Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Le sommaire
  ACCÉDER à ce doc

Introduction

I) Le mercantilisme français

A. Le mercantilisme commercial
B. Le mercantilisme industriel français

II) Le mercantilisme anglais

A. Le mercantilisme commercial anglais
B. Les théoriciens anglais

III) Les formes tardives de mercantilisme

A. Les post-mercantilistes anglais
B. Le caméralisme allemand
C. Les post-mercantilistes français
ACCÉDER à ce doc  

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

Comme l'Italie, la France ne possède pas de mines, de plus les rois de France se sont engagés dans des guerres coûteuses et ont un grand besoin de pièces d'or et d'argent. La hausse des prix qui commence au début du 16ème siècle concerne aussi bien les rois que leurs simples sujets, elle perturbe les projets politiques et militaires.

Les esprits les plus aiguisés se sont alors penchés sur la diminution de la valeur de la monnaie. En 1566, un conseillé de Roi, M. Malestroit publie un livre intitulé Paradoxe touchant le fait des monnaies et l'enchérissement de toutes choses, il étudie la hausse des prix, prix qui ont été multipliés par 4 ou 5 en quelques dizaines d'années.

Il soutient qu'il n'y a pas eu de véritable augmentation des prix, en ce sens que la hausse est purement nominale et résulte de la diminution du poids de métal précieux contenu dans chaque pièce. C'est à dire qu'il fallait donner plus de pièces pour une même quantité de marchandises mais que cela revenait un peu près au même poids d'or ou d'argent, en d'autres termes, ce sont les politiques d'altération de la monnaie qui sont responsables de la hausse nominale des prix ()

Extraits

[...] IL souhaite que l'Etat intervienne pour fixer de bas taux (par exemple, les abaisser selon lui de 6 à Des taux faible encouragent l'investissement et agissent donc favorablement sur la balance commerciale. Il n'est donc pas utile que l'Etat réglemente l'industrie et le commerce. En caricaturant un peu on peut dire que l'instrument de Colbert c'est le règlement, l'instrument de Thomas Mun, c'est l'impôt, l'instrument de Child, c'est l'intérêt. A part l'intervention dans les taux d'intérêt, l'Etat de Child est assez libéral, il a confiance en l'initiative individuelle et en la libre concurrence. [...]


[...] Il a publié en 1662, le traité sur les taxes et contributions rédigés en 1676 quelques essais en arithmétique politique qui furent publiés après sa mort, ce dernier ouvrage contient une annexe consacrée au calcul des richesses nationales, on peut le considérer comme le père de la comptabilité nationale. Il évalue la population anglaise à environ 6 millions d'habitants et 250 millions de livres dont l'or et l'argent représenté. Par la Petty souligne que les richesses monétaires forment une part infime de la richesse nationale. Ces richesses monétaires sont nécessaires pour que l'économie nationale fonctionne bien de même que la graisse est nécessaire au corps humain, mais trop de graisse compromet l'agilité. [...]


[...] Si Boisguilbert était loin des mercantilistes, Vauban un peu moins loin du mercantilisme, avec Cantillon il y a une coupure, il annonce très clairement à la fois els physiocrates français et les classiques anglais. Du point de vue de la méthode, Cantillon par de l'analyse des faits qu'il connaissait bien grâce à son expérience commerciale et financière, d'ailleurs l'essai de Cantillon représente un des premiers exemples d'une application systématique de la méthode inductive à l'économie. Il définit la richesse ainsi : "la richesse elle même n'est autre chose que la nourriture, les commodités et les agréments de la vie", il a une théorie assez précise de la production, proche de celle de Petty " la terre est la source de la matière d'ou l'on tire la richesse, le travail et la forme qui l'a produit". [...]


[...] Donc de ce point de vue, l'abondance de monnaie est une bonne chose mais en même temps nous explique Cantillon, une augmentation de la quantité de monnaie provoque en générale une augmentation des prix plutôt qu'une augmentation de la richesse réelle. On comprend que les historiens de la pensée économique soient gênés en lui attribuant une étiquette. [...]


