Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

Pourquoi faut-il souhaiter une séparation radicale de la foi et de la philosophie ? Pour Schopenhauer, celles-ci appartiennent, et doivent donc appartenir, à deux domaines tout à fait distincts et complètement indépendants, l'une ne devant même pas se soucier de l'autre, et cela pour leur bien respectif. Dans les deux premières lignes, il commence par affirmer l'absence de toute parenté entre les deux disciplines ; puis il montre que la séparation qui s'impose ne présente aucun inconvénient pour la foi pourvu qu'elle ne cherche pas à s'immiscer dans un domaine qui n'est pas le sien et sur lequel elle n'a en conséquence aucun droit ()

Extraits

[...] Certes, elles doivent donc, pour leur bien respectif, ne jamais être confondues. Mais le souhait que l’une suive son chemin, sans même faire attention à l’autre peut poser problème, parce qu’elle autorise la foi à s’aveugler, au risque de s’enfermer dans le fanatisme, et la philosophie à ne pas prendre en compte l’importance de la foi dans la société. L’indépendance de la foi et de la philosophie, certes, mais rien ne pourra mette en doute l’intérêt qu’elles auraient à s’ouvrir l’une à l’autre. [...]


[...] Cependant, si la foi s’immisce dans le domaine de ce que l’on peut savoir, superflue, elle ne peut que s’incliner. En effet, la foi, rappelle Kant, n’est suffisante que subjectivement, et non objectivement, alors que la science est à la fois suffisante objectivement et subjectivement, si bien qu’il serait totalement absurde de préférer la foi à la philosophie au chapitre de ce que l’on peut savoir : là où l’on sait, à moins d’être un fanatique, il n’y a plus lieu de croire. [...]


[...] Et appartient-il à la foi seule de se prononcer sur ce que l’on ne peut savoir ? Notons d’abord que le terme de science est ici employé dans le sens générique de savoir que lui confère son étymologie latine scio je sais, et n’est donc pas à prendre dans sa signification contemporaine ; de toute manière, la philosophie n’étant pas considérée comme une science au sens que l’on donne au mot aujourd’hui, nous pouvons donc considérer que science est dans ce texte synonyme de savoir. [...]


[...] On pourrait ne pas voir l’inconvénient pour la philosophie d’être séparée de la foi, puisqu’on a vu que, de toute façon, c’est celle-ci qui se brise lorsqu’elles s’entrechoquent. Mais ce serait oublier que ceux qui veulent réduire la philosophie aux fonctions de servante de la théologie ne s’arrêtent pas à la contradiction que leur dresse la raison. Voila pourquoi il faut aussi défendre la philosophie des assauts de la foi lorsque celle-ci persiste à prétendre la dominer. Que l’une suive donc son chemin sans même faire attention à l’autre. [...]


[...] Foi et philosophie, ce sont donc deux domaines radicalement différents par nature ; la radicalité de cette différence nous oblige à prendre conscience de la nécessité de ne pas les confondre. Une nouvelle difficulté survient avec la deuxième phrase : faut- il comprendre que si ce qu’enseignait la philosophie était tout autre chose que ce qu’enseignait la foi, ce ne serait pas un inconvénient pour cette dernière ? Cela semble difficile à concevoir : le jour où Galilée a mis en question le géocentrisme, il a bel et bien acculé la foi dans une position inconfortable. [...]


[...] Qu’elle prétend en conséquence la supplanter sur son propre terrain ? Or n’a-t-il pas été dit plus haut que lorsque la foi concurrence la philosophie à propos de ce que l’on peut savoir, elle n’est plus qu’inutile et ridicule ? C’est exactement ceci qui permet à Schopenhauer, de manière catégorique, de repousser cette objection. Ou bien la foi accepte de se cantonner au domaine qui est le sien, ou bien elle refuse de se satisfaire de la place qui lui est réservée et succombe : on l’a déjà évoqué, le savoir est d’une matière plus dure que la foi Dans le troisième et dernier paragraphe, l’auteur insiste sur le caractère foncièrement différent des deux disciplines, foi et philosophie, et donc sur la nécessité on remarquera l’emploi du verbe devoir - de les séparer rigoureusement, c'est-à- dire absolument. [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
30/05/2006
Langue
français
Format
Word
Type
dissertation
Nombre de pages
5 pages
Niveau
grand public
Consulté
60 fois

Informations sur l'auteur Benjamin B. (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
droit des...
Ecole, université
PARIS -...
Note du document :
         
Commentaires
Anonyme
12/14/08 - 10:48:32
Anonyme
11/03/08 - 19:03:11
Laissez le votre
ACCÉDER à ce doc  
Lucrèce, "De Natura Rerum", Livre V, "La piété" : commentaire

«Lucrèce commence, dans un premier temps, par évoquer tout ce qui n'est pas de la piété, énumérant ainsi dogmes et pratiques religieuses. Par la suite, il nous révèle qu'il s'agit plutôt du...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   4 pages   |   publié en 2009
La scientologie : pourquoi est-elle considérée comme une secte de nos jours alors qu'elle est présentée par son créateur comme un département de psychologie traitant de l'aptitude humaine ?

«J'ai choisi de traiter le sujet d'une secte pour mon travail de fin d'études pour la bonne raison que celles-ci ont toujours existées et existeront toujours, car leur création ne dépend pas de notre volonté, mais qu...»

Économie et Social   |  Sociologie  |   Mémoire  |   fr  |   .doc  |   42 pages   |   publié en 2010
Théodore Monod, "Et si l'aventure humaine devait échouer"

«Théodore Monod (1902 - 2000), anthropologue, linguiste, océanographe, géologue, botaniste et philosophe, pour ne pas tous les citer, a écrit ce livre après avoir quelque peu perdu l'espoir en l'humanité. Th&e...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche de lecture  |   fr  |   .doc  |   7 pages   |   publié en 2010
Rousseau, "Julie ou la nouvelle héloïse", extrait sur le désir

«Commentaire d'un texte de Rousseau extrait de Julie ou la Nouvelle Héloïse sur le bonheur que procure le désir....»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2008
Catteau Dominique, Nietzsche, adversaire de Wagner

«Résumé de l'Ebook:...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Ebooks  |   fr  |   .pdf  |   314 pages   |   publié en 2007

Meilleures ventes en philosophie

Derniers docs en philosophie

Modes opératoires avec analyse des risques (travaux publics et bâtiment)
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Étude de cas  |   fr  |   .pdf  |   64 pages   |   publié en 2012
L'inconscient est-il un destin ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   4 pages   |   publié en 2007
Résumé des cours de philosophie de Terminale
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Cours  |   fr  |   .doc  |   40 pages   |   publié en 2007
Peut-on connaître autrui ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2008
La conception du monde dans le Tractatus de Wittgenstein
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   19 pages   |   publié en 2008
Virgile : fiche biographique
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   2 pages   |   publié en 2014
Tite-Live : fiche biographique
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   1 page   |   publié en 2014