Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Le sommaire
  ACCÉDER à ce doc

I) Argument politique

A. Mise en relief de deux types d'Etat
B. Réalité de la justice
C. Droit de grâce

II) Argument moral

A. Exemple des terroristes
B. Réflexion
C. Argument d'autorité

Conclusion

Texte analysé

M. le garde des sceaux. Voici la première évidence : dans les pays de liberté l'abolition est presque partout la règle ; dans les pays où règne la dictature, la peine de mort est partout pratiquée.

Ce partage du monde ne résulte pas d'une simple coïncidence, mais exprime une corrélation. La vraie signification politique de la peine de mort, c'est bien qu'elle procède de l'idée que l'Etat a le droit de disposer du citoyen jusqu'à lui retirer la vie. C'est par là que la peine de mort s'inscrit dans les systèmes totalitaires.

C'est par là même que vous retrouvez, dans la réalité judiciaire, et jusque dans celle qu'évoquait Raymond Forni, la vraie signification de la peine de mort. Dans la réalité judiciaire, qu'est-ce que la peine de mort ? Ce sont douze hommes et femmes, deux jours d'audience, l'impossibilité d'aller jusqu'au fond des choses et le droit, ou le devoir, terrible, de trancher, en quelques quarts d'heure, parfois quelques minutes, le problème si difficile de la culpabilité, et, au-delà, de décider de la vie ou de la mort d'un autre être. Douze personnes, dans une démocratie, qui ont le droit de dire : celui-là doit vivre, celui-là doit mourir ! Je le dis : cette conception de la justice ne peut être celle des pays de liberté, précisément pour ce qu'elle comporte de signification totalitaire.

Quant au droit de grâce, il convient, comme Raymond Forni l'a rappelé, de s'interroger à son sujet. Lorsque le roi représentait Dieu sur la terre, qu'il était oint par la volonté divine, le droit de grâce avait un fondement légitime. Dans une civilisation, dans une société dont les institutions sont imprégnées par la foi religieuse, on comprend aisément que le représentant de Dieu ait pu disposer du droit de vie ou de mort. Mais dans une république, dans une démocratie, quels que soient ses mérites, quelle que soit sa conscience, aucun homme, aucun pouvoir ne saurait disposer d'un tel droit sur quiconque en temps de paix.

M. le garde des sceaux. A cette considération de fait, il faut ajouter une donnée morale : utiliser contre les terroristes la peine de mort, c'est, pour une démocratie, faire siennes les valeurs de ces derniers. Quand, après l'avoir arrêté, après lui avoir extorqué des correspondances terribles, les terroristes, au terme d'une parodie dégradante de justice, exécutent celui qu'ils ont enlevé, non seulement ils commettent un crime odieux, mais ils tendent à la démocratie le piège le plus insidieux, celui d'une violence meurtrière qui, en forçant cette démocratie à recourir à la peine de mort, pourrait leur permettre de lui donner, par une sorte d'inversion des valeurs, le visage sanglant qui est le leur.

Cette tentation, il faut la refuser, sans jamais, pour autant, composer avec cette forme ultime de la violence, intolérable dans une démocratie, qu'est le terrorisme.

Mais lorsqu'on a dépouillé le problème de son aspect passionnel et qu'on veut aller jusqu'au bout de la lucidité, on constate que le choix entre le maintien et l'abolition de la peine de mort, c'est, en définitive, pour une société et pour chacun d'entre nous, un choix moral.

Je ne ferai pas usage de l'argument d'autorité, car ce serait malvenu au Parlement, et trop facile dans cette enceinte. Mais on ne peut pas ne pas relever que, dans les dernières années, se sont prononcés hautement contre la peine de mort, l'église catholique de France, le conseil de l'église réformée et le rabbinat. Comment ne pas souligner que toutes les grandes associations internationales qui militent de par le monde pour la défense des libertés et des droits de l'homme - Amnesty international, l'Association internationale des droits de l'homme, la Ligue des droits de l'homme - ont fait campagne pour que vienne l'abolition de la peine de mort.
ACCÉDER à ce doc  

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

Commentaire de texte sur le discours prononcé à l'Assemblée nationale par Robert Badinter à propos de l'abolition de la peine de mort.

Extraits

[...] Il se réfère d’abord à la religion, thème cher au parlementaire de droite, avec 3 exemples : L’église catholique de France, le conseil de l’église réformé et le rabbinat qui approuvent l’abolition de la peine de mort. Il se réfère ensuite à des associations, thèmes cher pour les parlementaires de gauches, avec 3 exemples : Amnesty international, l’association internationale des droits de l’homme et la ligue des droits de l’homme qui approuvent également l’abolition de la peine de mort. L’argument d’autorité basé sur trois religions et trois associations permet de créer un équilibre entre les deux principaux partis parlementaires. [...]


