Oodoc change de nom : découvrez tousLesDocs

X

Accéder à ce doc

Le sommaire
  ACCÉDER à ce doc

Introduction

I) La logique de l'internalisation

A. La logique de l'internalisation selon Dunning J.H
B. La logique de l'internalisation selon Michalet
C. Les formes de l'intégration multinationale

II) L'organisation et le fonctionnement des firmes multinationales

A. Les principales interrogations qui se posent dans le choix d'un mode d'organisation
B. L'organisation et le fonctionnement selon Michalet
C. L'organisation et le fonctionnement selon Delapièrre
D. L'organisation et le fonctionnement selon Andreff

III) La dynamique des structures organisationnelles

A. La dynamique des structures organisationnelles selon Michalet
B. La dynamique des structures organisationnelles selon Delapièrre
C. La dynamique des structures organisationnelles selon Andreff

IV) L'espace intégré de la multinationale

A. La circulation internalisée des produits
B. La circulation internalisée des connaissances
C. La circulation internalisée des capitaux
D. La circulation internalisée du travail

Conclusion
Bibliographie
ACCÉDER à ce doc  

Résumé du document
  ACCÉDER à ce doc

Longtemps, celles-ci se sont cantonnées à la recherche d'un accès aux matières premières, de faibles coûts de main d'oeuvre, puis d'une proximité avec la demande locale. Désormais, de plus en plus d'entreprises organisent leur production à l'échelle mondiale et génèrent de ce fait une part grandissante du commerce via les échanges entre leurs filiales.
Un rapport économique de l'ONU recensait en 2004, plus de 70 000 multinationales à travers le monde alors qu'il en existait environ 7 000 dans les années 70.

Le monde économique est donc face à un phénomène qui prend une amplitude de plus en plus importante sachant également que ces multinationales comptent plus de 690 000 filiales à travers le monde. Comprendre le phénomène des firmes multinationales n'est pas simple. Non seulement le nombre de variables qui influencent leur comportement est immense, mais les firmes évoluent sans cesse trouvant toujours de nouvelles stratégies. Qui dirige ? Pourquoi une firme se multinationalise-t-elle ? ()

Extraits

[...] Les relations entre les filiales et la société mère sont directes interpersonnelles. Les responsables des filiales rendent compte directement au président directeur général du Groupe sans autre médiation. La société mère occupe une position dominante dans le financement des unités délocalisées. La production des filiales est limitée à une partie restreinte de la gamme des produits offerts par le groupe. Elle est intégralement orientée vers le marché local d’implantation, correspond généralement aux débuts d’une implantation étrangère et, plus généralement, aux premiers pas de la firme dans la voie de la multinationalisation. [...]


[...] Depuis Coase, la logique de l’internalisation se confond avec la nature de la firme. Elle constitue finalement la théorie générale de la firme. Avant d’examiner son extension à la FMN, il est peut-être utile de rappeler les causes explicatives des coûts de transaction. Les obstacles à l’échange liés à l’imperfection des marchés et par-delà générateurs de coûts de transaction sont classés par M. Casson de la manière Suivantes : l’absence de contact entre l’acheteur et le vendeur, l’ignorance des désirs réciproques, l’absence d’accord sur le prix, l’absence de confiance dans l’adéquation des marchandises aux spécificités fixées au départ, la nécessité de déplacer les marchandises, l’existence de tarifs douaniers, de traces sur les gains nés de la transaction de contrôles des prix, de quotas, absence de confiance dans la restitution en cas de non-paiement. [...]


[...] Les échanges avec les unités situées dans le pays d’origine concernent les technologies, les produits intermédiaires ou finis qui ne sont pas fabriqués localement. Chaque filiale nationale est ainsi traitée comme un cas particulier. Les spécificités nationales sont encore très prégnantes sur la gestion du groupe multinationalisé. La division internationale La formation d’une division internationale répond à trois objectifs. Elle joue d’abord, un rôle de plaque tournante pour le transfert des demandes d’informations émanant des filiales étrangères aux unités domestiques les plus compétentes pour y répondre. La subordination technique des activités étrangères à celles du pays d’origine est clairement établie. [...]


[...] Dans la majorité des cas les filiales évitent de se faire concurrence. Le partage des marchés organisé à l’échelle du groupe constitue la règle générale. Cette répartition des champs d’activités peut coexister avec l’organiSti0fl d’une concurrence entre filiales du même groupe. Ainsi, les firmes retrouvent parfois les vertus de la concurrence à l’intérieur même de leur espace propre. Le but est évidemment moins de réduire les prix que de créer une incitation supplémentaire pour les managers. Il n’en demeure pas moins que la séparation entre le marché domestique et le marché étranger rend impossible ou très difficile la concurrence par les unités délocalisées des établissements situés dans l’économie d’origine. [...]


