Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Le sommaire
  ACCÉDER à ce doc

A. Une thèse fondée sur l'absence d'inflation
1. Pourquoi cibler l'inflation ?
2. L'arrivée des pays émergents
3. Hausse de l'endettement

B. Le retour de l'inflation

II) La modification du comportement et du fonctionnement des banques centrales est-elle nécessaire ?

A. Une banque centrale moderne pour Artus
B. Une vision utopiste

Conclusion
Bibliographie
ACCÉDER à ce doc  

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

Patrick Artus, directeur de la Recherche et des Etudes de Natixis et professeur à la Sorbonne et Polytechnique, est un économiste français qui s'est rendu célèbre par la publication de nombreux livres sur l'économie internationale et la politique monétaire. Son dernier ouvrage, Les incendiaires, met en garde, à l'aide de démonstrations illustrées par des graphiques pertinents, contre les risques de la concentration des banques centrales sur le maintien d'un taux faible de l'inflation. Ce mode de pensée, adapté aux années 80 et aux chocs pétroliers semble aujourd'hui dépassé pour l'auteur, puisqu'il ne prend pas en compte les risques liés aux délocalisations, aux excès de liquidités mondiales, à la variation forte du prix des actifs?qui caractérisent l'économie actuelle. Son titre provocateur fait référence aux banques centrales et plus particulièrement à la Banque Centrale Européenne (BCE), qu'il juge responsable de la mauvaise situation financière actuelle et de l'incendie planétaire qui risque d'éclater. En effet, si elles ne changent pas leurs fonctionnements, les banques centrales risquent de laisser se développer une crise immobilière, une crise d'endettement et une crise des taux de change qui pourraient aboutir à long terme à un éclatement de l'euro.

Extraits

[...] La BCE n’a donc pas de comptes à rendre et diffère en cela de la Réserve Fédérale américaine qui doit, elle, s’expliquer devant le congrès. Nous allons présenter maintenant les arguments d’Artus selon lesquels l’inflation n’est plus un problème aujourd’hui. L’arrivée des pays émergents Pour évaluer l’inflation, les banques centrales suivent les évolutions de la demande intérieure, de l’emploi et du crédit. Ainsi, si le crédit progresse, si la demande s’accroît ou si le chômage baisse, les prix vont augmenter. [...]


[...] La raison est claire pour Artus : La BCE est inadaptée à la réalité d’aujourd’hui. Pour vérifier cela, nous allons présenter un exemple concret où l’on voit bien que la BCE est dans l’erreur, du moins sur certains points. La thèse officielle de l’ensemble des BC est qu’il n’y a pas de contradiction entre le contrôle du prix des biens et le contrôle du prix des actifs (actions et immobilier). Il n’y a donc pas de conflits d’objectifs pour la politique monétaire : stabiliser le prix des biens et services et stabiliser le prix des actifs est équivalent. [...]


[...] La BC disposerait de l’indépendance sur les instruments (elle serait libre de mettre en œuvre les politiques monétaires qu’elle juge les plus efficaces pour réaliser les objectifs fixés conjointement) Artus pense aussi que la BCE devrait être plus transparente, et ne pas faire de mystère sur ses actions futures. Ainsi pour résumer, une BC efficace et crédible doit limiter les déficits publics, ne pas être indépendante mais transparente et responsable, et elle a pour objectif mixte croissance / crédit immobilier. Enfin, Artus juge que le Royaume-Uni est le pays le plus performant, car la variabilité de la croissance, de l’inflation et de l’emploi est la plus faible. Une vision utopiste Notre première critique est sur l’absence d’indépendance des BC que propose Artus. [...]


[...] L’objet de ce livre est donc de démontrer comment et pourquoi les banques centrales sont inadaptées aux défis des économies contemporaines et de proposer une possible solution. Artus préconise ainsi le retour à un rôle plus traditionnel des banques centrales (maintenir une quantité raisonnable de monnaie, éviter les crises, superviser les banques) en le redéfinissant au vu des effets de la globalisation sur le fonctionnement des économies. Il ne s’agit donc pas de faire disparaître les banques centrales, mais de montrer que dans un monde globalisé, les politiques monétaires ne sont pas inefficaces si elles ne sont pas coordonnées internationalement. [...]


[...] Mais d’un autre côté, elle a estimé jusqu’ici qu’un resserrement prématuré du coût du crédit serait risqué pour la croissance économique qui montre des signes d’essoufflement. Malgré tout, les risques semblent limités à court terme. La FED a publié des prévisions optimistes avec des taux de 1,8 à en 2008 et de à pour 2009. Pour la zone euro, des prévisions d’inflation sont d’un peu plus de ce qui correspond plus ou moins avec les objectifs de la BCE. II. La modification du comportement et du fonctionnement des banques centrales est-elle nécessaire ? [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
25/01/2008
Langue
français
Format
Word
Type
dissertation
Nombre de pages
11 pages
Niveau
grand public
Consulté
16 fois

Informations sur l'auteur Benoit P. (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
droit des...
Ecole, université
bordeaux...
Note du document :
         
Commentaires
arnaud
02/03/08 - 18:43:13
Laissez le votre
ACCÉDER à ce doc  

Meilleures ventes en économie générale

Derniers docs en économie générale

Les politiques monétaires : objectifs, moyens et résultats
Économie et Social   |  Économie générale  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   10 pages   |   publié en 2007
Will the nation-state survive globalization?
Économie et Social   |  Économie générale  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   5 pages   |   publié en 2006
Le crédit-bail ou leasing
Économie et Social   |  Économie générale  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   35 pages   |   publié en 2007
Les chocs asymétriques fragilisent-ils une union monétaire ?
Économie et Social   |  Économie générale  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   2 pages   |   publié en 2007
Le commerce équitable : Une démarche en pleine mutation
Économie et Social   |  Économie générale  |   Fiche  |   fr  |   .pdf  |   3 pages   |   publié en 2014
La perspective historique de l'intelligence économique
Économie et Social   |  Économie générale  |   Cours  |   fr  |   .pdf  |   8 pages   |   publié en 2014
L'impact du vieillissement démographique sur la consommation ?
Économie et Social   |  Économie générale  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   1 page   |   publié en 2013
L'épargne des ménages en France
Économie et Social   |  Économie générale  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   2 pages   |   publié en 2013