Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

"L'inquiétude qu'un homme ressent en lui même par l'absence d'une chose qui lui donnerait du plaisir si elle était présente, c'est ce qu'on nomme désir". Leibniz, Nouveaux essais sur l'entendement humain.

Le désir est par définition contradictoire, situé entre une source possible de satisfaction et une souffrance liée au manque car caractérisant les rapports de l'homme au monde. Doit-on appréhender le désir, craindre cette chose si abstraite qui nous procure tant de plaisir ? Cette question en entraîne une autre, désirer est-ce nécessairement souffrir ? Un enfant qui a peur du noir évitera à tout prix de se retrouver dans le noir, en allumant la lumière par exemple. De même si l'homme se met à avoir peur de ses désirs il y mettra fin.

S'il est préférable de ne plus écouter son désir par peur, le bonheur consisterait-il à ne plus rien désirer ou alors plus largement doit-on satisfaire tous ses désirs ? On pourrait penser que dès lors que l'on satisfait un désir, une plénitude apparaît. Mais en réalité, le désir n'est-il pas mélange de manque et d'insatisfaction ? Il n'y aurait donc aucun désir réalisable, aucune satisfaction possible ? Pourtant, quand je mange une sucrerie, ne suis-je pas satisfait ? Mais alors, le désir fait-il nécessairement souffrir ? Qu'en est-il en réalité

Extraits

[...] Il est donc nécessaire de maîtriser sa peur du désir. Socrate esquisse un idéal moral classique, que l'on retrouve dans l'histoire de la pensée occidentale. Le bonheur est bien le fruit d'une satisfaction des désirs mais pour y parvenir le sage sait qu'il doit poser plusieurs limites au désir et donc, craindre, appréhender les désirs nuisibles au bonheur. Chez les épicuriens, le bonheur est une plaisir stable sans ambition superficiel comme la vanité fondé sur les désirs naturels mais non nécessaires (bien manger . [...]


[...] Par contre, désirer l'autre, c'est renoncer à en faire l'objet de son propre besoin, c'est-à-dire renoncer à l'assimiler ou le consommer. Je dis bien renoncer au besoin et non nier le besoin. C'est aussi ce renoncement qui permettra l'émergence du désir. Ainsi, la mère qui est censée satisfaire tous les besoins du bébé, et plus particulièrement du nourrisson, est censée, elle, "objet primordial" apaiser toute tension ou douleur. Mais en la consommant, du moins son lait, l'enfant ne la fait pas disparaître. [...]


[...] On peut donc affirmer, qu'aux yeux de Schopenhauer, l'homme est esclave du désir et oscille entre la souffrance (quand le désir est encore insatisfait) et l'ennui (après la satisfaction). La souffrance est alors notre condition. La morale de Schopenhauer va alors être une morale du renoncement. Il faut d'abord renoncer à transmettre la vie car c'est transmettre la tromperie du bonheur, le seul sentiment moral acceptable étant la pitié qui reconnaît l'universalité de la souffrance. La seule délivrance est la négation du vouloir-vivre, non pas dans le suicide, mais dans l'acte de non-volonté (cette thèse n'est pas éloignée du bouddhisme). [...]


[...] Ainsi la question de la peur de nos sentiments se pose, et de nos désirs au sens large. Lucrèce (98-55 av. dans Les nœuds puissants de Vénus tiennent bien leur proie ; il nous montre que l’amour ne repose que sur une illusion, et que le désir amoureux est impossible à satisfaire, qu’il entraîne une insatisfaction totale ; la femme est considérée comme "destructrice" de l’homme en profitant de l’amour qu’il a pour elle. Mais on peut nuancer cette vision ; dans Le banquet de Platon (427-347 av. [...]


[...] C'est la philosophie du Bouddhisme, il faut tout faire pour ne plus souffrir. Le but de la vie devient alors une ascèse et une éthique de vie exigeante qui vise à supprimer la cause fondamentale de toute souffrance : le désir Le sage préfère ainsi une sorte de compromis du désir pour atteindre l'ataraxie, pour eux le réel bonheur. Mais dans notre société moderne l'on est pas obliger d'avoir une pensée aussi "manichéenne" du désir. Les désirs autres que "primaire" ne sont pas aussi nocifs mais plutôt essentiel au réel l'épanouissement de notre vie, pour connaître le bonheur sans peur de la souffrance. [...]


[...] Faut-t-il essayer de maîtriser son désir pour ne plus le craindre ? L'homme deviendrait une sorte de dresseur domptant une bête incontrôlable, le désir. Mais enfermer cette bête pour ne plus en avoir peur, pour ne plus qu'elle nous fasse souffrir aurait pour conséquence de nous ôter notre essence même, désirer. Alors la solution serait de différencier le désir en adoptant une certaine tempérance, c'est à dire une satisfaction mesurée des désirs. Pour approfondir cette idée il faut tout d’abord poser les questions ; "Qu’est-ce que Désirer "Qu’est-ce que souffrir ? [...]


