Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Le sommaire
  ACCÉDER à ce doc

Introduction

I) La croyance comme opinion
II) La remise en cause des croyances
III) La croyance comme religion

Conclusion
ACCÉDER à ce doc  

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

On tend naturellement à opposer raison et croyance, la première étant vue comme le moyen d'accéder à une réflexion logique et fondée, la seconde à l'inverse comme une pensée spontanée et naturelle. Mais il est indéniable que raison et croyance sont deux idées étroitement liées, voire consécutives, comme le fait remarquer Pascal : « La dernière démarche de la raison est de comprendre qu'il y a une infinité de choses qui la dépassent ».

Extraits

[...] Ainsi, raison et croyance ne sont pas en conflit dans la mesure où la première peut s’appliquer à la seconde. Le développement de la raison, l’acte de philosopher permet de repousser l’ignorance, et aboutit à une remise en cause des croyances. De cette remise en cause résulte soit un résultat cohérent avec la croyance qui devient ainsi une connaissance (puisqu’elle a subi le processus de la raison), soit le démenti de cette même croyance, ou la nécessité de reconnaître que la croyance dépasse la raison, puisqu’elle ne peut être expliquée raisonnablement. [...]


[...] La raison quand à elle, donne accès à la science. La science se base sur la démonstration et l’expérience, et aboutit à l’établissement de lois générales, qui par la suite servent d’appui à de nouvelles expériences. Ainsi, les lois qu’établit la science permettent d’avancer dans la recherche, et fournissent un support au raisonnement logique, qui va plus loin, et progresse. A l’inverse, la croyance est fondée sur des éléments fixes, qui n’évoluent pas, des dogmes qu’on ne remet pas en question. [...]


[...] Dans ce cas, la raison faillit à apporter une connaissance fondée, et et en réponse à ce manque s'établit la croyance, en quelque sorte pour offrir un certain équilibre au sujet. Il ne reste ainsi pas sans réponse face a une question qu'il se pose, et peut se baser sur un résultat, qu'il soit connaissance ou croyance. La croyance et la raison sont dans ce cas complémentaires. La croyance peut donc être un système de substitution en cas de faiblesse de la raison. [...]


[...] De la même façon, la raison à besoin de la croyance. Pour pallier à ses faiblesses comme on l'a vu, mais aussi comme support de réflexion. La croyance peut fournir à la raison un matériau sur lequel elle réfléchit, sur lequel le sujet s'interroge. La raison et la croyance sont donc indissociables. Sans s'appuyer sur la raison, la croyance disparaît ; sans la croyance pour combler ses faiblesses, la raison ne pourrait être capable d'apporter toutes les connaissances que le sujet demande. [...]


[...] Dissertation : La raison entre-elle nécessairement en conflit avec la croyance ? On tend naturellement à opposer raison et croyance, la première étant vue comme le moyen d’accéder à une réflexion logique et fondée, la seconde à l’inverse comme une pensée spontanée et naturelle. Mais il est indéniable que raison et croyance sont deux idées étroitement liées, voire consécutives, comme le fait remarquer Pascal : La dernière démarche de la raison est de comprendre qu’il y a une infinité de choses qui la dépassent De nombreux philosophes se sont interrogés sur la différence à établir entre raison et croyance, sur la limite à fixer entre les deux notions. [...]


[...] Dans cette mesure, ces lois ne sont pas opposables, ni incompatibles, et le conflit entre croyance et raison est inexistant. La définition que donne Pascal de la croyance, au sens religieux du terme confirme cette complémentarité : C’est le cœur qui donne sens à Dieu, et non la raison, voilà ce que c’est que la foi : Dieu sensible au cœur et non à la raison La croyance et la raison n’ont pas les mêmes domaines d’influence, d'action. La croyance semble ne pas s’adresser à la même sensibilité. [...]


[...] La raison entre dans l’illusion si elle fait passer cette pensée pour une connaissance : lorsque l’on prétend connaître ce qui est simplement pensable, on entre dans le domaine de l’illusion. Par exemple la théologie ne peut être considérée comme une science, puisque ses objets ne peuvent être expérimentés. On entre alors dans le domaine du cœur d’après Pascal : Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point Il joue ici sur le sens du mot raison, et exprime le fait que le domaine de la croyance soit différent de celui de la raison, au point que la raison ne puisse pénétrer et comprendre la croyance. [...]


