Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

Peut-on arriver à une pensée réfléchie par la passion ? Voilà la problématique que soulève le texte d'Alain. Passion et action sont intimement liées, or si l'on considère que penser est une forme de résistance et donc d'action, alors on peut se demander si la passion et la pensée (raison) sont contradictoires ou bien si elles sont complémentaires. Ainsi, est-ce qu'un acte, même aimable, accompli sous l'impulsion de la passion a une valeur morale ? Dans l'extrait à étudier, Alain soutient la thèse selon laquelle la passion ne peut amener à une pensée réfléchie car la passion entraine nécessairement le fanatisme et donc on est ouvert à une autre idée que la sienne, qui en fait n'est pas réellement la sienne étant donné que l'on est par conséquent dans les préjugés. Cependant cette thèse peut être remise en question puisque l'on peut se demander si l'on peut arriver à une idée rationnelle sans utiliser sa raison mais en partant de ses sentiments ?

Alain commence par énoncer une idée reçue. Ce préjugé dit que l'on a une certaine admiration pour les fanatiques comme un martyre religieux car ils ont soi-disant le courage de se sacrifier, de passer à l'acte pour une cause qui leur parait juste. Or on ne peut pas dire que ce sont des hommes de conviction car ils sont dans le fanatisme et bien qu'ils soient persuadés du bien fondé de leur action, ils n'en sont pas certains dans la mesure où ils n'ont pas accès à la vérité mais à une croyance. En effet, le fanatisme est une adhésion aveugle à une idée, à une vérité révélée c'est-à-dire une vérité transmise par l'extérieur par une instance supérieure transcendante à la raison humaine. On n'ose pas contredire ces vérités établies par peur de la punition de la part de cette instance supérieure qui peut ainsi être (des) Dieu(x). Ce recours à une origine divine produit beaucoup d'effet sur la sensibilité des personnes qui n'ont pas la liberté d'esprit, à savoir des personnes qui ne pensent pas par elles-mêmes et qui sont ainsi dans un état d'aliénation (...)

Extraits

[...] Ainsi, ne pas agir peut-être une forme de courage. L’immobilisme, l’inactivité qui sont souvent honnis dans nos sociétés sont une preuve de sagesse quelque fois ; et non pas forcément une preuve de conservatisme. Pour en revenir au fanatisme, ce dernier peut être provoqué par la noninterprétation de texte religieux et donc d’une lecture à la lettre, sans rechercher l’esprit des textes, là où se trouve l’enseignement que l’on doit en tirer. Prenons l’exemple d’Abraham qui dans l’Ancien Testament doit sacrifier (c’est-à-dire en faire la propriété des Dieux étiologiquement) son fils Isaac selon la volonté de Dieu. [...]


[...] Ceci est la thèse de Socrate qui a cherché à prouver un oracle. Si on arrive à l’aide de sa raison à démontrer une vérité que l’on aurait senti grâce à son intuition ou les paroles de quelqu’un d’autre comme celles des religions alors, notre foi en est d’autant plus renforcée car dès lors cette vérité devient irréfutable car unique. Autrement dit, on ne perd rien à utiliser sa raison dans le domaine religieux sinon de renforcer sa foi. Dans un second temps, l’auteur fournit un argument allant dans le sens de l’idée reçue. [...]


[...] On y trouve uniquement sa propre thèse, on ne s’intéresse pas à celle des autres ; autrement dit on y trouve le vrai et le faux. Cela nous fait penser au monde doxa, ce monde où l’on retrouve les jugements subjectifs, contingents, multiples, changeants. Ce monde de la croyance, du vrai comme du faux et qui donc nous pousse à un travail d’interprétation si l’on veut trouver la vérité, ce travail d’interprétation ne peut se faire sans l’aide de la raison. [...]


[...] La passion et la raison sont liées dans ce cas de figure. La raison est un ensemble de règles logiques universelles et élémentaires. Elle est présente en tout homme et est innée : c’est la lumière naturelle également présente en tout homme (Descartes). Elle permet de distinguer le vrai du faux et d’atteindre la vérité ou du moins des vérités vraies à savoir parfaitement démontrées. La conscience permet d’utiliser ou non sa raison. On parle de passion lorsque le désir s’impose à nous, en envahissant toute notre conscience et en subordonnant tout le reste et donc lorsque nous subissons, alors la passion peut empêcher la raison de fonctionner. [...]


[...] Or penser n’est pas un acte naturel chez l’homme, donc pour arriver à une pensée réfléchie il lui faut de la volonté et souvent une récompense qui sont apportées par la passion. Ainsi la passion et la raison peuvent être complémentaires dans la mesure où la passion amène la volonté et la raison la rationalité. Alain, pourrait-on dire, a une thèse trop rationnelle, cartésienne et refuse de voir que sous la passion se cache cette petite étincelle qui permet d’arriver à un raisonnement rationnel. [...]