[...] Ce partage du monde ne résulte pas d'une simple coïncidence, mais exprime une corrélation. La vraie signification politique de la peine de mort, c'est bien qu'elle procède de l'idée que l'Etat a le droit de disposer du citoyen jusqu'à lui retirer la vie. C'est par là que la peine de mort s'inscrit dans les systèmes totalitaires. C'est par là même que vous retrouvez, dans la réalité judiciaire, et jusque dans celle qu'évoquait Raymond Forni, la vraie signification de la peine de mort. Dans la réalité judiciaire, qu'est-ce que la peine de mort ? [...]


[...] Cette énumération permet de donner plus de vigueur à son discours et de maintenir l’attention du public. [Conclusion] Badinter a choisit d’argumenter dans domaines : la politique et la morale. Chaque domaine a trois arguments et son texte set bine construit selon une argumentation rigoureuse. [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
22/07/2008
Langue
français
Format
Word
Type
dissertation
Nombre de pages
2 pages
Niveau
grand public
Consulté
33 fois

Informations sur l'auteur François-xavier G. (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
droit des...
Ecole, université
lycée
Note du document :
         
ACCÉDER à ce doc  
Discours de Badinter pour l'abolition de la peine de mort

«Commentaire de texte sur le discours prononcé à l'Assemblée nationale par Robert Badinter à propos de l'abolition de la peine de mort....»

Droit   |  Histoire du droit  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   2 pages   |   publié en 2008
L'abolition de la peine de mort

«Il faut attendre le XVIIIème siècle pour que des auteurs protestent contre la peine de mort. Ces auteurs au XVIIIème siècle donnent le signal de campagnes abolitionnistes qui ne trouveront jamais de terme....»

Droit   |  Histoire du droit  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   7 pages   |   publié en 2009
Histoire du Droit pénal : le système des délits et des peines

«La démarche historique permet de se forger une opinion sur ce qui se passe aujourd'hui dans le Droit pénal, avec d'avantage d'arguments et de recul. Prendre du recul par rapport au droit positif n'est pas toujours évident o...»

Droit   |  Droit pénal  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   51 pages   |   publié en 2010
Jean-Loup Dabadie, "L'assassin assassiné" : commentaire

«Cette chanson mêle le récit de l'après-midi d'un compositeur obsédé par le souvenir de l'exécution d'un homme le matin même et la requête qu'il formule en souvenir de cette journée....»

Littérature et Arts   |  Littérature  |   Fiche  |   fr  |   .pdf  |   4 pages   |   publié en 2010
L'accessibilité du pourvoi en révision

«L'opinion publique peut être profondément marquée par certaines affaires criminelles susceptibles de déboucher sur des décisions judiciaires controversées par rapport à la culpabilité du justicia...»

Droit   |  Droit pénal  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   73 pages   |   publié en 2009

Meilleures ventes en histoire du droit

Derniers docs en histoire du droit

Histoire des institutions depuis la Révolution
Droit   |  Histoire du droit  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   75 pages   |   publié en 2008
Le Code Noir
Droit   |  Histoire du droit  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   6 pages   |   publié en 2008
Les institutions politiques et sociales de l'Antiquité (Rome et Athènes)
Droit   |  Histoire du droit  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   113 pages   |   publié en 2008
Les droits privés et les droits mixtes
Droit   |  Histoire du droit  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   3 pages   |   publié en 2010
Longnon, "Polyptyque de Saint-Germain-des-Prés", Extrait : commentaire
Droit   |  Histoire du droit  |   Commentaire de texte  |   fr  |   .doc  |   5 pages   |   publié en 2011
L'héritage public du jus commune
Droit   |  Histoire du droit  |   Cours  |   fr  |   .doc  |   68 pages   |   publié en 2014
Les sanctions traditionnelles et l'ordre public colonial
Droit   |  Histoire du droit  |   Mémoire  |   fr  |   .pdf  |   40 pages   |   publié en 2013
Le châtiment des crimes indigènes et l'ordre public colonial
Droit   |  Histoire du droit  |   Mémoire  |   fr  |   .pdf  |   54 pages   |   publié en 2013
L'aspect philosophique de la notion du Droit
Droit   |  Histoire du droit  |   Cours  |   fr  |   .doc  |   5 pages   |   publié en 2013
Les Parlements de l'Ancien Régime, un contre-pouvoir ?
Droit   |  Histoire du droit  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   6 pages   |   publié en 2013