Meilleures ventes en philosophie

Derniers docs en philosophie

Méthodologie de l'étude de dossier du concours d'HEC/ESCP
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .pdf  |   13 pages   |   publié en 2009
Modes opératoires avec analyse des risques (travaux publics et bâtiment)
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Étude de cas  |   fr  |   .pdf  |   64 pages   |   publié en 2012
Bilan de formation BAFD (Brevet d'aptitude aux fonctions de directeurs)
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .pdf  |   13 pages   |   publié en 2009
Y a-t-il une nature humaine ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   11 pages   |   publié en 2006
L'homme doit-il craindre la progression des techniques ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   4 pages   |   publié en 2007
Pourquoi supposer l'âme comme distincte du corps ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .pdf  |   7 pages   |   publié en 2014
Faut-il chercher à tout démontrer ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .pdf  |   6 pages   |   publié en 2014
Un homme paisible - Henri Michaux
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .doc  |   4 pages   |   publié en 2014
L'opinion est-elle aussi une connaissance ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   2 pages   |   publié en 2014
Est-il possible de se mentir à soi-même ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   2 pages   |   publié en 2014