Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Le sommaire
  ACCÉDER à ce doc

Introduction

I) Le monopole de l'Université critiqué par tous
II) Le projet de 1836 et sa mise en place
III) Les débats qu'il suscite

Conclusion
Bibliographie
Source
Texte analysé
ACCÉDER à ce doc  

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

François Pierre Guillaume Guizot (1787-1874) rallie, semble-t-il sans enthousiasme, et parmi les derniers, Louis-Philippe d'Orléans (1773-1850) après la révolution de juillet 1830. Il se rallie dès qu'il est certain que la monarchie sera maintenue et sera constitutionnelle. La Monarchie de Juillet se veut un gouvernement libéral et légal, qui travaille à l'extension des libertés publiques par l'élection des maires, des officiers de la Garde Nationale, par la liberté de la presse et de l'enseignement, qui veut procéder en tout par la voie législative, sans mesure d'exception et ne tente même pas de constituer à la Chambre un parti à sa discrétion. Les événements révolutionnaires de 1830 et l'arrivée au pouvoir des libéraux entraînent des répercussions sur l'enseignement. Depuis plusieurs années déjà, l'opinion réclame une réforme profonde de l'enseignement. La Charte de 1815 est révisée et promulguée le 14 août 1830. L'article 69 de cette dernière dit « qu'il sera pourvu successivement par des lois séparées et dans le plus court délai possible aux objets qui suivent » parmi lesquels « l'instruction publique et la liberté d'enseignement ». Guizot contribue à ce projet. Personne, alors, ne mesure sur le moment toutes les conséquences de l'institutionnalisation de la liberté de l'enseignement. Cette question s'inscrit plus largement dans celle des rapports entre les Églises et l'État, organisés par le Concordat de 1801 et les articles organiques de 1802 ainsi que par des textes variables et spécifiques adoptés selon la conjoncture politique. S'ajoute l'anticléricalisme virulent marquant les débuts de la Monarchie de Juillet, en réaction contre la collusion du trône et de l'autel, si fortement voulue par la Restauration. Le 11 octobre 1832, Guizot reçoit et n'accepte que par défaut, semble-t-il, le ministère de l'Instruction publique et des Cultes, réputé ne pas conférer à son titulaire un poids politique déterminant, à la différence de l'Intérieur qu'il avait déjà occupé en 1830. Il est ministre de l'Instruction publique du 11 octobre 1832 au 10 novembre 1834, puis du 18 novembre 1834 au 22 février 1836 et pour finir du 6 septembre 1836 au 15 avril 1837, soit quatre ans et demi. Son intérêt pour l'éducation remonte bien avant 1832. Dès 1815, il adhère à la Société pour l'instruction élémentaire et il est le principal ordonnateur en tant qu'universitaire et secrétaire général à l'Intérieur, de l'ordonnance du 17 février 1815 relative à la réforme de l'Instruction publique qui restera inappliquée. En mars 1811, il fonde et dirige jusqu'en avril 1814 la revue les Annales de l'Éducation avec sa femme Pauline de Meulan (1773-1827), où il développe une véritable pensée éducative. En 1832, le ministre de l'Instruction publique doit tenir compte de l'état d'esprit de l'opinion publique. Un des premiers soins de Guizot, quand il entre en charge de l'Instruction publique, est de définir clairement les limites de son domaine : il détache les Affaires ecclésiastiques de l'Instruction publique, en arguant de sa qualité de protestant pour éviter de susciter la méfiance des catholiques ()

Extraits

[...] Les libéraux profitent de la Révolution, dont ils sont les vainqueurs, pour faire promettre la liberté d’enseignement dans la Charte qu’octroie le nouveau roi. Pour les libéraux, vainqueurs de 1830, la liberté d’enseignement est une nécessité absolue et ils veulent que le régime la mette en œuvre sans tarder. Les catholiques, après 1830, perdent l’espoir de conserver le contrôle de l’Université et dès lors réclament la liberté d’enseignement. Dans les semaines qui suivent la Révolution de juillet 1830, et en attendant une réforme plus profonde, quelques mesures sont prises pour amorcer la modernisation des études, notamment le gouvernement poursuit l’épuration entamée par l’ordonnance de 10 juin 1828 qui soumet les écoles secondaires ecclésiastiques et les petits séminaires à l’agrément de l’Université. [...]


[...] Les partisans de la liberté de l’enseignement, c’est-à-dire les libéraux et les catholiques qui se rejoignent dans la lutte contre l’Université ne comprennent pas que l’article 69 de la Charte de 1830 qui la promet et qui vise la liberté de pensée ne soit pas mis en œuvre. La liberté d’enseignement est une liberté constitutionnelle et le gouvernement du roi a en conséquence le devoir de la réaliser. A partir de 1832 Guizot sait qu’il va devoir, puisqu’il est soutenu par les libéraux, s’attaquer à ce problème, et en conséquence préparer une refondation de l’enseignement secondaire. [...]


