Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Le sommaire
  ACCÉDER à ce doc

Introduction

I) Les bornes de la jeunesse et de la vieillesse sont à la fois mouvantes et arbitraires, et semblent, en partie tout du moins, définies par le regard que jettent sur ces populations les pouvoirs publics

A. La vieillesse et la jeunesse sont des constructions sociales dont les frontières évoluent, et ces notions recouvrent désormais des situations très diverses, justifiant probablement un découpage plus fin des âges de la vie
1. Phénomènes historiques et culturels, les frontières entre les âges sont très variables
2. La transition entre l'enfance et la vie adulte est désormais progressive, et il faut distinguer l'adolescence de la jeunesse proprement dite
3. La vieillesse recouvre des situations très différentes, selon que l'on évoque le troisième ou le quatrième âge

B. Tant et si bien que les définitions de ces âges apparaissent en définitive assez arbitraires, dans la mesure notamment où ces seuils tiennent au traitement réservé à ces populations par les pouvoirs publics
1. La jeunesse et la vieillesse sont, d'une certaine manière, « des données biologiques socialement manipulées », et les pouvoirs publics ne sont pas étrangers à cette catégorisation de la population
2. Les pouvoirs publics cherchent à la fois à prévenir la délinquance des mineurs et à venir en aide aux jeunes en difficulté
3. La politique de la vieillesse renvoie cet âge à sa dépendance et à sa faiblesse

II) En dépit des significations différentes auxquelles elles renvoient, et bien que placées dans des conditions économiques et sociales inégales, ces classes d'âge ne sont pas réellement en conflit

A. Dans une société effrayée par la mort, le culte de la jeunesse contraste avec l'image essentiellement négative de la vieillesse
1. La vieillesse se définit en partie par la proximité de la mort, laquelle semble être devenue le nouveau tabou de nos sociétés modernes
2. La vieillesse souffre d'une image négative, notamment dans la mesure où les vertus qui lui sont attachées sont, dans nos sociétés modernes, faiblement valorisées
3. La modernité place au contraire la jeunesse au pinacle

B. Les conditions d'un conflit de générations semblent, au premier abord, réunies
1. Les générations sont placées dans des situations économiques et sociales très inégales
2. Les générations ne partagent pas en outre les mêmes aspirations et les mêmes systèmes de valeurs

C. Les mécanismes de solidarité entre classes d'âge compensent en partie l'inégale répartition des richesses, tandis que les frustrations de la vieillesse semblent sublimées par un phénomène d'accomplissement par procuration
1. La solidarité entre les générations compense en partie les inégalités socioéconomiques et le relatif dénuement de la jeunesse
2. Le phénomène des générations permet de sublimer les frustrations de la vieillesse

Conclusion
ACCÉDER à ce doc  

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

« La jeunesse est une chose charmante ; elle part au commencement de la vie couronnée de fleurs comme la flotte athénienne pour aller conquérir la Sicile et les délicieuses campagnes d'Enna. La prière est dite à haute voix par le prêtre de Neptune : les libations sont faites avec des coupes d'or ; la foule, bordant la mer, unit ses invocations à celles du pilote : le péan est chanté, tandis que la voile se déploie aux rayons et au souffle de l'aurore. Alcibiade, vêtu de pourpre et beau comme l'Amour, se fait remarquer sur les trirèmes, fier des sept chars qu'il a lancés dans la carrière d'Olympie. » Cet extrait des Mémoires d'outre-tombe de Chateaubriand reflète bien le culte dont la jeunesse bénéficie dans le mouvement romantique. Séduction et force physiques, audace, dynamisme, Alcibiade en incarne toutes les vertus cardinales.

Extraits

[...] Le processus de sénescence ne frappe ni au même moment, ni avec les mêmes conséquences selon les conditions socio- économiques des individus. La société, en désignant un individu comme vieux, le rejette d'une certaine manière, du monde du travail en particulier, au profit des salariés plus jeunes. La jeunesse est, dans une large mesure, une construction des politiques publiques, c'est-à-dire le produit d'un découpage administratif, d'une segmentation réglementaire de la population. Ainsi, en décidant de ne faire bénéficier du revenu minimum d'insertion que les individus âgés de plus de vingt-cinq ans, ou bien de priver du bénéfice des allocations familiales les familles dont les enfants ont atteint l'âge de vingt ans, l'État contribue à la délimitation des âges de la vie. [...]


