Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Le sommaire
  ACCÉDER à ce doc

Conclusion
ACCÉDER à ce doc  

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

Dans le cas des techniques, il semble que le proverbe « c'est l'intention qui compte » n'ait pas cours, tant il est vrai qu'on peut faire de mauvaises choses pour de bonnes raisons Si la valeur de la technique dépend des intentions de ceux qui l'utilisent, alors la technique n'est qu'un moyen, et la responsabilité des désastres - humains et écologiques - qu'elle peut provoquer incombe à ceux qui l'utilisent à mauvais escient (quête du profit, volonté de puissance, vengeance). Dans le cas contraire, si l'on admet que les techniques, mêmes quand elles sont utilisées avec les meilleures intentions, ont parfois des répercussions négatives qui nous échappent, on est en droit de se poser cette question : si la valeur des techniques ne dépend pas des intentions de ceux qui les utilisent, alors de quoi dépend-t-elle ?

Extraits

[...] Si à première vue, il semble que la valeur des techniques dépende des intentions de ceux qui les utilisent (nous avons vu l’exemple de la bombe nucléaire pouvant être utilisée pour la paix comme pour la guerre), une analyse approfondie montre que, même avec les meilleures intentions du monde, les techniques peuvent se retourner contre ceux qui les utilisent (catastrophe planétaire de Tchernobyl, chômage structurel dû aux développements des industries mécaniques A l’heure où les potentialités de la science dépassent de loin tout ce qu’auraient pu imaginer les plus pessimistes des penseurs des siècles derniers de Orwell à Huxley nous dégageons qu’une certaine forme d’éthique s’avère indispensable pour prévenir toute forme d’abus des techniques. D’après la mythologie, Prométhée nous a confié le feu en même temps que l’intelligence, or il faudra faire preuve de beaucoup d’intelligence, de beaucoup de raison, pour éviter que ce feu ne nous consume tous. [...]


[...] Ce point étant posé, il met un terme au débat faut-il dire OUI ou NON à la technique Il y a une certaine incohérence dans ce genre d’affirmation, comme si on voulait à tout prix donner une bien hypothétique essence à la technique, qui n’est pourtant qu’un processus matériel à déclencher ou à ne pas déclencher, comme si on voulait faire d’elle un objet transcendant et maléfique en soi. Il s’agit plutôt de dire oui ou non à la violence et au désir de ceux qui l’utilisent. La technique est un pouvoir sur la matière donné par un processus matériel Or un pouvoir en lui même n’est pas à craindre, car il n’apparaît que s’il est exercé et si on le laisse s’exercer. [...]


[...] On ne peut pas leur en vouloir, en un sens, cependant est-il admissible de laisser faire de telles pratiques, quand elles nous emmènent tout droit vers un futur où les enfants seront fabriqués à la demande, un futur aussi terrifiant que celui que décrit Huxley dans Le meilleur des mondes ? Et pourtant, il semble d’ores et déjà difficile d’enrayer ces pratiques. On le sait, pour parvenir au but qu’elle poursuit, la technique ne se soucie pas des moyens qu’elle utilise du moment que ceux-ci sont efficaces. Après tout, on n’arrête pas le progrès . [...]


[...] Tout aussi absurde serait ce comportement plus fréquent qu’on ne le croit visant à rejeter la technique comme telle, en la tenant pour responsable des dégâts qu’elle peut causer. Dans son Discours sur les sciences et les arts, Rousseau émettait une critique virulente envers les arts, entendus au sens de techniques. Cependant, nous l’avons vu plus haut, la technique elle- même ne peut être considérée comme maléfique. D’autant qu’en libérant l’homme du travail, elle a fait naître le chômage, certes, mais aussi une société de loisirs et a entraîné une très nette amélioration du niveau de vie. [...]


[...] Dissertation La valeur des techniques dépend-t-elle de l’intention de ceux qui les utilisent ? Platon et Aristote avaient fait remarquer que le meilleur médecin est aussi, en puissance, le meilleur empoisonneur Aujourd’hui plus que jamais, à la fin d’un siècle de barbarie fasciste et à l’heure où des pratiques comme le clonage soulèvent de vives polémiques, on est en droit de s’interroger : la valeur des techniques dépend-t-elle des intentions de ceux qui les utilisent ? Notre Histoire est émaillée d’accidents désastreux pour l’Environnement et pour l’Humanité, mais sommes nous pour autant responsables des dérives de la technologie ? [...]


[...] En effet, selon Bergson, l’homme doit absolument éviter de se nuire à lui-même en renonçant aux possibilités que lui offre les techniques lorsque celles-ci vont trop loin. Bergson considère le développement de la technique comme un danger. D’après lui, la machine a augmenté de façon démesurée la puissance de l’homme, sans pour autant avoir d’influence positive sur sa sagesse. La technique n’a pas apporté ce supplément d’âme à l’homme dont il aurait eu besoin pour pallier à la puissance de son corps, décuplée par la technique. En absence de ce contrepoids, la technique a entraîné un déséquilibre dangereux entre l’âme et le corps. [...]


