Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Le sommaire
  ACCÉDER à ce doc

Introduction

I) La société fait de la culture un luxe pour l'homme

A. En effet, la culture apparaît par essence comme un luxe tant elle pose un coût d'accès élevé aux hommes
B. Dès lors, l'usage social de la culture en fait un luxe qui dessert les besoins de l'homme

II) Le fait est que la culture n'en devient que davantage luxueuse par sa rareté et les efforts qu'elle coûte pour la réévaluer

A. En effet, l'idée d'une disparition programmée de la culture en fait une notion qu'il faut protéger face à des critiques qui en contestent l'existence
B. Mais les efforts engagés ne libèrent pas la culture du luxe

Conclusion
Bibliographie
ACCÉDER à ce doc  

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

La culture est traditionnellement présentée comme l'apanage de l'homme qui en est le seul détenteur : l'être humain est ainsi valorisé par ce rapport exclusif à la culture qui le distingue des autres espèces terrestres. La culture s'ajoute en effet à la nature et traduit la manière dont l'espèce humaine se libère de l'instinct et du déterminisme grâce à l'esprit pour acquérir un devenir singulier, une histoire. La culture devient à la fois des valeurs particulières qui peuvent s'opposer les unes aux autres dans leur diversité et une notion générale, synonyme de civilisation dans le langage des philosophes et des anthropologues modernes. Cette ambivalence a généré de nombreuses critiques qui dénoncent notamment le luxe inhérent à la notion. Jean-Jacques Rousseau par exemple dans la seconde partie de son Discours sur les sciences et les arts soulignait la particularité du lien qui existe entre le luxe et les expressions culturelles : « le luxe va rarement sans les sciences et les arts, jamais ils ne vont sans lui ».

Le luxe qui désigne le faste, l'artificiel, l'inutile, s'appliquerait alors bien à la culture, chère et même néfaste, car elle rendrait possible la négation de la diversité réelle des modes d'expression humains. Elle favoriserait en effet une hiérarchisation qui profite aux uns et discrimine les autres en permettant un élitisme et une partialité qui perpétuent les inégalités sociales, voire politiques. Ce paradoxe apparaît d'autant plus significatif que la culture est périodiquement évoquée comme un vecteur nécessaire de démocratisation pouvant permettre à tous les individus d'appartenir à armes égales à une société de fait concurrentielle.

La société fait de la culture un luxe pour l'homme. Elle n'en devient que davantage luxueuse par sa rareté et les efforts qu'elle coûte pour la réévaluer. (...)

Extraits

[...] Ernest Renan dans La Réforme intellectuelle et morale écrivait le rationalisme est loin de porter à la démocratie car la raison est la perception d’un petit nombre d’individus privilégiés Lorsque l’on sait que 9 Dissertation de Culture générale : La culture est-elle un luxe ? l’auteur n’est pas étranger à la création de l’École libre des Sciences politiques, qui deviendra l’I.E.P. de Paris et qui aspirait à former des cadres capables de comprendre le monde pour mieux agir, on comprend qu’elle évalue l’intelligence du monde dans lequel s’inscrit tout être humain et qui n’est à négliger en aucune circonstance. [...]


[...] L’appartenance à une culture devient à la fois un luxe pour ceux qui en disposent et qui en tirent un avantage, et pour ceux qui sont contraints de se rendre 3 Dissertation de Culture générale : La culture est-elle un luxe ? compte qu’ils n’y appartiennent pas et qui sont dès lors rejetés. Ainsi le sacré diffuse des valeurs qui sont autant de références communes pour les individus concernés et ont très longtemps perpétué des croyances collectives et des réunions rituelles, qui lient les individus entre eux (c’est l’étymologie même du terme religion par conviction ou de fait. [...]


[...] Il faut donc que la culture garantisse l’acquisition de bonnes valeurs. On peut penser à Condorcet, qui, dans son Premier Mémoire sur l’instruction publique (1791-1792), dit que l’instruction, fondée sur la culture, peut générer le progrès, en préparant les générations nouvelles par la culture de celles qui les précédent Mais ce programme n’est réalisable que si les défenseurs de la culture en atténuent les coûts économiques pour les individus dans des situations inégales. L’idée de l’école publique gratuite et obligatoire comme d’une politique publique de la culture s’inscrit dans cette perspective, en reposant sur l’idée que l’État démocratique s’efforce d’être le dernier rempart pour garantir des valeurs compatibles entre tous les membres de la communauté politique. [...]


[...] J’ai vu dans ma vie des Français, des Italiens, des Russes, etc. ; mais quant à l’homme je déclare ne l’avoir rencontré de ma vie ; s’il existe, c’est bien à mon insu. Le luxe ultime pour la culture en devient de pouvoir justifier son existence. Or, c’est oublier que la culture entend proposer une alternative à ce qui apparaît comme un véritable danger : Tout homme persécute s’il ne peut convertir. À quoi remédie la culture qui rend la diversité adorable soulignait Alain dans ses Propos. [...]


[...] Cette logique n’est pas sans rappeler celle formulée par un nihiliste russe Pisarev qui déclarait 5 Dissertation de Culture générale : La culture est-elle un luxe ? Une paire de bottes vaut Shakespeare Le malaise est donc profond, même si les réflexions sur le danger de telles attitudes ne manquent pas. II. Le fait est que la culture n’en devient que davantage luxueuse par sa rareté et les efforts qu’elle coûte pour la réévaluer. A. En effet, l’idée d’une disparition programmée de la culture en fait une notion qu’il faut protéger face à des critiques qui en contestent l’existence. [...]


