Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Le sommaire
  ACCÉDER à ce doc

Introduction

I) L'infans comme gardien d'une chose

A. Une définition stricte de la garde
B. L'affirmation du gardien infans

II) Le juge comme acteur souverain dans la notion de garde

A. Une détermination souveraine du gardien
B. Une interprétation souveraine de la notion de garde
ACCÉDER à ce doc  

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

« On est responsable non seulement du dommage que l'on a causé par son propre fait mais encore de celui qui est causé par le fait des personnes dont on doit répondre ou des choses que l'on a sous sa garde », article 1384 alinéa 1.

De cet article, la Cour de cassation a découvert un nouveau principe de responsabilité civile : le principe de responsabilité du fait des choses, affirmé dès l'arrêt Teffaine du 16 juin 1886 et consacré par l'arrêt Jand'heur.

En l'espèce, il s'agit bien de responsabilité du fait des choses. En tombant d'une balançoire improvisée, un infans (l'enfant est âgé de trois ans) crève l'oeil d'un camarade avec un morceau de bois qu'il tenait à la main. Le demandeur, père de l'enfant blessé, engage la responsabilité des parents puis, les conditions de responsabilité parentale étant contestées, engage celle de l'auteur du dommage en tant que gardien de la chose ayant causé le dommage. La question qui se pose alors au juge est de savoir si un enfant de trois ans peut voir sa responsabilité engagée sur le fondement de l'article 1384 alinéa 1 ? Ou autrement dit si un individu privé de discernement peut être considéré comme le gardien d'une chose au sens de l'article 1384 alinéa 1 ? La Cour d'Appel d'Agen retient la responsabilité de ce très jeune enfant considérant qu'il peut être gardien d'une chose. Le pourvoi ayant opposé que « l'imputation d'une responsabilité présumée implique la faculté de discernement », l'Assemblée plénière rejette ce motif et affirme que « Mais attendu qu'en retenant que le jeune Éric avait l'usage, la direction et le contrôle du bâton, la Cour d'Appel qui n'avait pas, malgré le très jeune âge de ce mineur, à rechercher si celui-ci avait un discernement a légalement justifié sa décision. » Par cet arrêt, la Cour de Cassation admet la possibilité qu'un infans puisse être gardien (I) et montre l'étendue considérable de son pouvoir d?appréciation (II).

I. L'infans comme gardien d'une chose

Dans cet arrêt, l'Assemblée Plénière fait une stricte application de la notion de garde en rappelant la définition de la garde (A) et en affirmant la garde de l'infans (B) (...)

Extraits

[...] Le gardien est celui qui maîtrise la chose (définition donnée par l’article 1354-2 de l’avant projet de réforme du droit des obligations et de la prescription) car il s’en sert (l’usage), qui décide de la finalité de son emploi (la direction) et est en position d’éviter qu’elle ne fonctionne pas anormalement (le contrôle). L’Assemblée plénière confirme que l’infans disposait de ces trois prérogatives sur la chose et affirme la responsabilité du fait des choses de l’infans, gardien. B.L’affirmation du gardien infans 1. (Une évolution inévitable consécutive à la consécration du gardien dément) Par cet arrêt, la Cour de Cassation affirme qu’un infans peut être gardien. [...]


[...] La CC, se fondant sur l’article 489-2, retient la responsabilité du mineur. La reconnaissance de la responsabilité du fait des choses d’un infans paraissait inéluctable puisque la Cour de Cassation retenait la responsabilité d’un enfant et même d’un enfant dément. C’est donc dans les suites logiques de la jurisprudence que l’Assemblée Plénière a pu retenir la responsabilité du fait des choses d’un infans. Dès lors, la garde peut donc se définir par un pouvoir de fait exercé de façon exclusive par une personne consciente ou non en toute indépendance. [...]


[...] Par cet arrêt, la Cour de Cassation admet la possibilité qu’un infans puisse être gardien et montre l’étendue considérable de son pouvoir d‘appréciation (II). I. L’infans comme gardien d’une chose Dans cet arrêt, l’Assemblée Plénière fait une stricte application de la notion de garde en rappelant la définition de la garde et en affirmant la garde de l’infans A.Une définition stricte de la garde L’Assemblée plénière, dans cet arrêt dit arrêt Gabillet, rappelle la définition de la garde : l’usage, la direction et le contrôle de la chose et refuse qu’une nouvelle condition vienne s’ajouter à cette définition, celle du discernement. [...]


[...] C’est dans le but d’indemniser à tout prix la victime que la Cour de Cassation a pu retenir la responsabilité du fait des choses d’un infans. Dans ce but, la Cour affirme qu’un infans, un enfant de trois ans, a l’usage et des pouvoirs de direction et de contrôle sur la chose. Or comment peut on reconnaître qu’un enfant à la maîtrise des choses alors même que cet enfant n’a pas le pouvoir de se diriger ? Cette affirmation de la responsabilité du fait des choses de l’enfant s’inscrit dans une jurisprudence quelque peu choquante qui retient la faute d’un infans. [...]