[...] Cependant, ce développement s’est fait au détriment de l’artisanat. Petit à petit, la machine a remplacé l’homme, le privant de son gagne-pain, et le chômage est apparu On pense à la révolte des Canuts de Lyon, dans les années 1830, des tisserands qui brisèrent les machines, amorçant sans le savoir une critique de la société technicienne. On l’a vu, la technique peut aussi bien servir le juste que l’injuste. Ici, elle a été source de chômage et de déshumanisation Mais qui peut-on en tenir responsable ? [...]


[...] Les implications soulevées par une telle question sont donc d’ordre moral, elles aussi. En effet, si la valeur de la technique dépend des intentions de ceux qui l’utilisent, alors la technique n’est qu’un moyen, et la responsabilité des désastres humains et écologiques - qu’elle peut provoquer incombe à ceux qui l’utilisent à mauvais escient (quête du profit, volonté de puissance, vengeance Dans le cas contraire, si l’on admet que les techniques, mêmes quand elles sont utilisées avec les meilleures intentions, ont parfois des répercussions négatives qui nous échappent, on est en droit de se poser cette question : si la valeur des techniques ne dépend pas des intentions de ceux qui les utilisent, alors de quoi dépend-t-elle ? [...]


[...] A leurs yeux, la valeur ou plutôt la raison d’être de la technique, est d’être développée quoiqu’il arrive. Cependant, bien que pertinente, cette idée est contestable En effet, on sait que le progrès est bien souvent facteur de pollution, de désastres, tant pour l’environnement que pour l’Humanité, quand ce n’est pas les deux à la fois. Que l’on songe à l’explosion de la centrale de Tchernobyl : quel mal y avait-il à doter les foyers ukrainiens d’électricité ? Pas le moindre. [...]


[...] A la lumière de ce que nous avons vu, il semblerait qu’il s’agisse là d’une tautologie La technique ne serait qu’un instrument, l’application de la science, et dans ce cas, on ne pourrait pas la critiquer elle-même, mais seulement les individus qui en font usage. La valeur de la technique dépendrait donc bel et bien des intentions de ceux qui l’utilisent. Cependant si la réponse semble à première vue évidente, des exemples précis piochés à travers l’Histoire prouvent que tout n’est pas aussi simple La force des choses nous a conduite là où nous n’avions pas pensé ! s’écriait Saint-Just dans son fameux discours de Vendémiaire. [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
10/07/2007
Langue
français
Format
Word
Type
dissertation
Nombre de pages
5 pages
Niveau
grand public

Informations sur l'auteur Arthur M. (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
littérature
Ecole, université
Khâgne...
Note du document :
         
ACCÉDER à ce doc  
Les limites de la technique

«Une idée commune au sujet de la technique est qu'aujourd'hui « tout est possible » en matière d'innovation, que la technique est donc, en un sens, illimitée, et que parce qu'elle est illimitée, et que cette il-...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   6 pages   |   publié en 2010
Introduction à la philosophie

«Cours d'introduction à la philosophie qui définit la démarche philosophique et la place de la philosophie aujourd'hui. Puis il présente la pensée mythique et la différence entre le mythe et la philosophie. Enfin, il analyse la technique, l'existence ...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   27 pages   |   publié en 2006
Résumé des cours de philosophie de Terminale

«Résumé précis et complet de l'ensemble des cours de philosophie au programme de la classe de Terminale et comportant ainsi 12 chapitres....»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Cours  |   fr  |   .doc  |   40 pages   |   publié en 2007
L'art et la technique

«Le mot « art » vient du terme latin « ars » qui signifie d'abord - selon le Gaffiot - « un talent, un savoir-faire, une habileté » ; on parle par exemple d' « artes militares ». Par extension, &l...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Cours  |   fr  |   .doc  |   22 pages   |   publié en 2010
Philosophie du droit : La justice et le droit

«Cours de Philosophie du droit très complet sur la justice et le droit. Les deux notions de droit et de justice semblent inséparables, comme l'étymologie de justice le montre : jus désigne le droit ; la justice est la vertu...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   105 pages   |   publié en 2007

Meilleures ventes en philosophie

Derniers docs en philosophie

Modes opératoires avec analyse des risques (travaux publics et bâtiment)
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Étude de cas  |   fr  |   .pdf  |   64 pages   |   publié en 2012
L'inconscient est-il un destin ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   4 pages   |   publié en 2007
Résumé des cours de philosophie de Terminale
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Cours  |   fr  |   .doc  |   40 pages   |   publié en 2007
Peut-on connaître autrui ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2008
La conception du monde dans le Tractatus de Wittgenstein
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   19 pages   |   publié en 2008
Virgile : fiche biographique
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   2 pages   |   publié en 2014
Tite-Live : fiche biographique
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   1 page   |   publié en 2014