[...] Ce qui pour la génération 1 était une conquête de toute la vie, est donné dès la naissance, immédiatement, à la génération 2. Le décalage est particulièrement fort dans le cas des classes en déclin qui n'ont même plus ce qu'elles avaient à vingt ans et cela à une époque où tous les privilèges de leurs vingt ans (par exemple, le ski ou les bains de mer) sont devenus communs. D'une certaine façon, les aînés accepteraient donc mal que leurs cadets puissent obtenir facilement ce dont ils étaient presque privés pendant leur propre jeunesse. [...]


[...] On ne meurt plus chez soi mais à l'hôpital et souvent seul. Les rites post-mortem sont largement atténués, les condoléances sont limitées, le deuil écourté. Le développement de l'incinération traduit brutalement la volonté de faire disparaître les morts. La mort est désormais de plus en plus considérée comme une transgression qui arrache l'homme à sa vie quotidienne, à sa société raisonnable, à son travail monotone, pour le soumettre à un paroxysme et le jeter alors dans un monde irrationnel, violent et cruel. [...]


[...] Et effectivement, c'est son portrait qui vieillit à sa place, jusqu'à ce que Dorian Gray ne le poignarde dans les dernières pages du récit, mettant fin à l'enchantement : Gisant sur le plancher, était un homme mort, en habit de soirée, un poignard au cœur ! . Son visage était flétri, ridé, repoussant ! . Ce ne fut qu'à ses bagues qu'ils purent reconnaître qui il était . Le David et Goliath du Caravage symbolise le triomphe de l'adolescent intrépide sur l'adulte, et ce bras tendu représente le geste de défi d'une jeunesse insolente. Le romantisme attribue à cette dernière dès vertus d'imagination et de dynamisme. [...]


[...] La jeunesse ne serait en définitive qu'une agitation vaine et stérile, embesognement pour l’embesognement comme le note Montaigne, excitation sans relâche qui empêcherait l'homme de savourer l'instant présent sans se soucier de l'avenir. Or ces vertus traditionnellement attachées à la vieillesse souffrent d'une relative désaffection. Depuis la Renaissance, la modernité repose en effet sur une foi dans le progrès qui aboutit à ébranler l'autorité de la tradition, et partant de ceux qui en sont les dépositaires, les anciens. Ceux-ci semblent parfois évalués à l'aune de leur capacité à rester jeunes, et non plus appréciés pour l'expérience qu’ils ont accumulée. [...]


[...] Les classifications par âge reviennent toujours à imposer des limites et à produire un ordre auquel chacun doit se tenir, dans lequel chacun doit se tenir à sa place. L'âge est une donnée biologique socialement manipulée et manipulable ; et le fait de parler des jeunes comme d'une unité sociale, d'un groupe constitué, doté d'intérêts communs, et de rapporter ces intérêts à un âge défini biologiquement, constitue déjà une manipulation évidente. Autrement dit, c'est par un abus de langage formidable que l'on peut subsumer sous le même concept des univers sociaux qui n'ont pratiquement rien de commun. [...]


[...] Au même moment, Péguy dans Notre jeunesse découvre une autre génération, antérieure, dreyfusarde celle-là : Nous sommes la dernière génération de la mystique républicaine. L'incomplétude et la frustration des adultes expliquent probablement ce mécanisme de transfert, de réalisation par procuration, d'érection de la jeunesse en dépositaire des espérances perdues. Barrès, toujours lui, croit encore une fois se reconnaître dans le François Mauriac qui publie, en 1910, son premier recueil de poésies Les Mains jointes, et lui écrit une lettre dans laquelle perce peut-être la nostalgie de sa propre enfance et des promesses et virtualités dont elle était porteuse : Je vous ai dit tout ce que je trouve de délicat et de charmant dans votre livre. [...]