[...] Un réseau de firmes distinctes amène un contrôle sur les technologies complémentaires ; les firmes s’assurent une compatibilité des différentes technologies. C’est dans cette section que Dunning apporte le plus de changement, aussi bien dans la première version du paradigme, le I (la capacité d’une firme à créer son propre marché intérieur) prenait une place prédominante, maintenant cet avantage relié au mode d’organisation se retrouve dans les avantages spécifiques de la firme (son avantage provient du choix du mode d’organisation par rapport à ses concurrents), ainsi le O occupe, dans cette version revisitée du paradigme, une place beaucoup plus importante. [...]

ACCÉDER à ce doc  

Informations sur le doc

Date de publication
18/09/2009
Langue
français
Format
Word
Type
dissertation
Nombre de pages
47 pages
Niveau
grand public
Consulté
7 fois

Informations sur l'auteur Mohammed H. (étudiant)

Niveau
Grand public
Etude suivie
finance
Ecole, université
hassan 1
Note du document :
         
ACCÉDER à ce doc  
L'organisation et le fonctionnement des firmes multinationales

«Longtemps, celles-ci se sont cantonnées à la recherche d'un accès aux matières premières, de faibles coûts de main d'oeuvre, puis d'une proximité avec la demande locale. Désormais, de plus en plu...»

Commerce   |  Management organisation  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   47 pages  |   publié en 2009
Les logiques productives de la mondialisation : firmes multinationales et investissements directs à l'étranger

«Juridiquement, une FMN est une société dont le siège social se trouve dans un pays déterminé mais qui exerce une certaine activité en dehors de ce pays par le relais de filiales (personnalité juridique...»

Économie et Social   |  Économie générale  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   17 pages  |   publié en 2010
Les firmes multinationales et leur rôle dans l'économie mondiale

«C'est à cause du développement des échanges internationaux qu'il a fallu implanter des succursales et contrôler le financement des activités commerciales à grande échelle. Dès le XIIIe siècle, apparition de sociétés en commandite : les propriétaires ...»

Économie et Social   |  Économie générale  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   9 pages  |   publié en 2006
Le commerce intra-firme, la mondialisation et la stratégie des multinationales

«Étude sur le commerce intra-firme. Ce type d'opérations représente un tiers du commerce mondial. Dans quelle mesure un phénomène d'une telle ampleur est-il le reflet de l'économie mondiale contemporaine ? Une étude chiffrée permettra de montrer que l...»

Économie et Social   |  Économie générale  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   33 pages  |   publié en 2007
Les déterminants de la multinationalisation des firmes

«L'essor du commerce international a engendré une explosion du nombre de firmes multinationales. Définies par l'ONU comme les entreprises possédant au moins une unité de production à l'étranger, ce phénomène de multinationalisation des firmes n'est pa...»

Économie et Social   |  Économie générale  |   Dissertation  |   fr  |   .doc  |   12 pages  |   publié en 2007

Meilleures ventes en management organisation

Derniers docs en management organisation

Rapport de stages BTS CGO dans une entreprise et un cabinet
Commerce   |  Management organisation  |   Rapport de stage  |   fr  |   .doc  |   13 pages  |   publié en 2008
Rapport de stage TYPE de BTS CGO
Commerce   |  Management organisation  |   Rapport de stage  |   fr  |   .doc  |   16 pages  |   publié en 2006
Rapport de stage en agence immobilière
Commerce   |  Management organisation  |   Rapport de stage  |   fr  |   .doc  |   19 pages  |   publié en 2009
Rapport de stage BTS CGO : Intermarché
Commerce   |  Management organisation  |   Rapport de stage  |   fr  |   .doc  |   11 pages  |   publié en 2009
Rapport de stage au sein d'une société d'import et d'export (FNF)
Commerce   |  Management organisation  |   Rapport de stage  |   fr  |   .doc  |   23 pages  |   publié en 2009
Les quatre racines essentielles du management
Commerce   |  Management organisation  |   Fiche  |   fr  |   .doc  |   3 pages  |   publié en 2014
Etude de marché sur le secteur de la grande distribution
Commerce   |  Management organisation  |   Étude de marché  |   fr  |   .doc  |   12 pages  |   publié en 2014
Accueillir le client en caisse : livret stagiaire
Commerce   |  Management organisation  |   Guide pratique  |   fr  |   .pdf  |   15 pages  |   publié en 2014
Rapport de stage en conseil client et vente au sein de Décathlon
Commerce   |  Management organisation  |   Rapport de stage  |   fr  |   .doc  |   7 pages  |   publié en 2014
Rapport de stage effectué au sein de l'agence d'Hyères du LCL
Commerce   |  Management organisation  |   Rapport de stage  |   fr  |   .doc  |   6 pages  |   publié en 2014