Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Le sommaire
  ACCÉDER à ce doc

Introduction

I) Les fait... vus de Sirus
II) Les faits... vus du plancher des vaches
III) Les ministères : des demandeurs rationnels donc timides
IV) Les évaluateurs entre le marteau et l'enclume
V) Pessimiste et fantômes des origines
VI) Des contraintes clairement identifiées

Conclusion
ACCÉDER à ce doc  

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

La tradition canadienne en matière d'évaluation de politiques remonte au début des années soixante-dix. Dès la fin de cette décennie, des unités d'évaluation sont présentes dans chaque ministère et le principe est posé selon lequel, sur un cycle de cinq ans, toutes les politiques doivent être évaluées. Le bureau du Contrôleur général du Canada (BCGC) coiffe la fonction : il définit les standards méthodologiques, est partie prenante aux nominations de cadres chargés de la fonction, gère la formation des évaluateurs, etc. Les fonctionnaires des unités d'évaluation sont des employés des divers ministères et non pas du BCGC.

Extraits

[...] Pour tous, de vraies évaluations s'attaquent à cet ordre de questions. Dans un même souffle, ils soutiennent cependant que, concrètement, ce type d'évaluation est illégitime, impossible, inutile ou les trois à la fois. Par exemple, dans le cas du programme de soutien à la recherche évoqué ci-dessus, une vraie évaluation serait illégitime parce que le ministère concerné est contraint par la loi quant à ses objectifs et dans les faits quant aux clientèles et moyens d'intervention dont il dispose (l'aide à la recherche industrielle relève d'autres ministères, tout comme l'utilisation de l'outil fiscal). [...]


[...] Motivations et incitations : l’angélisme est périlleux II était évidemment illusoire de charger les évaluateurs placés dans des structures ministérielles d'interpréter les priorités et les tendances de l'ensemble gouvernemental, indépendamment de leurs supérieurs ministériels. Ceux-ci sont justement chargés de cette besogne, le plus souvent aussi délicate qu'un numéro d'équilibrisme. Accepter cet état de choses et le fait que les évaluateurs soient des humains normaux (c'est-à-dire intéressés à une carrière plus vaste et dépendant en bonne partie de leurs supérieurs ministériels) ne conduit pas à se résigner à ce que les évaluateurs deviennent uniquement des rhéteurs articulant les intérêts sectoriels et clientélistes. [...]


[...] Par conséquent, l'objectif réel de la politique évaluée sera généralement très difficile à distinguer de sa structure. Par exemple, le soutien des prix agricoles favorise clairement les grandes exploitations et leur croissance relative alors même que les objectifs déclarés font pieusement allusion à la préservation de la ferme familiale de dimension modeste; effectivement, il permet aussi la survie d'un certain nombre de ces exploitations. Autre exemple, on pourrait sans trop de mal établir que subventionner la migration des travailleurs des régions défavorisées serait davantage susceptible d'augmenter les revenus des citoyens intéressés que ne le sont l'ensemble des politiques régionales actuelles. [...]


[...] En outre, il est présomptueux d'attendre de l'évaluation qu'elle «révèle», qu'elle constitue à elle seule le moteur de changements significatifs. Par conséquent, l'utilisation d'études d'évaluations managériales comme celles observées est parfaitement légitime et utile; des évaluations en profondeur, quant à elles, doivent être ponctuelles et opportunistes, avec des ressources et des perspectives dépassant substantiellement le cadre d'un ministère et celles des équipes traditionnelles d'évaluation. En effet, ce type d'évaluation exige une substantielle dose d'analyse politique, une capacité à identifier et promouvoir les fenêtres d'opportunité, et des capacités de formulation de politiques (solutions de rechange) dépassant souvent les compétences classiques en évaluation aussi bien que leur cadrage institutionnel. [...]


[...] La situation est un équilibre. Tout au plus a-t-on insisté sur le fait que l'élaboration de solutions de rechange détaillées distinctes des étalons méthodologiques n'était pas vraiment du ressort des évaluateurs, qu'elle requérait des ressources beaucoup plus importantes que celles mises à leur disposition, que personne sauf des personnages qualifiés enfants de chœur ou de croisés n'attendait qu'ils se livrent à pareille besogne. Par exemple, l'évaluation de la classification aux archives nationales ne mentionne même pas les possibilités de sous-traiter ou de privatiser une partie des activités concernées. [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
18/01/2011
Langue
français
Format
Word
Type
dissertation
Nombre de pages
15 pages
Niveau
grand public

Informations sur l'auteur Tiede Armand D. (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
droit des...
Note du document :
         
ACCÉDER à ce doc  
Gestion et émasculation des évaluations : le cas du Canada

«La tradition canadienne en matière d'évaluation de politiques remonte au début des années soixante-dix. Dès la fin de cette décennie, des unités d'évaluation sont présentes dans chaque mi...»

Économie et Social   |  Sciences politiques  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   15 pages  |   publié en 2011
Jean I. N. Kanyarwunga, R.D.C. : Les Générations condamnées

«Résumé de l'Ebook:...»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Ebooks  |   fr  |   .pdf  |   518 pages  |   publié en 2007

Meilleures ventes en sciences politiques

Derniers docs en sciences politiques

Tocqueville et la démocratie
Économie et Social   |  Sciences politiques  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   12 pages  |   publié en 2006
Les mouvements sociaux
Économie et Social   |  Sciences politiques  |   Dissertation  |   fr  |   .pdf  |   14 pages  |   publié en 2011
Partis politiques et Démocratie
Économie et Social   |  Sciences politiques  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   10 pages  |   publié en 2006
A quoi servent les partis politiques ?
Économie et Social   |  Sciences politiques  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   4 pages  |   publié en 2007
Cours complet de Science politiques
Économie et Social   |  Sciences politiques  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   134 pages  |   publié en 2006
Le Léviathan; chapitres XIII, XIV, XVII et XVIII - Thomas Hobbes (1651)
Économie et Social   |  Sciences politiques  |   Fiche de lecture  |   fr  |   .doc  |   2 pages  |   publié en 2013
De la liberté des Anciens comparée à celle des Modernes - Benjamin Constant
Économie et Social   |  Sciences politiques  |   Fiche de lecture  |   fr  |   .doc  |   2 pages  |   publié en 2013
Théorie de la Constitution - Carl Schmitt
Économie et Social   |  Sciences politiques  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   2 pages  |   publié en 2013
Démocratie et totalitarisme - Raymond Aron (1965)
Économie et Social   |  Sciences politiques  |   Fiche de lecture  |   fr  |   .doc  |   2 pages  |   publié en 2013