Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Le sommaire
  ACCÉDER à ce doc

I) L'évolution des connaissance
II) Entre théorie et réalité
III) La réalité quantique : le grand débat
IV) L'horizon des connaissances

Conclusion
Références bibliographiques
ACCÉDER à ce doc  

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

Article de Philosophie consacré aux connaissances et aux limites du savoir humain. Notre vision, en tant qu'être conscients, de ce monde traduit-elle fidèlement la réalité des phénomènes où n'est qu'une simple représentation approximative de celle-ci ?

Extraits

[...] Se n’est à priori ni la tendance inductive ni celle déductive qui sont à l’origine de l’élaboration des théorie scientifiques, mais un mélange des deux étant donné qu’il ne s'agit, en fin de compte, pas de prouver l’exactitude d’une théorie mais dans le meilleur des cas, la réfuter. Dans ce cas, l’évolution des connaissance consiste à s’apercevoir des erreurs et non à accumuler des certitudes. Une théorie non encore falsifiée n’est alors vraie que provisoirement. C’est une hypothèse provisoire pour donner une signification cohérente aux phénomènes. Les théories scientifiques s’avèrent donc mortelles et ne valent que tant qu'il n'y ait pas encore de plus meilleure. [...]


[...] Toute tentative pour trouver une telle description mènerait à des contradictions ce qui signifie forcément que le terme passe est restreint à l’observation. Or ce résultat est fort étrange, car il semble indiquer que l’observation joue un rôle décisif dans un phénomène et que la réalité varie selon que l’on observe ou non . C’est ainsi que la théorie quantique nous ramène à la vieille sagesse qui veut que dans la tragédie de l’existence, nous sommes à la fois acteurs et spectateurs. [...]


[...] Dans une inférence inductive, la vérité des prémisses ne garantit pas la vérité de la conclusion et l’induction n’a, par conséquent, pas de rigueur logique. Ce n’est donc pas à une démarche inductive que l’on doit l’élaboration des théories scientifiques. D’autre part, aucune observation ne peut être faite sans préalables préjugés et faits significatifs qui, à leur tour, ne sont que le reflet d’une idée préalable. L’idée d’une observation indépendante de toute théorie, qui serait un simple enregistrement neutre, n’a, à priori, aucun sens. [...]


[...] Ceci aurait été, en effet, naturel à l’époque où le physicien croyait disposer d’un système rigide de lois et de concepts fondamentaux, qui étaient si solidement établis, que les vagues du doute ne pouvaient pas les atteindre. Mais ce n’est plus naturel à une époque comme la notre, où les fondements même de la physique sont devenus problématiques Louis de Broglie, soutenant les idées déterministes d'Einstein, affirme : Le retour à des conceptions clairs, cartésiennes, respectant la validité du cadre de l’espace et du temps, satisferait certainement beaucoup d’esprits et permettrait, non seulement de lever les objections troublantes d’Einstein et de Schrödinger, mais aussi d’éviter certaines conséquences étranges de l’interprétation actuelle. [...]


[...] En ce début du 21e siècle, de nombreux scientifiques, reconnaissent que notre physique n’est qu’approximative, en adéquation avec notre échelle humaine. En perçant l’inconnu en direction des deux infinis, ils se rendent, de plus en plus, compte de la divergence et de l’incompatibilité qui règnent sur leurs chiffres. Même les mathématiciens et logiciens, jadis maîtres de la connaissance infaillible, se trouvent avec les théorèmes de Gödel, et les multiples résultats d’indécidabilité ultérieurs face à une tache très ardue. Aucun système formel ne peut, pour toute proposition F démontrer si F ou non F Le même cas fut celui du théorème de Church démontrant qu’il n’existe pas d’algorithme qui puisse décider pour toute formule si c’est un théorème ou non. [...]


