Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Le sommaire
  ACCÉDER à ce doc

Introduction

I) La révolution individualiste constitue l'oeuvre de ce que Karl Popper, dans La Société ouverte et ses ennemis, appelle la « grande génération », dont les plus éminents représentants sont Protagoras et Socrate. Mais ce nouvel homme-mesure constitue un danger permanent pour l'ordre social

II) Mais l'homme n'est pas seulement un être moral, il est aussi un animal social qui a pour devoir l'obéissance, comme Socrate le démontre magistralement dans le Criton. Cette Charte des devoirs du citoyen, beaucoup copiée, n'a toujours pas été dépassée

III) S'il est possible de limiter les contradictions entre la soif de liberté et l'exigence d'ordre, celles-ci ne sauraient disparaître : il faut donc tâcher de « tenir les deux bouts », selon une formule chère à Bossuet

Conclusion
Bibliographie
ACCÉDER à ce doc  

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

En 399, le tribunal populaire athénien condamne Socrate à mort : il aurait bafoué les dieux de la cité et perverti la jeunesse. Dans l'admirable prosopopée des lois du Criton, le philosophe explique pourquoi il choisit d'obéir à ce verdict qu'il juge injuste : il veut mourir comme il a vécu - en citoyen exemplaire. Tout citoyen aurait en effet pour premier devoir d'obéir aux lois et aux ordres des autorités publiques. Mais, si le Criton peut être considéré comme une Déclaration des devoirs du Citoyen, l'Apologie de Socrate, elle, constitue une indépassable Charte des droits de l'Homme. À chacun de ses disciples, à ses juges même, le taon d'Athènes enseigne d'écouter sa voix intérieure et de toujours lui obéir. Or, entre les convictions individuelles et les obligations légales, les contradictions sont inévitables (...)

Extraits

[...] La profonde originalité du Criton consiste dans l'idée d'un contrat tacite entre la cité 7 Dissertation de Culture générale : La désobéissance et les citoyens. Socrate loue les lois athéniennes qui, après avoir nourri et instruit leurs enfants, leur reconnaissent la liberté de partir, pour s'établir dans une ville étrangère. Mais tout citoyen qui reste à Athènes renouvelle tacitement et continuellement le serment qu'il a fait à sa majorité, d'obéir aux magistrats et aux lois. C'est ce que Jacqueline de Romilly appelle le coup de génie du Criton : Les sophistes disaient : la loi n'est qu'une convention ; Socrate répond : la loi est convention, contrat ; et c'est précisément en quoi elle nous oblige Comme le note Merleau-Ponty dans son Éloge de la philosophie, Quand [Socrate] justifie la Cité, c'est pour des raisons siennes et non par les raisons d'Etat C'est au nom de la raison individuelle qu'il juge injuste sa condamnation pour impiété et toujours au nom de cette raison qu'il juge juste d'obéir à un jugement injuste. [...]


[...] Le seuil à partir duquel la conscience morale exige la désobéissance civile est impossible à définir précisément, puisqu'il renvoie à la complexité infinie des situations concrètes et des appréciations personnelles. Cette incertitude, cette inquiétude, ce désordre est le prix à payer pour que les hommes deviennent des individus. Indications bibliographiques Première approche : Philippe-Jean Quillien, Dictionnaire politique de René Descartes, Presses universitaires de Lille p. 15-48. Ouvrage de référence : Le Droit de résistance. Xlle-XXe siècle (textes réunis par Jean-Claude Zancarini), E.N.S. Éditions, coll. Theoria Point de vue : Henri-David Thoreau, Désobéir (textes réunis et présentés par Michel Granger), U.G.E., coll. [...]


[...] De fait, l'autonomie morale des individus constitue une menace permanente pour l'ordre social. Entre les convictions individuelles et les obligations légales, les contradictions sont inévitables. Quels que soient les fondements invoqués (religion, nature, histoire, etc.), la définition du juste et de l'injuste renvoie aux appréciations que chacun fait en son âme et conscience. Sans doute tout homme prend une conscience subjective des valeurs fondamentales dans le cadre de la culture à laquelle il appartient, au moment historique où il se trouve. [...]


[...] Dans l'admirable prosopopée des lois du Criton, le philosophe explique pourquoi il choisit d'obéir à ce verdict qu'il juge injuste : il veut mourir comme il a vécu en citoyen exemplaire. Tout citoyen aurait en effet pour premier devoir d'obéir aux lois et aux ordres des autorités publiques. Mais, si le Criton peut être COD sidéré comme une Déclaration des devoirs du Citoyen, l'Apologie de Socrate, elle, constitue une indépassable Charte des droits de l'Homme. À chacun de ses disciples, à ses juges même, le taon d'Athènes enseigne d'écouter sa voix intérieure et de toujours lui obéir. Or, entre les convictions individuelles et les obligations légales, les contradictions sont inévitables. [...]


[...] Il a en horreur les illuminés de tous poils qui, au nom de Dieu, de la Vertu ou du Peuple, commettent les plus grands crimes qui puissent être 11 Dissertation de Culture générale : La désobéissance commis par des hommes. Mais il admet des formes de résistance passive. Lorsque la sûreté, et a fortiori la vie, d'une personne privée est menacée par les autorités publiques, il lui permet le recours à la ruse, à la feinte, à la fuite. Un individu libre d'esprit est toujours autorisé à tirer son épingle du jeu politique, s'il devient synonyme d'oppression, d'intolérance, de mort. [...]