[...] Dès lors, l’usage social de la culture en fait un luxe qui dessert les besoins de l’homme. Molière exploitait pour s’en moquer dans ses comédies l’usage ridicule visible dans l’usage mondain de la culture et a exploité tous les aspects d’une culture qui apparaît comme un luxe de manière outrée : L’École des femmes aborde la question de l’éducation nécessaire dont celles-ci sont souvent privées ; mais Les Femmes savantes dénonce une science excessive qui prive les femmes d’un équilibre dans leur vie par une regard excessif sur la culture, tandis que Les précieuses ridicules sont représentées de manière grotesque par leur langage et leurs manières. [...]


[...] Le film botswanais de Jamy Uys, Les dieux sont tombés sur la tête a lui exploité avec beaucoup d’ironie le symbole de la découverte d’une bouteille de Coca-Cola, tombée d’un avion, qui perturbe profondément une communauté culturellement homogène jusqu’à ce qu’ils se débarrassent de ce signe qui ne signifie rien et qui est à d’autres : on sait que les conséquences à terme seront elle considérable lorsque la confrontation avec la culture industrielle lui sera imposée de manière moins fortuite. La possession ou non de la culture de référence inscrit de fait chaque individu dans une relation particulière avec les autres individus et la communauté tout entière. [...]


[...] Montaigne en était déjà conscient quand il affirmait dans ses Essais nous sommes tous des anthropophages Il est en effet difficile de juger les coutumes et les autres cultures, ce qui débouche souvent sur des conflits : chacun appelle barbarie ce qui n’est pas de son usage B. Mais les efforts engagés ne libèrent pas la culture du luxe. Kant a magistralement résumé le programme que la culture doit réaliser pour légitimer son rôle dans un court article de 1784, Qu’est-ce que les Lumières ? : Les Lumières, c’est la sortie de l’homme de sa minorité dont il est lui-même responsable La sortie de l’ignorance, l’usage de sa raison qui en fait un être de 7 Dissertation de Culture générale : La culture est-elle un luxe ? [...]


[...] Ce paradoxe apparaît d’autant plus significatif que la culture est périodiquement évoquée comme un vecteur nécessaire de démocratisation pouvant permettre à tous les individus d’appartenir à armes égales à une société de fait concurrentielle. La société fait de la culture un luxe pour l’homme. Elle n’en devient que davantage luxueuse par sa rareté et les efforts qu’elle coûte pour la réévaluer Dissertation de Culture générale : La culture est-elle un luxe ? I. La société fait de la culture un luxe pour l’homme. A. En effet, la culture apparaît par essence comme un luxe tant elle pose un coût d’accès élevé aux hommes. [...]


[...] Conclusion 1 Dissertation de Culture générale : La culture est-elle un luxe ? Introduction La culture est traditionnellement présentée comme l'apanage de l'homme qui en est le seul détenteur : l'être humain est ainsi valorisé par ce rapport exclusif à la culture qui le distingue des autres espèces terrestres. La culture s'ajoute en effet à la nature et traduit la manière dont l'espèce humaine se libère de l'instinct et du déterminisme grâce à l'esprit pour acquérir un devenir singulier, une histoire. [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
02/02/2011
Langue
français
Format
pdf
Type
dissertation
Nombre de pages
8 pages
Niveau
grand public
Consulté
8 fois

Informations sur l'auteur Stéphane C. (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
sciences...
Ecole, université
Sciences Po
Note du document :
         
ACCÉDER à ce doc  
Primitive Culture in Modernist Art

«The discovery of ?primitive' culture by artists is usually said to have occurred in the years 1906-1907. But the word ?primitivism' was already used then as an art-historical term meaning ?the imitation of the Primitives', that is, the imitation o...»

Commerce   |  Stratégie  |   Dissertation  |   en  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2005
La culture est-elle un luxe ?

«La culture est traditionnellement présentée comme l'apanage de l'homme qui en est le seul détenteur : l'être humain est ainsi valorisé par ce rapport exclusif à la culture qui le distingue des autres esp&egrav...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .pdf  |   8 pages   |   publié en 2011
L'univers du luxe : les enjeux de la modernité

«Exposé énonçant les caractéristiques qui permettent de reconnaître une marque de luxe. Pour cela, il analyse l'univers du luxe, les stratégies marketing et les techniques de communication qui dépeignent...»

Commerce   |  Marketing produit  |   Étude de marché  |   fr  |   .doc  |   48 pages   |   publié en 2008
Le marketing international du luxe et de la cosmétique

«Le paradoxe de la demandeAvant le luxe était la consommation ordinaire de gens exceptionnels.Aujourd'hui c'est la consommation exceptionnelle de gens ordinaires.La fidélité n'est donc pas obligatoire, comme par le passé, c...»

Commerce   |  Marketing international  |   Cours  |   fr  |   .pptx  |   74 pages   |   publié en 2010
Art et politique

«L'analyse de la poétique d'Aristote ne dégage pas un domaine spécifique qui serait celui de l'artiste. Celui-ci est considéré dans la conception classique de l'art comme un artisan parmi d'autres, c'est-à-dir...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   22 pages   |   publié en 2011

Meilleures ventes en philosophie

Derniers docs en philosophie

Modes opératoires avec analyse des risques (travaux publics et bâtiment)
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Étude de cas  |   fr  |   .pdf  |   64 pages   |   publié en 2012
Rousseau : "Discours sur les sciences et les arts"
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .doc  |   13 pages   |   publié en 2007
Résumé des cours de philosophie de Terminale
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Cours  |   fr  |   .doc  |   40 pages   |   publié en 2007
Peut-on connaître autrui ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2008
La conception du monde dans le Tractatus de Wittgenstein
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   19 pages   |   publié en 2008
Virgile : fiche biographique
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   2 pages   |   publié en 2014
Tite-Live : fiche biographique
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   1 page   |   publié en 2014