[...] Le droit à la propriété entraine le droit d'accumuler des capitaux qui sont ensuite destinés à l'investissement. Selon la conception de l'Etat de nature, adoptée par Locke, l'homme jouit d'une parfaite liberté et de légalité entre les hommes, cet Etat de nature n'est pas le même que chez Hobbes (grand philosophe anglais de l'époque) pour qui l'Etat de nature est la guerre de tous contre tous. Pour Locke, l'Etat de nature porte les hommes à s'associer librement, il a confié à l'Etat le droit de juger et d'énoncer des règles. [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
26/02/2009
Langue
français
Format
Word
Type
fiche
Nombre de pages
11 pages
Niveau
grand public
Consulté
2 fois

Informations sur l'auteur Vincent P. (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
ressources...
Ecole, université
RESSOURCES...
Note du document :
         
ACCÉDER à ce doc  
Les grands courants de la pensée économique

«Présentation des principaux courants de la pensée économique, des physiocrates aux monétaristes tout en ressituant les auteurs majeurs et leurs écrits, et développant leurs théories....»

Économie et Social   |  Économie générale  |   Cours  |   fr  |   .doc  |   4 pages   |   publié en 2007
Cours d'Histoire dans le cadre du CRPE

«Ensemble des cours d'Histoire dans le cadre du Concours de Recrutement des Professeurs des Ecoles (CRPE). Chaque période est présentée sous forme de textes et de frises chronologiques récapitulatives des différents ...»

Histoire et géographie   |  Histoire contemporaine  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   62 pages   |   publié en 2008
Le mercantilisme

«Le mercantilisme ne se présente pas comme une doctrine solidement articulée ni comme un système économique scientifique, c'est plutôt un ensemble d'idées pratiquent, de préceptes de politiques éc...»

Économie et Social   |  Théories économiques  |   Cours  |   fr  |   .doc  |   13 pages   |   publié en 2010
Les théories mercantilistes : origines, application, etc.

«Notre société est façonnée par le commerce, les échanges avec d'autres personnes, d'autres pays, d'autres peuples. Il est apparu au néolithique et s'exerçait sous forme de troc. Il s'est ensuite modern...»

Économie et Social   |  Économie générale  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   17 pages   |   publié en 2010
La pensée économique : des physiocrates aux keynésiens

«La liberté économique ? initiée par les physiocrates ? a pour finalité de laisser faire les principes et mécanismes du marché. L'intervention de l'Etat serait nuisible pour l'économie. Il faudrait laisser les régulateurs du marché fonctionner. L'Etat...»

Économie et Social   |  Théories économiques  |   Cours  |   fr  |   .doc  |   12 pages   |   publié en 2006

Meilleures ventes en théories économiques

Derniers docs en théories économiques

Introduction à la micro-économie
Économie et Social   |  Théories économiques  |   Cours  |   fr  |   .doc  |   11 pages   |   publié en 2007
Aperçu de la chaîne de valeur de Porter
Économie et Social   |  Théories économiques  |   Cours  |   fr  |   .pdf  |   5 pages   |   publié en 2010
La VaR (Value At Risk) et les risques de marché
Économie et Social   |  Théories économiques  |   Cours  |   fr  |   .pdf  |   134 pages   |   publié en 2010
Histoire de la pensée économique : les mercantilistes
Économie et Social   |  Théories économiques  |   Cours  |   fr  |   .doc  |   14 pages   |   publié en 2010
Le financement de l'économie
Économie et Social   |  Théories économiques  |   Cours  |   fr  |   .doc  |   27 pages   |   publié en 2010
Les formes et fonctions de la monnaie
Économie et Social   |  Théories économiques  |   Cours  |   fr  |   .doc  |   5 pages   |   publié en 2010
Marché des changes et taux de changes
Économie et Social   |  Théories économiques  |   Cours  |   fr  |   .doc  |   8 pages   |   publié en 2010
La macroéconomie
Économie et Social   |  Théories économiques  |   Cours  |   fr  |   .pdf  |   90 pages   |   publié en 2010