[...] En effet, depuis la révolution morale de Protagoras et de Socrate, la désobéissance constitue une tentation permanente des hommes d'Occident. Mais parce qu'ils demeurent des animaux sociaux, l'obéissance constitue une nécessité vitale. L'individu occidental paraît donc condamné à une difficile et incertaine navigation entre ces deux écueils contradictoires. I. La révolution individualiste constitue l'œuvre de ce que Karl Popper, dans La Société ouverte et ses ennemis, appelle la grande génération dont les plus éminents représentants sont Protagoras et Socrate. Mais ce nouvel homme-mesure constitue un danger permanent pour l'ordre social. [...]


[...] Dissertation de Culture générale : La désobéissance La désobéissance Introduction I. La révolution individualiste constitue l'œuvre de ce que Karl Popper, dans La Société ouverte et ses ennemis, appelle la grande génération dont les plus éminents représentants sont Protagoras et Socrate. Mais ce nouvel homme-mesure constitue un danger permanent pour l'ordre social. A. B. II. Mais l'homme n'est pas seulement un être moral, il est aussi un animal social qui a pour devoir l'obéissance, comme Socrate le démontre magistralement dans le Criton. [...]


[...] Résistance et obéissance, voilà les deux vertus du citoyen. Par l'obéissance il assure l'ordre ; par' la résistance il assure la liberté. [ . ] La liberté ne va pas sans l'ordre ; l'ordre ne vaut rien sans la liberté. Obéir en résistant, c'est tout le secret Ces oppositions recoupent la distinction du corps et de l'esprit. Le corps obéit aux lois, aux rois, à l'agent de police. L'esprit juge, doute, critique, il refuse d'approuver, d'adorer, de respecter les pouvoirs. [...]


[...] Comme Protagoras, Socrate fait de l'homme la mesure de toutes choses morales. C'est peut-être à la suite d'un voyage à Delphes, qu'il a la révélation du sens nouveau que l'on peut donner à la sentence inscrite sur le temple : Connais-toi toimême Socrate dépasse sa signification réelle, qui est de rappeler à l'homme qu'il n'est qu'un homme et ne doit pas empiéter sur le domaine du divin. Il comprend qu'il n'est de connaissance pour l'homme que celle de son intériorité, qu'il doit se prendre pour source et arbitre de toute valeur morale. [...]


[...] Ces contradictions justifient-elles la désobéissance civile ? Socrate lui-même n'ignore pas qu'entre les exigences de la conscience morale et celles de la soumission politique, les conflits sont inévitables. En 404 ou 403, il refuse de participer a l'exécution d'un certain Léon de Salamine, comme le lui ordonnent les Trente Tyrans : je ne veux faire quoi que ce soit d'injuste ou d'impie, et de cela je me soucie avant tout Lors de son procès, il répète qu'il est une mesure à laquelle il ne saurait obéir, aussi légale fut-elle, celle qui lui interdirait d'exercer sa vocation de philosophe. [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
25/02/2011
Langue
français
Format
pdf
Type
dissertation
Nombre de pages
11 pages
Niveau
grand public

Informations sur l'auteur Stéphane C. (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
sciences...
Ecole, université
Sciences Po
Note du document :
         
ACCÉDER à ce doc  
La loi injuste (plan détaillé de dissertation)

«Plan détaillé de dissertation (les idées dans chaque partie sont rédigées). Les idées sont agrémentées d'exemples concrets et pertinents. Des transitions sont présentes entre chaque partie....»

Droit   |  Droit autres branches  |   Cours  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2007
L'ordre s'oppose-t-il à la liberté ?

«« L'homme est né libre, et partout il est dans les fers », écrit Rousseau. Le manteau de la liberté cachant bon nombre de petites chaînes, l'ordre est de fait considéré comme l'une des multiples ...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .pdf  |   7 pages   |   publié en 2010
Dissertation sur la désobéissance

«En 399, le tribunal populaire athénien condamne Socrate à mort : il aurait bafoué les dieux de la cité et perverti la jeunesse. Dans l'admirable prosopopée des lois du Criton, le philosophe explique pourquoi il choi...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .pdf  |   11 pages   |   publié en 2011
La désobéissance du fonctionnaire

«Dissertation de droit sur la désobéissance du fonctionnaire, à la croisée du droit et du devoir. Le droit de désobéir est l'expression d'une mutation profonde du rôle du fonctionnaire dans l'administrat...»

Droit   |  Droit administratif  |   Cours  |   fr  |   .doc  |   4 pages   |   publié en 2007
Est-il juste de désobéir ?

«Dissertation sur l'acte de l'obéissance....»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   4 pages   |   publié en 2007

Meilleures ventes en philosophie

Derniers docs en philosophie

Modes opératoires avec analyse des risques (travaux publics et bâtiment)
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Étude de cas  |   fr  |   .pdf  |   64 pages   |   publié en 2012
L'inconscient est-il un destin ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   4 pages   |   publié en 2007
Rousseau : "Discours sur les sciences et les arts"
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .doc  |   13 pages   |   publié en 2007
Résumé des cours de philosophie de Terminale
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Cours  |   fr  |   .doc  |   40 pages   |   publié en 2007
Peut-on connaître autrui ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2008
Virgile : fiche biographique
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   2 pages   |   publié en 2014
Tite-Live : fiche biographique
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   1 page   |   publié en 2014