[...] L’homme a également recherché des preuves à sa croyance. Si on prend le cas de la croyance religieuse, l’existence divine peut être démontrée de façon cosmologique : la finalité et l’ordre de l’univers ne peuvent être attribués qu’à un esprit raisonnable ; physico-théologique : tout effet ayant une cause, la cause première de l’univers est dieu ; et ontologique, notamment employée par Saint Anselme : après avoir posé dieu comme parfait, on ne peut que penser qu’il existe, car si on lui ôtait l’existence, il perdrait sa perfection. [...]


[...] De plus, on peut dire que la science comme aboutissement de la raison est objective, alors que l’opinion qui se base sur la croyance est subjective. D’après La formation de l’esprit scientifique de Bachelard, l’opinion pense mal ; elle ne pense pas, elle traduit des besoins en connaissances Dans cet essai, Bachelard met en avant la différence entre la science, qui par le raisonnement, aboutit à une connaissance, et l’opinion qui se base sur une croyance indémontrable par définition. L’opinion apparaît comme une morale provisoire qui doit être détruite pour laisser place à la science et à la raison. [...]


[...] De plus, la croyance semble combler les manques de réponses de la raison. Si le conflit entre raison et croyance est indéniable, il est possible qu'elles existent parallèlement, voire se complètent. De plus, on a vu que la connaissance, le savoir, et donc la sagesse étaient tirés de l'expérience. Or ce désir n'est qu'un idéal : le philosophe n'est pas sage, il cherche à le devenir. La sagesse et la connaissance sont donc au delà de ce qu'on peut obtenir. [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
18/05/2010
Langue
français
Format
Word
Type
dissertation
Nombre de pages
5 pages
Niveau
grand public
Consulté
5 fois

Informations sur l'auteur Marion J. (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
droit des...
Note du document :
         
Commentaires
vincent
02/01/12 - 15:03:57
Laissez le votre
ACCÉDER à ce doc  
Cours de Philosophie sur la raison

«Le mot raison est un terme polysémique (qui a plusieurs sens). Il convient de bien connaître le champ sémantique de ce mot qu'on retrouve dans les expressions, avoir des raisons (avoir des motifs), avoir la raison (avoir la facult...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   11 pages  |   publié en 2012
La raison entre-t-elle nécessairement en conflit avec la croyance ?

«On tend naturellement à opposer raison et croyance, la première étant vue comme le moyen d'accéder à une réflexion logique et fondée, la seconde à l'inverse comme une pensée spontan&eacut...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   5 pages  |   publié en 2010
Individus, systèmes de croyance et idéologies

«Cours très complet de psychologie sociale sur les individus, les systèmes de croyance, et les idéologies....»

Économie et Social   |  Psychologie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   18 pages  |   publié en 2006
Analyse de la politique étrangère de Bill Clinton et de George W. Bush à l'égard du conflit israélo-palestinien

«« Etats-Unis, Israël, Palestine », un triangle d'acteurs, qui depuis plusieurs décennies déjà, sont impliqués dans un processus de négociations en vue d'atteindre un jour, la paix au Proche-Orient. ...»

Économie et Social   |  Sciences politiques  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   23 pages  |   publié en 2012
Le savoir et la croyance

«Cours de Philosophie sur les notions de croyance et de connaissance. Il évoque les problèmes que posent le fait de croire savoir pour accéder à la vérité. Il propose l'analyse du Ménon, de l'Allé...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   25 pages  |   publié en 2007

Meilleures ventes en philosophie

Derniers docs en philosophie

Méthodologie de l'étude de dossier du concours d'HEC/ESCP
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .pdf  |   13 pages  |   publié en 2009
Suis-je libre de penser ce que je veux ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   5 pages  |   publié en 2006
Doit-on toujours dire la vérité ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   3 pages  |   publié en 2009
PPP thème comptable
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   21 pages  |   publié en 2007
Pourquoi supposer l'âme comme distincte du corps ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .pdf  |   7 pages  |   publié en 2014
Faut-il chercher à tout démontrer ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .pdf  |   6 pages  |   publié en 2014
Un homme paisible - Henri Michaux
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .doc  |   4 pages  |   publié en 2014
L'opinion est-elle aussi une connaissance ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   2 pages  |   publié en 2014
Est-il possible de se mentir à soi-même ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   2 pages  |   publié en 2014