[...] Le projet Guizot est trop critiqué pour qu’il le reprenne à son compte. L’une des raisons majeures de l’impossibilité d’aboutir sur la liberté d’enseignement est le fait que la question des jésuites empoisonne la vie politique. Interdits d’enseigner en France, ceux-ci réouvrent des institutions dans plusieurs villes, discrètement d’abord puis de plus en plus manifestement. Malgré l’irritation de la classe politique qui les accuse de diffuser les idées réactionnaires de l’Ancien Régime, le gouvernement ne prend aucune sanction de peur de créer un conflit diplomatique avec Rome. [...]


[...] F. Guizot, Mémoires pour servir à l’histoire de mon temps, Paris, Laffont p. 222-223. [...]


[...] Elle est une nouvelle congrégation laïque chargée d’assurer l’enseignement public et de surveiller l’enseignement privé C’est elle qui délivre les diplômes, les autorisations d’enseigner et contrôle les ouvertures d’écoles. Les libéraux, hostiles aux visées centralisatrices de l’État, réclament l’instauration de la liberté d’enseignement. L’Université est également critiquée par les dévots pour sa tiédeur religieuse et pour être dominée par les voltairiens. Pour l’Église, elle amenuise ses positions et éveille l’esprit laïc. Dès le retour de Louis XVIII au pouvoir en 1815, les libéraux demandent la suppression de l’Université. Il faut dire que l’organisation de l’enseignement secondaire est à bien des égards insatisfaisante, et en conséquence critiquée. [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
25/05/2011
Langue
français
Format
Word
Type
dissertation
Nombre de pages
10 pages
Niveau
grand public
Consulté
3 fois

Informations sur l'auteur Chloé N. (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
histoire...
Ecole, université
Paris-Sorbo...
Note du document :
         
ACCÉDER à ce doc  
La transmission du patrimoine culturel à l'école primaire

«Ce mémoire concerne l'importance de la transmission du patrimoine culturel auprès des plus jeunes, notamment au sein de l'école, principalement primaire. Le patrimoine culturel tantôt rejeté, tantôt accept&eacu...»

Littérature et Arts   |  Philosophie  |   Cours  |   fr  |   .doc  |   97 pages   |   publié en 2010
Histoire des institutions depuis la Révolution

«Cours d'histoire des institutions étudiant les institutions de la France contemporaine depuis la Révolution de 1789....»

Droit   |  Histoire du droit  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   75 pages   |   publié en 2008
Cours d'Histoire du droit (1ère année Licence)

«Les systèmes juridiques s'influencent mutuellement grâce à l'Europe et la mondialisation mais ce phénomène n'est pas nouveau car depuis l'Antiquité on s'est inspiré de techniques juridiques des autres p...»

Droit   |  Histoire du droit  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   87 pages   |   publié en 2008
Le développement des musées municipaux : un enjeu pour les collectivités territoriales

«Thèse de doctorat de science politique concernant les musées municipaux, ayant été réalisée à partir de recherches théoriques et empiriques en vue d'étudier les motivations des élus, des conservateurs, de l'Etat et la société civile. La volonté de dé...»

Économie et Social   |  Sciences politiques  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   428 pages   |   publié en 2007
L'histoire de la vie politique en France

«Le discours historique se prétend scientifique. Obéit a une méthodologie particulière, renvoie a une modalité du passé qui est particulière. La méthode de l'historien n'est codifiée qu'&a...»

Histoire et géographie   |  Histoire contemporaine  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   91 pages   |   publié en 2009

Meilleures ventes en histoire contemporaine

Derniers docs en histoire contemporaine

La Chine : identité chinoise, économie, etc.
Histoire et géographie   |  Histoire contemporaine  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   18 pages   |   publié en 2012
La seconde guerre mondiale
Histoire et géographie   |  Histoire contemporaine  |   Dissertation  |   fr  |   .pdf  |   20 pages   |   publié en 2006
La République française de 1870 à 1887
Histoire et géographie   |  Histoire contemporaine  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   13 pages   |   publié en 2006
L'installation des républicains au pouvoir (1871-1879)
Histoire et géographie   |  Histoire contemporaine  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   10 pages   |   publié en 2006
La vie politique en France de 1870 à 1914
Histoire et géographie   |  Histoire contemporaine  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   20 pages   |   publié en 2007
Les paysans dans la France au XIXe siècle
Histoire et géographie   |  Histoire contemporaine  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   10 pages   |   publié en 2014
Mustapha Kemal, ou le renversement des alliances contre la Grèce
Histoire et géographie   |  Histoire contemporaine  |   Cours  |   fr  |   .pdf  |   16 pages   |   publié en 2014
Histoire sociale de la France au XIXe siècle : Le monde ouvrier et le mouvement ouvrier
Histoire et géographie   |  Histoire contemporaine  |   Cours  |   fr  |   .doc  |   9 pages   |   publié en 2014
Le Moyen Orient au XXe siècle
Histoire et géographie   |  Histoire contemporaine  |   Cours  |   fr  |   .pdf  |   36 pages   |   publié en 2014