[...] L’arsenal technologique mis au point et utilisé par l’homme ne constitue, en réalité, qu’une extension aux moyens de perception biologiques servant à lui faire surmonter une partie de son handicap, en lui permettant d'amplifier ses perceptions. Il peut, ainsi par exemple, voir très loin dans l'espace, très petit dans le monde des molécules et dans toutes les longueurs d'ondes. Comme il peut faire des simulations numériques et des calculs en des temps record, sans que cela ne sort du cadre de sa structure biologique. [...]


[...] Je pense que le réel est voilé, que nous avons juste des lueurs valables sur lui». Ce type de réflexions constituant jadis le seul terrain des philosophes, déborde désormais cette sphère pour hanter les laboratoires des chercheurs et transformer leur pratique de tous les jours. Pour qu’un objet puisse être observé et reconnu par la pensée, il faut qu’il soit délimité, à partir d’une simplification trop poussée du Réel. Cette condition nécessaire pour que l’on puisse considérer des interactions et dégager des lois. [...]


[...] Elle est juste au milieu. Une échelle spatio-temporelle moyenne, juste à la hauteur de la dimension humaine. Un milieu entre deux infinis: un infiniment grand, tel qu'à chaque fois qu'on essai d'agrandir l'échelle, il existerait toujours un besoins d’aller encore plus loin, et un infiniment petit tel qu’à chaque fois qu'on réduit l'échelle de grandeur, il y a toujours nécessité d'en réduire encore plus. Mais jusqu'à quelle limite? Les physiciens répondent : jusqu'aux dimensions de Planck (respectivement 10-35mètre et 10-43 seconde). [...]


[...] La science et ses théories, dans ce cas, mènent-t-elles à la certitude ? Décrivent-elles le Réel tel qu’il est ou ne seraient-elles que des conventions qui nous permettraient de parler plus commodément du monde ; des interprétations de la réalité selon une vision purement intellectuelle qui mènerait à une connaissance, n’en pas plus vraie, de la réalité mais seulement plus commode et moins trompeuse de celle-ci ? De là, surgit la question de savoir si ces théories ne constituent en fait que des fictions ; des montages commodes pour faire des calculs et prédire des résultats. [...]


[...] Depuis Newton, une vision déterministe et mécaniste de la nature règne sur la physique. Elle a été résumée au 19e siècle par Laplace en ces termes : Nous devons envisager l’état présent de l’Univers comme l’effet de son état antérieur et comme la cause de celui qui va suivre Ce déterminisme qui régnait en maître a commencé à vaciller avec l’avènement de la théorie quantique. La mécanique quantique, tout au long du 20e siècle, a obligé à revoir toutes les considérations et certitudes ontologiques du sens commun en assumant un indéterminisme essentiel à la réalité : les lois de la physique ne traduisent que l'interaction entre l'Homme et le Réel se manifestant par l'acte expérimental. [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
04/09/2008
Langue
français
Format
Word
Type
dissertation
Nombre de pages
9 pages
Niveau
grand public
Consulté
2 fois

Informations sur l'auteur Mohamed O. (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
informatique
Ecole, université
Univérsité...
Note du document :
         
ACCÉDER à ce doc  

Meilleures ventes en philosophie

Derniers docs en philosophie

Modes opératoires avec analyse des risques (travaux publics et bâtiment)
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Étude de cas  |   fr  |   .pdf  |   64 pages   |   publié en 2012
Rousseau : "Discours sur les sciences et les arts"
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .doc  |   13 pages   |   publié en 2007
La conception du monde dans le Tractatus de Wittgenstein
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   19 pages   |   publié en 2008
Y a-t-il trop de fonctionnaires en France ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   7 pages   |   publié en 2009
Fiche biographique de Jean Racine
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Biographie  |   fr  |   .pdf  |   2 pages   |   publié en 2010
Virgile : fiche biographique
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   2 pages   |   publié en 2014
Tite-Live : fiche biographique
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   1 page   |   publié en 2014