Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Le sommaire
  ACCÉDER à ce doc

Introduction

I) La critique de la conception naturaliste de l'art

A. Définition du naturalisme
B. Première critique : si l'oeuvre vaut par sa fidélité au réel, pourquoi ne pas préférer l'original ?
C. Deuxième critique : l'imitation de la nature est vouée à l'échec
D. Troisième critique : la parfaite imitation de la nature ne procure aucun plaisir

II) Au-delà de l'imitation

A. Ce que l'art imite dans la nature ce n'est pas ses objets, c'est sa créativité
B. La nature imite l'art
C. La beauté de l'oeuvre est indépendante de la beauté du modèle

III) L'art et le beau

A. Beau, agréable et bon : comment les distinguer ?
B. Vers une définition du beau
C. Vers l'art abstrait

Conclusion
ACCÉDER à ce doc  

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

L'art, au XXème siècle, donne l'impression d'avoir pris un tournant et d'avoir renoncé à faire référence à la nature, à la prendre comme sources de canons, de modèles à suivre (par exemple, la peinture abstraite avec Kandisky). L'art moderne semble s'être affranchi de toute volonté d'imiter la nature. Faut-il voir dans ces formes absurdes, qui ne renvoient à rien d'existant dans la réalité, une décadence de l'art ? Mais l'art vise-t-il vraiment à imiter la nature ? L'art est-il destiné à reproduire le visible ?

I) La critique de la conception naturaliste de l'art.

A) Définition du naturalisme

On appelle "naturaliste" la doctrine qui fait de l'imitation de la nature la fin de l'art, nous en devons la première formulation à Aristote, dans sa Poétique : "l'art imite la nature". La valeur d'une oeuvre se jugerait à la perfection de l'imitation ()

Extraits

[...] Si l'art semble viser la beauté, alors il nous faut savoir ce qu'est la beauté. III) L'art et le beau. Beau, agréable et bon : comment les distinguer ? Il existe trois façons principales de rapporter nos représentations (c'est- à-dire ce qui est présent à l'esprit, que ce soit par la perception, le souvenir, la conceptualisation, l'imagination) au sentiment de plaisir et de peine. D'une chose agréable, nous dirons qu'elle nous fait plaisir, d'une chose belle, qu'elle nous plaît d'une chose bonne (une bonne action) qu'on a pour elle de l'estime. [...]


[...] Dans le fait de trouver qu'une chose nous plaît ? Aucun, la satisfaction se rapporte à la faveur. Or une faveur s'accorde ou se retire librement. La faveur est l'unique satisfaction libre. La jouissance esthétique occupe donc une situation intermédiaire entre le plaisir purement sensuel qu'on éprouve la jouissance d'un objet des sens et l'estime purement intellectuelle qu'on doit à la loi morale. Le beau apparaît donc comme un pont entre le sensuel et le rationnel, les appétits et le devoir moral. [...]


[...] Le plaisir est lié au corps, il ne peut être éprouvé que par des êtres possédant une nature sensible (animaux, hommes . L'estime ne peut être éprouvé que par des êtres ayant le sens du bien, qui relève uniquement de l'intelligible, c'est-à-dire possédant une nature raisonnable (hommes, anges). En revanche, le beau a cette particularité de n'être accessible qu'à des êtres possédant à la fois une nature sensible et une nature raisonnable (donc les seuls hommes). En effet l'œuvre est sensible et pourtant nous ne nous y rapportons pas de la même façon que dans le plaisir (nous n'éprouvons pas la même chose lorsque nous contemplons une nature morte représentant des plats appétissants et lorsque nous sommes face à un buffet sur lesquels sont disposés des mets que nous allons manger. [...]