[...] Dissertation de philosophie Faut il avoir peur de ses désirs ? "L'inquiétude qu'un homme ressent en lui même par l'absence d'une chose qui lui donnerait du plaisir si elle était présente, c'est ce qu'on nomme désir." Leibniz, Nouveaux essais sur l'entendement humain. Le désir est par définition contradictoire, situé entre une source possible de satisfaction et une souffrance liée au manque car caractérisant les rapports de l'homme au monde. Doit-on appréhender le désir, craindre cette chose si abstraite qui nous procure tant de plaisir? [...]


[...] Ainsi l’insatisfaction dans le désir amoureux n’est que la continuité de tous les autres désirs. Quoique l’on désire, même en amour, le manque, l’insatisfaction et la souffrance sont partout présents. Mais l'on pourrait quelque peut nuancer cette idée en écartant nos désirs les plus nocifs comme les obsessions qui ne peuvent nous amener que de la douleur. C'est alors qu'une autre question apparaît, nos désirs sont t'ils vraiment si indépendant de notre volonté car il n'y a qu'une route vers le bonheur : c'est de renoncer aux choses qui ne dépendent pas de notre volonté. [...]


[...] Puis " Le désir est-il un manque perpétuel ? Où nous verrons le Desiderium, et le désir du désir. Et enfin "Qu’en est-il du désir amoureux ? Où nous traiterons le mythe d’Eros, de l’amour non réciproque, et du désir du corps de l’autre pour se demander s'il on doit se libérer du désir pour ne plus souffrir ou libérer le désir ? Dans une première partie nous verrons que la peur du désir est totalement justifiée, pour ensuite s'interroger sur ce nous amènerait à faire taire cette peur en muselant le désir pour éviter un manque perpétuel, conséquence d'une souffrance ancrée dans nos désirs obsessionnels dangereux. [...]


[...] Certaines personnes après avoir perdu leur être aimé, tant désiré, perdent toutes notions du plaisir en se refermant sur le passé, sur le bonheur finit tournant le dos au désir. Ce repli sur soit met en évidence que ces personnes craigne de désirer pour ne plus jamais souffrir. Le désir serait la cause même du contraire du bonheur, d'ou une certaine réticence voir une grande peur. Cette réflexion pose cette interrogation. Faut-il alors renoncer à tous ses désirs ? C'est cette solution que préconise Schopenhauer. [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
06/03/2006
Langue
français
Format
Word
Type
dissertation
Nombre de pages
8 pages
Niveau
grand public
Consulté
121 fois

Informations sur l'auteur Laurent . (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
droit des...
Ecole, université
LYON - La...
Note du document :
         
Commentaires
Anonyme
03/24/08 - 11:14:52
Anonyme
02/23/07 - 14:12:10
Laissez le votre
ACCÉDER à ce doc  
La peur de vivre

«Il est assez habituel de croire que la difficulté existentielle découlerait d'une espèce de répression sociale qui interdirait la réalisation du désir et donc l'émergence du sujet. Les humains seraient...»

Économie et Social   |  Psychologie  |   Dissertation  |   fr  |   .pdf  |   28 pages   |   publié en 2009
Dissertation et étude de dossier : les meilleures techniques

«Le langage, c'est la forme la plus évoluée d'expression connue à ce jour. C'est par elle que l'homme, seul être vivant qui en est doté, traduit ses émotions, ses idées, ses opinions, ses pensées ...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   76 pages   |   publié en 2009
Les principales citations philosophiques

«Ce document classe par thème les principales citations philosophiques. Le bonheur, le désir, l'imaginaire, la Justice, le temps... sont traités....»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   100 pages   |   publié en 2007
La morale, le devoir et la liberté

«L'amour de la sagesse (philo-sophia) n'est pas seulement la quête du savoir mais aussi la recherche d'un art de vivre : vivre humainement, ce n'est pas seulement vivre selon ses instincts comme des animaux, c'est aussi gérer son existenc...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   7 pages   |   publié en 2009
Labosse Lionel, Karim & Julien

«Résumé de l'Ebook:...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Ebooks  |   fr  |   .pdf  |   202 pages   |   publié en 2007

Meilleures ventes en philosophie

Derniers docs en philosophie

Méthodologie de l'étude de dossier du concours d'HEC/ESCP
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .pdf  |   13 pages   |   publié en 2009
Modes opératoires avec analyse des risques (travaux publics et bâtiment)
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Étude de cas  |   fr  |   .pdf  |   64 pages   |   publié en 2012
Y a-t-il une nature humaine ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   11 pages   |   publié en 2006
Rousseau : "Discours sur les sciences et les arts"
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   13 pages   |   publié en 2007
Projet pédagogique : séjour pour enfants dans un camp d'animation à la montagne
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   9 pages   |   publié en 2009
Virgile : fiche biographique
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   2 pages   |   publié en 2014
Tite-Live : fiche biographique
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   1 page   |   publié en 2014