[...] Dans une société effrayée par la mort, le culte de la jeunesse contraste avec l'image essentiellement négative de la vieillesse La vieillesse se définit en partie par la proximité de la mort, laquelle semble être devenue le nouveau tabou de nos sociétés modernes. La mort est un fait biologique, mais son appréhension constitue un phénomène historique et culturel, dont Philippe Ariès clans son Essai sur l'histoire de la mort en Occident, du Moyen Âge à nos jours a retracé les grandes évolutions, en distinguant plusieurs étapes. Philippe Ariès qualifie de mort apprivoisée la mort au Moyen-Âge, consciente, acceptée paisiblement, sans drame excessif. [...]


[...] Les générations, concept utilisé par les démographes, n'ont pas à proprement parler d'existence historique. Elles apparaissent, au contraire, très largement comme des créations de la mémoire, formulées le plus souvent a posteriori par les individus dans la force de l'âge ou vieillissants, et nostalgiques de leur jeunesse révolue. Paradoxalement en effet, les générations prennent rarement conscience d'elles-mêmes. Ce sont plus souvent les représentants d'autres classes d'âge qui les identifient comme telles, dans une sorte de retour de soi, avant d'être intériorisés par ceux qui sont ainsi identifiés comme membres d'une génération. [...]


[...] En dépit des significations différentes auxquelles elles renvoient, et bien que placées dans des conditions économiques et sociales inégales, ces classes d'âge ne sont pas réellement en conflit. A. Dans une société effrayée par la mort, le culte de la jeunesse contraste avec l'il nage essentiellement négative de la vieillesse La vieillesse se définit en partie par la proximité de la mort, laquelle semble être devenue le nouveau tabou de nos sociétés modernes La vieillesse souffre d'une image négative, notamment dans la mesure où les vertus qui lui sont attachées sont, dans nos sociétés modernes, faiblement valorisées La modernité place au contraire la jeunesse au pinacle. [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
12/04/2011
Langue
français
Format
Word
Type
dissertation
Nombre de pages
20 pages
Niveau
grand public
Consulté
1 fois

Informations sur l'auteur Stéphane C. (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
sciences...
Ecole, université
Sciences Po
Note du document :
         
ACCÉDER à ce doc  
La jeunesse doit-elle renoncer à la révolution ?

«Dissertation de Philosophie ayant pour sujet : "La jeunesse doit-elle renoncer à la révolution ?"....»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   6 pages   |   publié en 2008
Didier Bienvenue, La France du milieu

«Résumé de l'Ebook:...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Ebooks  |   fr  |   .pdf  |   184 pages   |   publié en 2007
Histoire de la France depuis 1940

«L'ENTREE EN GUERRE ET LA DROLE DE GUERRECette guerre commence le 1er septembre 1939, lorsque l'armée allemande envahit la Pologne. La Wehrmacht a passé la première moitié des années trente à envah...»

Sciences et technologies   |  Informatique  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   74 pages   |   publié en 2010
Francois Villon, "Le Lais", "Le Testament" et "Les Poésies Diverses"

«Dissertation de Littérature portant sur Le Lais, Le Testament et Les Poésies Diverses de François Villon. Elle a pour problématique : "Comment l'écriture de Villon peut donner naissance &a...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   5 pages   |   publié en 2008
Les réformes de moeurs et de société sous Valery Giscard d'Estaing

«L'élection présidentielle de 1974 représente un tournant dans l'histoire de la Ve République. Au premier tour, le 5 mai, François Mitterrand, candidat unique de la gauche, arrive nettement en tête (43,4 %); ...»

Histoire et géographie   |  Histoire contemporaine  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   6 pages   |   publié en 2006

Meilleures ventes en philosophie

Derniers docs en philosophie

Modes opératoires avec analyse des risques (travaux publics et bâtiment)
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Étude de cas  |   fr  |   .pdf  |   64 pages   |   publié en 2012
Rousseau : "Discours sur les sciences et les arts"
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .doc  |   13 pages   |   publié en 2007
La conception du monde dans le Tractatus de Wittgenstein
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   19 pages   |   publié en 2008
Y a-t-il trop de fonctionnaires en France ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   7 pages   |   publié en 2009
Fiche biographique de Jean Racine
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Biographie  |   fr  |   .pdf  |   2 pages   |   publié en 2010
Virgile : fiche biographique
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   2 pages   |   publié en 2014
Tite-Live : fiche biographique
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   1 page   |   publié en 2014