Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Le sommaire
  ACCÉDER à ce doc

Introduction

I) A la Recherche du temps perdu et Le Temps retrouvé : romans de formation
II) L'art est essentiel : il a en commun avec la vraie vie d'être Création
III) L'intensité des moments : les tableaux et le Temps
ACCÉDER à ce doc  

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

Le Temps retrouvé est en effet l'aboutissement, mieux l'accomplissement, de La Recherche du temps perdu, au sens où il en révèle la signification et la raison d'être, en d'autres termes la manière dont il est à lire. Au-delà du truisme, s'agissant du chapitre final de l'oeuvre qu'en effet il termine, ce dernier volume, débouchant sur la découverte des vérités de l'art, est dès lors donné, explicitement, par le narrateur, comme le terme de sa recherche et d'une recherche dont le lien avec la littérature est proclamé (...)

Extraits

[...] Voilà un exemple parmi dʼautres des intermittences du cœur. La phrase de Proust associe les aléas de lʼamour aux pulsations du temps, entre le passé et le présent, lʼavant et le maintenant, mais aussi entre la vie réelle et la littérature, entre lʼamour pour un auteur et lʼamour pour une femme. Lʼintérêt de la loi des intermittences tient à cela que les deux côtés, la vie et lʼart, ne cessent dʼéchanger leurs qualités et se substituent constamment lʼun à lʼautre, à la façon dont dans un train le narrateur est contraint de courir dʼun côté à lʼautre pour rentoiler le tableau du soleil levant. [...]


[...] p Comme la page sur les asperges dans Du Côté de chez Swann I. p Elles sont, pastiche dʼun Manet, de lʼart passé dans la vie, une scène de la vie domestique devenue poème par le miracle du style et les anneaux dʼun beau style, autrement dit de la vraie vie. En dʼautres termes, de lʼart passé dans la vie et de la vie revenant à lʼart, sous la forme dʼun poème, art vivant en somme. Pareillement la description des aubépines, suscitant la métaphore de chapelles creusées dans leur haie, emprunte au reposoir dʼUn Cœur Simple, pour attester de la puissance vivifiante, printanière, joyeuse et créatrice, suscitée par familiarité avec les chefs-dʼœuvre. [...]


[...] Les deux femmes sont complètement nourries, pénétrées, habitées par une culture totalement intériorisée et quʼelles se refusent, au rebours des snobs, à exhiber, comme un signe extérieur de richesse, de supériorité, de distinction, comme en un mot le marqueur de leur classe, soit la grande bourgeoisie aussi cultivée que riche. Ainsi elles ont les Lettres de Mme de Sévigné pour livre de chevet et apprennent à lʼenfant à lʼaimer, non à la façon des gens de salon, page 2 / 12 mais pour ses vraies beautés. [...]


[...] Contes enchâssée et personnages en miroir, à lʼintérieur dʼun récit-cadre, lʼhistoire de Shéhérazade. Enfin le statut salvateur de la littérature, sauvant de la mort et associé à lʼamour. Le sultan Schauder pour se venger des femmes et de lʼinfidélité de la sienne quʼil a fait exécuter, choisit chaque soir une jeune fille quʼil condamne à mort au matin. Shéhérazade, parce quʼelle est une magnifique conteuse, fait cesser ce massacre : elle raconte chaque nuit une histoire dont la suite est reportée au lendemain à telle enseigne que le sultan ne peut se résoudre à la tuer, diffère chaque jour lʼexécution, finit par y surseoir complètement et fait dʼelle sa femme. [...]


[...] De fait le 16 août 1909 lʼécrivain écrit de Cabourg à Mme Straus : Je viens de commencer et de finir - tout un long livre pas aussi long toutefois que celui que nous lisons aujourdʼhui et dont la rédaction ne sera terminée quʼen 1922, juste quelques mois avant sa mort. IV. P On ne peut mieux montrer une vie et une œuvre confondues, une vie-œuvre dʼart, le contraire en somme du rêve dʼEmma : elle voulait que sa vie imite les romans quʼelle aimait, le narrateur crée sa vie comme, et en même temps que, le romancier son roman. [...]


[...] sur la question des races maudites, de la race des Tantes( les premières pages de Sodome et Gomorrhe T. III. Pour revenir à Sévigné son choix est significatif : ce nʼest ni une romancière, ni une mémorialiste. En revanche lʼécriture pour elle ne se détache pas de lʼintensité de ce qui est vécu, de la vie présente, dont elle poursuit et extrait la poésie par amour pour sa fille. Cʼest au sens propre lʼamour de sa fille qui fait dʼelle un écrivain. [...]


[...] Proust et les vérités de lʼart Cʼest à lʼenvers, à partir du Temps Retrouvé donc, comme on remonte dans le temps, quʼil faudrait pouvoir lire La Recherche. Ou plutôt il faut la lire dans les deux sens, à lʼendroit et à lʼenvers, à lʼendroit puis à lʼenvers, puis à lʼenvers et à lʼendroit, en un mouvement de va et vient dʼun bord à lʼautre. Le Temps Retrouvé est en effet lʼaboutissement, mieux lʼaccomplissement, de La Recherche du Temps Perdu, au sens où il en révèle la signification et la raison dʼêtre, en dʼautres termes la manière dont il est à lire. [...]