[...] Alain commence par énoncer une idée reçue. Ce préjugé dit que l’on a une certaine admiration pour les fanatiques comme un martyre religieux car ils ont soi-disant le courage de se sacrifier, de passer à l’acte pour une cause qui leur parait juste. Or on ne peut pas dire que ce sont des hommes de conviction car ils sont dans le fanatisme et bien qu’ils soient persuadés du bien fondé de leur action, ils n’en sont pas certains dans la mesure où ils n’ont pas accès à la vérité mais à une croyance. [...]


[...] Il est donc incapable de donner le logos de la chose qu’il avance, à savoir sa face cachée, l’essence de cette chose comme c’est un préjugé et que le logos ne peut être atteint que par le biais de la raison et que s’il fait ce travail, il se rendra nécessairement compte que cette chose est incohérente. Lorsque l’on a une pensée fanatique, on n’ invente plus car l’on a même plus d’intuition qui nous permettrait de sentir les choses car c’est dans la nature de l’homme de rechercher les causes des effets de la chose sentie et par conséquent la raison nous montrerait l’incohérence de la chose sentie. Alain avance ensuite un argument étayant sa propre thèse. Le doute est indispensable, c’est même le phénomène le plus important chez l’homme en quête de vérité. [...]


[...] La passion est un sentiment violent qui domine la vie affective et peut altérer le jugement. Si l’on considère que la raison est la faculté de bien juger donc de bien discerner le bien du mal, elle s’oppose fondamentalement à la passion car l’homme passionné à tendance à mal raisonner ; à aller à l’encontre des lois logiques. La passion est définie comme une défaillance de la raison dans le cas de l’ébriété ou de l’emprise d’une drogue. Nonobstant, elle peut être volontaire puisque l’on juge bonne une chose comme l’amour de la vérité chez le savant ou bien l’amour de la Justice pour le juriste/juge ou même Socrate qui si on peut dire, une passion réfléchie car elle a une cause juste qui est de défendre la justice ce qui l’empêchera finalement de s’enfuir de prison et ainsi d’échapper à sa mise à mort. [...]


[...] C’est parce que penser n’est pas naturel chez l’homme qu’il accomplit des faits marquants de l’histoire en croyant obéir à ses passions égoïstes. Ceci, encore d’après Hegel, est la ruse de la raison ; c’est en obéissant à ses passions que l’homme rationalise le monde dans l’histoire. Ainsi, la passion et la raison sont complémentaires chez l’homme. La raison ne peut pas changer la nature des passions mais poursuivre ses passions est un comportement rationnel en ce sens que l’on peut être amené à faire un choix entre punitions et récompenses. [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
28/04/2011
Langue
français
Format
pdf
Type
commentaire de texte
Nombre de pages
5 pages
Niveau
grand public
Consulté
3 fois

Informations sur l'auteur ROSSI J. (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
linguistique
Ecole, université
Université...
Note du document :
         
ACCÉDER à ce doc  
Alain, "Les passions et la sagesse", Extrait : commentaire

«Peut-on arriver à une pensée réfléchie par la passion ? Voilà la problématique que soulève le texte d'Alain. Passion et action sont intimement liées, or si l'on considère que penser est u...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .pdf  |   5 pages   |   publié en 2011
Alain, "On supporte moins aisément la passion que la maladie" : commentaire de texte

«Dans ce texte, Alain compare la passion et la maladie, pour montrer qu'on supporte moins aisément la première parce qu'elle vient de nous et que, en même temps, elle porte en elle « les signes d'une nécessité i...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2009
Alain, L'âme c'est ce qui refuse le corps ...

«Il s'agit pour Alain de donner une définition de l'âme et par là même de montrer la tension qui existe entre l'âme et le corps. Alain contredit l'idée selon laquelle le corps aurait un pouvoir supérie...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   2 pages   |   publié en 2006
Alain, "Propos sur les pouvoirs"

«Explication de texte sous forme de commentaire, décrivant le texte philosophique Propos sur les pouvoirs du philosophe Alain....»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   4 pages   |   publié en 2008
Dans les passions, suis-je moi-même ?

«Dans les passions, mes paroles et mes actes ne sont donc pas ceux de l'accoutumé ; ils peuvent révéler des facettes de ma personnalité dont je n'ai encore jamais eu conscience. Les passions peuvent par conséquent m'...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   4 pages   |   publié en 2006

Meilleures ventes en philosophie

Derniers docs en philosophie

Modes opératoires avec analyse des risques (travaux publics et bâtiment)
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Étude de cas  |   fr  |   .pdf  |   64 pages   |   publié en 2012
L'inconscient est-il un destin ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   4 pages   |   publié en 2007
Résumé des cours de philosophie de Terminale
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Cours  |   fr  |   .doc  |   40 pages   |   publié en 2007
Peut-on connaître autrui ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2008
Y a-t-il trop de fonctionnaires en France ?
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   7 pages   |   publié en 2009
Virgile : fiche biographique
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   2 pages   |   publié en 2014
Tite-Live : fiche biographique
Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   1 page   |   publié en 2014