[...] Or, en quoi la musique imite-t-elle la nature ? En rien. Qu'entend donc Aristote par nature alors ? La nature, ce n'est pas qu'un ensemble statique d'objets, ce sont aussi des processus d'engendrement, non pas de choses identiques, mais d'êtres nouveaux et différents. Il faut donc distinguer une nature naturée (l’ensemble des êtres et des lois de la nature) et une nature naturante (l’action créatrice, pouvoir germinatif). Ce que l'art imite, ce ne sont pas les objets de la nature (la nature naturée), mais les processus de la nature, sa capacité à engendrer des formes nouvelles (la nature naturante). [...]


[...] Ce qui présente une finalité sans fin. Il y a finalité car l’œuvre présente une harmonie, mais sans fin, car l’harmonie n’est mise au service d’aucune fin, ni sensible (le beau n’est pas l’agréable), ni morale (le beau n’est pas le bien). Cela signifie que dans l’œuvre d’art, la finalité est purement formelle. A la limite, moins l’œuvre représentera quelque chose, c’est-à-dire moins on y lira une fin, plus sa beauté sera pure. Dès lors la vérité de l’art ne serait-elle pas dans l’art abstrait ? [...]


[...] Ainsi, à l'occasion d'une promenade, nous verrons dans une lande désolée un paysage romantique parce que la peinture romantique (C.D.Friedrich) a représenté de tels paysages pour exprimer la mélancolie et les tourments de l'âme humaine. Dans une situation absurde, compliquée et sans issue, nous parlerons de situation kafkaïenne comparables à celles qu'a mis en scène Kafka dans ses romans (Le procès), et face à un personnage stupide, bouffon et cruel de personnage ubuesque du nom (père Ubu) qu'Alfred Jarry a donné à son héros. C'est donc l'art qui rend visible choses et êtres et c'est à travers lui que nous voyons le monde. La beauté de l'œuvre est indépendante de la beauté du modèle. [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
05/04/2011
Langue
français
Format
Word
Type
dissertation
Nombre de pages
4 pages
Niveau
grand public
Consulté
5 fois

Informations sur l'auteur Alexandre C. (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
droit des...
Note du document :
         
ACCÉDER à ce doc  
L'art et le beau

«Synthèse illustrée sur l'art et le beau....»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   26 pages   |   publié en 2008
L'oeuvre d'art et le beau

«Cours de Philosophie de niveau Lycée consacré à l'oeuvre d'art et au beau....»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   5 pages   |   publié en 2008
Stendhal, "L'art est un beau mensonge"

«Dissertation de Français sur une sitation de Stendhal. Stendhal écrit dans La théorie du beau idéal, "Toute oeuvre d'art est un beau mensonge." Cet écrivain sous-entendait donc que l'art, malgré sa b...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .pdf  |   4 pages   |   publié en 2008
La technique, l'art et le beau (fiche bac de philosophie)

«Fiche pour le bac de philosophie sur la technique, l'art et le beau pour les sections L, ES et S....»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   6 pages   |   publié en 2008
L'art et le beau

«Fiche de synthèse du cours de philosophie de terminale littéraire sur l'art et le beau. Qu'est-ce que l'art ? Qu'est-ce que la beau ? Le beau est-il universel ? Y a-t-il plusieurs beautés ?...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2007

Meilleures ventes en philosophie

Derniers docs en philosophie

Modes opératoires avec analyse des risques (travaux publics et bâtiment)
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Étude de cas  |   fr  |   .pdf  |   64 pages   |   publié en 2012
Rousseau : "Discours sur les sciences et les arts"
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .doc  |   13 pages   |   publié en 2007
La conception du monde dans le Tractatus de Wittgenstein
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   19 pages   |   publié en 2008
Y a-t-il trop de fonctionnaires en France ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   7 pages   |   publié en 2009
Fiche biographique de Jean Racine
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Biographie  |   fr  |   .pdf  |   2 pages   |   publié en 2010
Virgile : fiche biographique
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   2 pages   |   publié en 2014
Tite-Live : fiche biographique
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   1 page   |   publié en 2014