[...] Malaurie. Le Tourneau explique que l’objectivisation de la responsabilité des parents (les parents peuvent être responsables du fait licite de leur enfant à l’origine du dommage) et que le relais que constitue la responsabilité des parents à qui l’enfant est confié font qu’il n’est plus nécessaire de condamner l’infans pour que la victime soit indemnisée. [...]


[...] Dans un arrêt du 14 janvier 1999, alors qu’un client a été blessé par la chute d’un chariot qu’il utilisait et des marchandises, la Deuxième Chambre Civile refuse de retenir la responsabilité de la société propriétaire du chariot puisqu’il y avait eu un transfert de propriété le chariot en cause ne pouvait être considéré comme une chose intrinsèquement dangereuse Le juge exerce un pouvoir souverain pour déterminer la garde et il apparaît que les conditions d’usage, contrôle et direction sont des alibis interprétés par le juge afin d’indemniser la victime. C’est ainsi qu’en interprétant souverainement la définition de la garde, le juge a pu retenir la responsabilité de l’infans. B.Une interprétation souveraine de la notion de garde La Cour de Cassation, comme le rappelle A. Tunc, crée le droit, doit élaborer des règles aussi satisfaisantes que possible. [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
24/08/2011
Langue
français
Format
pdf
Type
dissertation
Nombre de pages
4 pages
Niveau
grand public
Consulté
1 fois

Informations sur l'auteur Aurore G. (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
droit des...
Note du document :
         
ACCÉDER à ce doc  
Commentaire comparé des arrêts du 9 mai 1984 et du 28 février 1996 : la faute de l'enfant

«C'est sous la prestigieuse hermine de l'assemblée plénière que la Cour de Cassation a, le 9 mai 1984, rendu pléthore de décisions relatives à la responsabilité civile ; parmi ces jurisprudences figure ...»

Droit   |  Droit autres branches  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   5 pages  |   publié en 2009
Fiche de jurisprudence de l'arrêt de l'Assemblée plénière de la Cour de cassation du 9 mai 1984 : Gabillet

«Dans son arrêt du 9 mai 1984, l'Assemblée plénière, plus haute formation de la Cour de cassation, est soumise à la délicate question de l'applicabilité de la présomption de responsabilité ...»

Droit   |  Droit civil  |   Dissertation  |   fr  |   .pdf  |   1 pages  |   publié en 2009
Commentaire d'arrêt de la Cour de cassation du 9 mai 1984 concernant la responsabilité de l'enfant même au plus bas âge

«A l'heure actuelle, le droit applicable au mineur tend à aménager en sa faveur des espaces de liberté de plus en plus vastes. Ainsi, en toute logique, l'accroissement de l'indépendance du mineur devrait aller de pair avec ...»

Droit   |  Droit civil  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   3 pages  |   publié en 2008
Commentaire d'arrêt de la Cour de cassation du 9 mai 1984 concernant la faute de l'enfant

«Si le Code civil admet depuis ses origines qu'un mineur puisse être responsable sur le terrain délictuel (art 1310 du Code civil), la responsabilité pour faute de l'enfant dépourvu de discernement était en revanche e...»

Droit   |  Droit civil  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   3 pages  |   publié en 2008
Commentaire d'arrêt de l'Assemblée plénière de la Cour de cassation du 9 mai 1984 relatif à la responsabilité du fait des choses

«« On est responsable non seulement du dommage que l'on a causé par son propre fait mais encore de celui qui est causé par le fait des personnes dont on doit répondre ou des choses que l'on a sous sa garde », article 1...»

Droit   |  Droit civil  |   Dissertation  |   fr  |   .pdf  |   4 pages  |   publié en 2011

Meilleures ventes en droit civil

Derniers docs en droit civil

Commentaire d'arrêt de la Cour européenne des Droits de l'Homme du 13 juillet 2006 : Jäggi c/ Suisse
Droit   |  Droit civil  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   5 pages  |   publié en 2010
Fiches de cours de Droit des contrats (CRFPA)
Droit   |  Droit civil  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   41 pages  |   publié en 2011
Conseil d'Etat, 22 octobre 2010, La responsabilité pour faute de l'Etat
Droit   |  Droit civil  |   Commentaire d'arrêt  |   fr  |   .doc  |   3 pages  |   publié en 2012
Les principes directeurs du procès dans le Code de procédure civile
Droit   |  Droit civil  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   5 pages  |   publié en 2013
Commentaire d'arrêt, affaire Coulibaly ; Conseil d'Etat, 2012
Droit   |  Droit civil  |   Commentaire d'arrêt  |   fr  |   .doc  |   5 pages  |   publié en 2014
L'inefficacité du testament
Droit   |  Droit civil  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   4 pages  |   publié en 2014
La responsabilité du dirigeant
Droit   |  Droit civil  |   TD  |   fr  |   .doc  |   9 pages  |   publié en 2014
Etude de cas pratiques de droit civil sur les conflits de lois
Droit   |  Droit civil  |   Étude de cas  |   fr  |   .pdf  |   4 pages  |   publié en 2014