[...] Kant ne parle-t-il pas du beau comme gagné sur ce qui sʼoppose à lui et le contrarie : la laideur, la souffrance, la nuit, le deuil ? Beau conquis, gagné sur ce qui le nie, comme le temps retrouvé, intempestif, reconquis sur le temps perdu et mort. Si lʼart est vital, cʼest quʼil rend heureux, sʼil rend heureux, cʼest quʼil a possibilité de faire de la vie et du beau avec ce qui les nie, le temps et lʼimperfection. Cʼest pourquoi, à lʼéglise même imparfaite, marquée par le temps, en exposant les stigmates dans les imperceptibles incohérences de son architecture, voire dans son inachèvement, Proust substitue dans Le page 6 / 12 Temps Retrouvé, dans les toutes dernières pages, dʼautres métaphores pour allégoriser le lien particulier et nécessaire de lʼart avec la vie, la vie réellement vécue. [...]


[...] Au demeurant dans ce cas encore la vie et lʼart échangent leurs qualités, car bien quʼil ne tînt sans doute au chef-dʼœuvre florentin que parce quʼil le retrouvait en elle, pourtant cette ressemblance lui conférait à elle aussi une beauté, la rendait plus précieuse. Lʼœuvre a dès lors quelque chose de vital puisquʼelle révèle une beauté cachée. Par ailleurs elle est arrachée à lʼimmortalité - qui pour être du côté de lʼabsolu, dʼun idéal transcendant, est, paradoxalement peut-être mais ipso facto, du côté de la mort, car enfin il faut bien mourir, être mort, pour connaître lʼimmortalité ! - en faveur dʼun beau intempestif à la fois hors et dans le temps. [...]


[...] Et une page plus loin le narrateur, sʼémerveillant de trouver dans les livres de Bergotte des expressions quʼil se reprochait dʼemployer comme insuffisamment littéraires, pleure soudain de joie parce quʼil lui semble soudain que mon humble vie et les royaumes du vrai nʼétaient pas aussi séparés que jʼavais crus. Parallélisme dʼautant plus intéressant quʼil lie une mort, Bergotte, à une résurrection, tout Combray On le voit les métaphores, établissant des correspondances, des transversales, entre des objets apparemment sans rapport, sont en vérité présentes dans la réalité, puisque, dans cet exemple, le même vocable sʼutilise dans le cas des usages sociaux ou des pratiques artistiques. La langue en témoigne, cautionne la légitimité du rapprochement et, ce faisant, le révèle. Du Côté de chez Swann. [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
06/08/2009
Langue
français
Format
pdf
Type
dissertation
Nombre de pages
12 pages
Niveau
grand public
Consulté
2 fois

Informations sur l'auteur F. M. (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
droit des...
Note du document :
         
ACCÉDER à ce doc  
Proust et les vérités de l'art

«Le Temps retrouvé est en effet l'aboutissement, mieux l'accomplissement, de La Recherche du temps perdu, au sens où il en révèle la signification et la raison d'être, en d'autres termes la mani&egra...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .pdf  |   12 pages   |   publié en 2009
Proust, "Le jardin aux nymphéas", extrait de "Du côté de chez Swann"

«Commentaire détaillé de l'extrait de Du côté de chez Swann de M. Proust décrivant le jardin aux nymphéas : texte, notes explicatives, situation du texte, développement en trois parties et sous-...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .pdf  |   7 pages   |   publié en 2008
Marcel Proust : La musique silencieuse du temps perdu

«Dans son Contre Sainte-Beuve, Marcel Proust a attaqué la « célèbre méthode » du critique, selon laquelle l'oeuvre d'un écrivain serait avant tout le reflet de sa vie et pourrait s'expliquer par ...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   36 pages   |   publié en 2009
Quelles images de la femme vos lectures de romans vous ont-elles laissées ?

«Les images de la femme dans les romans sont multiples. Pierre Louÿs, dès le titre de son roman La Femme et le Pantin, attribue à son personnage féminin un pouvoir de manipulation quasi absolu. Au contraire, des titr...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   6 pages   |   publié en 2010
Commentaire d'une citation de Marcel Proust dans "A la recherche du temps perdu"

«"Le monde est fait pour aboutir à un beau livre" : c'est ainsi que le poète Stéphane Mallarmé répondait en 1891 à une enquête sur l'évolution littéraire menée par Jules Huret. Hant&...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .pdf  |   9 pages   |   publié en 2011

Meilleures ventes en philosophie

Derniers docs en philosophie

Méthodologie de l'étude de dossier du concours d'HEC/ESCP
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .pdf  |   13 pages   |   publié en 2009
Modes opératoires avec analyse des risques (travaux publics et bâtiment)
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Étude de cas  |   fr  |   .pdf  |   64 pages   |   publié en 2012
Bilan de formation BAFD (Brevet d'aptitude aux fonctions de directeurs)
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .pdf  |   13 pages   |   publié en 2009
Y a-t-il une nature humaine ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   11 pages   |   publié en 2006
L'homme doit-il craindre la progression des techniques ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   4 pages   |   publié en 2007
Pourquoi supposer l'âme comme distincte du corps ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .pdf  |   7 pages   |   publié en 2014
Faut-il chercher à tout démontrer ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .pdf  |   6 pages   |   publié en 2014
Un homme paisible - Henri Michaux
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .doc  |   4 pages   |   publié en 2014
L'opinion est-elle aussi une connaissance ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   2 pages   |   publié en 2014
Est-il possible de se mentir à soi-même ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   2 pages   |   publié en 2014